Le mix électrique du Nigeria : la part du renouvelable en baisse - L'EnerGeek

Le mix électrique du Nigeria : la part du renouvelable en baisse

5484980917_b776489964_o@shellLa production d’électricité du Nigeria provient essentiellement des énergies fossiles, avec le gaz naturel comme combustible le plus utilisé. En 2011, les centrales thermiques ont ainsi fourni environ 80% de la production électrique du pays. Les centrales hydrauliques apportaient quant à elles la quasi totalité des 20% restants.

Le Nigeria dispose de nombreuses ressources énergétiques, parmi les plus importantes au monde en pétrole et en gaz naturel notamment. Pourtant, le pays ne parvient pas à satisfaire en électricité la demande de sa population. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de privatiser son secteur électrique. 

[stextbox id=”info”]Une production en hausse, mais des énergies renouvelables moins sollicitées[/stextbox]

La production électrique est en augmentation dans le pays. Son taux de croissance annuel moyen entre 2001 et 2011 a été de l’ordre de 4,9%, et de 8,9% entre 2010 et 2011. La production électrique totale s’est ainsi élevée à 24,8 TWh en 2011 contre 22,8 TWh en 2010 et 15,5 TWh en 2001.

Les énergies renouvelables peinent cependant à se développer. La production d’électricité qui en est issue est même en baisse dans le pays (-1,7 % entre 2001 et 2011). Elles représentaient environ 38% de la production d’électricité en 2001. Sa part a baissé à environ 20% en 2011. Les barrages hydroélectriques ont produit en 2011 5 TWh d’électricité, alors qu’en 2001, ils en produisaient 5,9 TWh. Le seul parc éolien dans le pays a quant à lui permis la maigre fourniture de 4 GWh d’électricité.

Le Nigeria produit donc son électricité majoritairement grâce aux combustibles fossiles : 19,9 TWh en 2011. Elle en a d’ailleurs recours de plus en plus. La production d’électricité en centrale thermique représentait environ 62% en 2001 contre 80% en 2011

[stextbox id=”info”]Le recours à la privatisation de son secteur électrique pour augmenter sa production[/stextbox]

Bien que le Nigeria bénéficie de ressources énergétiques importantes, la situation du pays est telle que l’électricité actuellement produite n’est pas suffisante pour couvrir les besoins de la population. La moitié des Nigérians ne sont pas connectés au réseau classique d’électrification. Les autres subissent quant à eux fréquemment des pannes de courant.

L’Etat, n’étant pas en mesure de fournir le financement nécessaire pour générer et fournir l’électricité nécessaire à la population nigériane, a décidé de privatiser la majeure partie son secteur électrique. La compagnie nationale d’électricité, la Power Holding Company of Nigeria (PHCN) a ainsi été démantelée cette année. Des opérateurs privés exploiteront les infrastructures actuelles, et tenteront de prendre le relais de l’Etat.

La priorité du gouvernement est d’augmenter le plus rapidement possible la capacité de production du pays. Cela passe par la modernisation de ses infrastructures actuelles et la construction de nouvelles centrales thermiques, fonctionnant au gaz naturel notamment (moins polluant que le charbon ou le fioul). L’objectif fixé par le gouvernement est de posséder une puissance de 10.000 MW à l’horizon 2014. Le Nigeria a un puissance électrique installée de 4.502 MW en 2012.

Certains initiatives sont toutefois à mettre au profit du développement des énergies renouvelables. La société française Vergnet exploitera par exemple prochainement dans le nord du pays un parc éolien de 10 MW, composé de 37 éoliennes. La chantier est cependant interrompu depuis l’enlèvement de l’un de ses salariés en décembre dernier.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 24 Jan 2019
La ville d’Angers a décidé d’investir massivement sur le territoire de sa métropole : 120 millions sur les douze prochaines années. Son objectif : devenir une ville connectée capable de réduire sa consommation d’énergie en améliorant ses services, comme l’éclairage…
jeu 24 Sep 2015
La pollution sonore aux abords des aéroports peut être un véritable problème pour les riverains. Par conséquent, choisir un lieu d'implantation pour un nouvel aéroport constitue souvent un vrai casse-tête. Un problème que les aéroports eux même tentent aujourd'hui de…
ven 14 Fév 2014
L’Afrique est « l’une des régions les plus dynamiques au monde » d’après la Maison-Blanche, et en effet certains pays connaissent actuellement un taux de croissance à deux chiffres. Les investisseurs internationaux s’intéressent de plus en plus aux infrastructures du continent, et…
mar 7 Fév 2017
Après publication d'une communication sur le deuxième état de l'union de l'énergie par la Commission européenne, son vice-président, Maroš Šefčovič, entame une tournée européenne pour expliquer la stratégie énergétique de l'Union. Une façon de clarifier les objectifs énoncés dans le "Winter package" présenté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.