Concurrencée par le gaz de schiste, une centrale nucléaire ferme aux USA - L'EnerGeek

Concurrencée par le gaz de schiste, une centrale nucléaire ferme aux USA

Centrale_nucléaire_USA_Vermont_photoNRCgovEvènement rarissime aux Etats-Unis. Une centrale nucléaire va fermer avant la fin de sa licence d’exploitation, qui courrait jusqu’en 2031. Les responsables de cette installation située dans l’Etat du Vermont invoquent des causes économiques, et notamment la concurrence imposée par le gaz de schiste, dont l’exploitation a connu une très forte croissance outre-Atlantique ces dernières années et dont le prix est très bas.

La production de la centrale de Vermont Yankee, composée d’un unique réacteur de 620 MW, devrait cesser avant la fin de l’année 2014. Cette centrale mise en service en 1972 assure les trois quarts des besoins en électricité de l’Etat du Vermont. Elle emploie 600 personnes.

Entergy, l’énergéticien qui exploite la centrale, explique que la concurrence de la nouvelle source d’énergie bon marché que constitue le gaz de schiste, est l’une des principales raisons de cette fermeture anticipée.

Le groupe invoque également des anomalies dans le marché de gros de l’énergie : elles maintiendraient le prix de rachat de l’électricité nucléaire à un prix artificiellement bas.

Le coût des opérations de maintenance et des nouvelles mesures de sûreté (400 millions d’euros investis depuis 2002) sont également plus durs à supporter pour une centrale de petite taille.

Entergy, qui exploite 8 autres centrales nucléaires aux Etats-Unis ne compte toutefois pas renoncer à l’atome. Le groupe continue à « parier sur le nucléaire comme une partie importante de ses activités de production d’électricité ».

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
dim 2 Oct 2016
Le 15 septembre dernier, le gouvernement britannique a officiellement donné son accord pour la construction de deux EPR sur le site de la centrale nucléaire d’Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Alors que le Royaume-Uni est encore très dépendant…
ven 5 Fév 2016
A la toute fin du mois de janvier, les principaux responsables du site nucléaire de Flamanville ont dressé devant la presse les perspectives pour 2016. Entre l’exploitation des réacteurs installés et l’avancement du chantier de l’EPR, les agents d’EDF ont…
mar 22 Jan 2013
Les périodes de grand froid peuvent avoir une influence sur la production et sur la sûreté nucléaire. Lorsqu’il gèle pendant plusieurs jours, les prises d’eau des circuits de refroidissement peuvent en effet être affectées par la formation de glace. L’ensemble…
lun 23 Fév 2015
Envoyés sur site pour une nouvelle mission de contrôle et de vérification, les experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique ont salué, dans un rapport rendu public le lundi 16 février dernier, les efforts réalisés par l'exploitant TEPCO dans les…

COMMENTAIRES

  • Cela ne va pas arranger la production mondiale d’électricité nucléaire qui est déjà en déclin.

    http://energeia.voila.net/electri/electri_nucle_declin.htm

    Maintenant, Vermont Yankee n’est pas le premier réacteur atomique qui arrête ses activités pour des raisons économiques, alors que la licence d’exploitation était encore valable pour de nombreuses année. Parfois renouvelée tout récemment.

    En 2013 seulement et pour les USA, fermeture de :
    – Kewaunee (566 MW), pas rentable
    – Crystal River (860 MW), réparations trop coûteuses,
    – San Onofre (1070 MW + 1080 MW), réparations trop coûteuses.

    Mais le prix du gaz est en train de remonter depuis six mois et sera bien plus élevé en 2014 qu’en 2013 (USA).

    Par contre, la concurrence des énergies renouvelables commence à se faire sentir : l’éolien dans le nord, le solaire dans le sud.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.