Le stockage des déchets radioactifs à vie longue - L'EnerGeek

Le stockage des déchets radioactifs à vie longue

Cigeo_BureSelon la politique de gestion nationale des déchets radioactifs définie par le Parlement,  les déchets à vie longue seront stockés dans des galeries souterraines d’ici 2035. En attendant la mise en œuvre de cette solution, ces déchets sont conditionnés grâce à diverses techniques comme celle de la vitrification et entreposés sur leur lieu de production.

En France, le stockage des déchets radioactifs est assuré par l’Andra (Agence Nationale pour la gestion des déchets radioactifs), qui recense l’ensemble des déchets présents en France,  les acteurs de l’industrie électronucléaire restant responsables des déchets issus de leurs activités.

Pour rappel, les déchets radioactifs proviennent à 59% de la filière électronucléaire, à 26% des activités de recherche, à 11% des activités de défense, à 3% de l’industrie et à 1% du domaine médical (chiffres Andra).

La politique de traitement-recyclage des combustibles usés menée en France permet de réduire le volume des déchets issus de la filière électronucléaire puisque 96% du volume des combustibles usés est recyclé afin de produire un nouveau combustible, le MOX, un combustible nucléaire mixte composé d’uranium et de plutonium.

Plusieurs types de stockage pour plusieurs types de déchets

Les solutions de stockage des déchets radioactifs de faible activité ou à durée de vie courte sont d’ores et déjà pérennes. Ces déchets, qui représentent  plus de 90% du volume des déchets radioactifs produits en France, sont stockés dans les deux centres de l’Aube.

Les 10% restants sont des déchets à vie longue ou de haute activité. Ils concentrent 99,9% de la radioactivité.

Il existe différentes techniques de stockage pour ces déchets : la vitrification, la cimentation, le bitumage. Les déchets de haute activité, correspondant aux résidus du traitement des combustibles usés, sont calcinés sous forme de poudre, incorporés à une pâte de verre, puis coulés dans un container en inox.

En attendant la mise en œuvre d’une solution de stockage définitive, ces déchets sont entreposés provisoirement dans différents sites (la Hague, Marcoule, Cadarache), prêts à être expédiés vers leur destination finale.

A long terme : le projet Cigéo

En France, comme dans la plupart des pays qui dispose d’une filière nucléaire de production d’électricité, la solution retenue pour le stockage pérenne de déchets nucléaires à vie longue est celle du stockage en profondeur (500 mètres sous terre).

La loi de 2006 prévoit en effet que les déchets nucléaires à vie longue soit stockés dans un centre national de stockage géologique d’ici 2025. Le projet de construction de ce centre, appelé Cigéo,  à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne, fait actuellement l’objet d’un débat public sur Internet.

Ce site, ou des recherches sont menées par l’Andra depuis les années 90, présente une géologie favorable à la technique du stockage profond et permettra d’isoler les déchets de la surface jusqu’à ce qu’ils ne soient plus dangereux pour l’homme ni pour l’environnement.

 

 

 

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
sam 9 Juil 2016
Le sommet des "Trois amigos", organisé le 29 juin dernier à Ottawa, fut consacré cette année principalement à des questions d'ordre climatique et énergétique. Les dirigeants des Etats-Unis, du Mexique et du Canada s'y sont engagés à coordonner leur politique en…
dim 31 Juil 2016
Quelques jours après le vote du conseil d'administration d'EDF en faveur du projet Hinkley Point en Angleterre, Emmanuel Macron a tenu à rappeler que les deux EPR restaient la meilleure option pour le mix-énergétique britannique et une solution "gagnant-gagnant" pour l'ensemble…
jeu 26 Mai 2016
Alors que près d’un tiers des stations service sont en pénurie d’essence, les représentants des entreprises tirent la sonnette d’alarme. Une situation qui pourrait ne pas s’améliorer puisque les centrales nucléaires veulent se joindre à la contestation. (suite…)
ven 13 Jan 2017
Le groupe de BTP Bouygues Construction a annoncé mercredi 11 janvier avoir remporté un contrat de plus de 1,7 milliard d'euros auprès d'EDF pour participer à la construction des bâtiments qui abriteront les deux réacteurs nucléaires de la centrale britannique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.