Les STEP marines : un défi pour le stockage de l’électricité - L'EnerGeek

Les STEP marines : un défi pour le stockage de l’électricité

Actuellement, la station de transfert d’énergie par pompage (STEP)  est la technique de stockage d’électricité la mieux maîtrisée. Nécessitant un dénivelé important, les STEP sont aujourd’hui limitées à des environnements montagneux, mais de nouveaux sites à proximité du littoral pourraient voir le jour.

Une STEP est composée de deux bassins séparés par un important dénivelé et reliés par un ensemble pompe/turbine. C’est l’alternance de la turbine et  de la pompe qui va permettre soit de produire, soit de stocker l’électricité.

Si la demande d’électricité est forte, la STEP fonctionne comme une centrale hydroélectrique classique. De l’eau est lâchée depuis le bassin supérieur, le débit activant une turbine permettant la production d’énergie. En revanche, si la demande électrique est faible, l’énergie produite est utilisée pour activer une pompe qui transfère l’eau du bassin inférieur vers le bassin inférieur. La STEP permet donc de reconstituer le stock d’eau du bassin d’altitude.

[stextbox id=”info”]Des projets en Guadeloupe et à la Réunion[/stextbox]

En France, il existe 30 STEP représentant une puissance totale de 6000 MW. Des études sont actuellement menées, pour développer la technologie des STEP en milieu marin, notamment sur des sites outre-mer.

En effet, les départements ultramarins souffrent d’une  dépendance des énergies fossiles et possèdent un vrai potentiel littoral permettant l’installation de STEP Marines. L’idée promue par EDF, initiateur de ces projets, est d’utiliser le relief naturel des falaises pour créer une chute d’eau entre un lac artificiel situé au sommet et le niveau de la mer.

En outre, les STEP marines permettraient de stocker la production des énergies renouvelables intermittentes (solaires, éolien), les moments de production de ces énergies ne correspondant pas toujours aux pics de consommation (par exemple quand une éolienne produit de l’énergie au milieu de la nuit).

A moyen termes, l’intermittence des énergies renouvelables est un obstacle à leur développement dans les systèmes énergétiques insulaires. En effet, si éolien et solaire produisaient plus de 30% de l’électricité de ces îles isolées du réseau métropolitain, leur sûreté électrique ne serait plus assurée en cas de conditions météorologiques défavorables.

Deux régions d’outre-mer font actuellement l’objet d’études pour l’installation de STEP marines. Le nord-est de l’île de Grande-Terre en Guadeloupe est composé de falaises littorales d’une hauteur moyenne de 50 mètres. Sur l’île de la Réunion,  le dénivelé entre les falaises et la mer peut atteindre 100 mètres de hauteur.

En France métropolitaine, EDF estime qu’il est possible d’installer 5000 MW de STEP en valorisant le littoral, notamment les falaises de Normandie.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
dim 26 Juin 2016
L’Essonne accueille la première usine de fabrication d'électrolyseurs dernière génération en France. Gérée par la société Areva H2 Gen, elle contribue à faire de l’hydrogène une solution énergétique d’avenir. (suite…)
mer 28 Juin 2017
Première énergie renouvelable de France à la fois décarbonée et réactive aux brusques fluctuations de la demande en électricité, l'hydroélectricité présente à ce jour tous les avantages pour accompagner durablement le mouvement de transition énergétique et accentuer son poids dans…
jeu 10 Jan 2013
Le groupe Alstom vient d’annoncer la signature d’un contrat avec Metals & Engineering Corporation (METEC) portant sur la fourniture de 8 turbines Francis et de leurs alternateurs. Du matériel destiné à équiper la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique, le barrage…
ven 31 Jan 2014
La course au gigantisme ne touche pas que l’architecture, l’aviation ou les bateaux de croisières … Le secteur des énergies renouvelables est lui aussi touché par cette tendance. Vestas vient de mettre en service son premier prototype de 8 MW.…

COMMENTAIRES

  • STEP TRIDIMENSIONELLE eau et marine.
    Le stockage d’energie par retenue d’eau et de mer sont capables de delivrer des puissance de 600 GW
    en Italie grace a ‘ l’eau ou la mer retenues dans des reservoirs ou mon grand lac de mer.La France peut arriver a 500 GW,L?italie peut arriver a 600 GW.cap dr.Pier Luigi Caffese avait mise en reseau le lac alpine,le river Po e le bassin plus bas que c’est la mer.Le stockage step eau et marine permit aussit la production de syngas,biofuels,biohydrogene.
    Le Step que Caffese nomme step tridimensionelle c’est meteo indipendent par ce que peut immettre eau de mer desalniize’ tous les jours de nuit et de jour.Caffese avait un cout tres basse de 20 euro MWh et propose en France une step around les alpes France-Italie de 1200 GW.Le cout italienne est de 45 milliards,le cout francais peut etre reduit a 60 milliard et est possible un lac de mer at Montecarlo,une au Sud,une au Nord Bretagne.
    Le step tridimensionelle c’est la meileur reponse a la transition energetique et resolve le problems des energies renevables qui devien continue,non plus intemittent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.