IBM développe le photovoltaïque à haute concentation thermique - L'EnerGeek

IBM développe le photovoltaïque à haute concentation thermique

Une équipe de scientifiques et d’ingénieurs basée à Zurich a récemment annoncé travailler sur un nouveau système photovoltaïque qui serait plus efficace et moins coûteux.

Le photovoltaïque est une énergie renouvelable qui pose plusieurs problèmes. Malgré un coût élevé de la technologie solaire, le rendement des panneaux est faible, notamment à cause de la déperdition de chaleur qu’ils connaissent.

Associés dans les laboratoires de ETH Zurich, IBM et Airlight Energy planchent sur une technologie plus rentable et moins coûteuse, nommée photovoltaïque à haute concentration thermique (HCPVT). Il s’agit d’une parabole qui, grâce à de nombreux miroirs, capte et reflète l’énergie solaire sur une centaine de puces de 1 cm².

[stextbox id=”info”]L’équivalent de 2000 soleils[/stextbox]

Selon les ingénieurs, une seule de ces paraboles pourrait concentrer 2000 fois les rayons du soleil et les puces auraient une puissance unitaire de 200 à 250 watts, soit une puissance totale de 25 kilowatts crête pour une seule parabole. Les chiffres sont élevés car selon les concepteurs, ces puces convertissent 30% des rayons du soleil en électricité et récupèrent 50% de la chaleur.

Avec un rendement s’élevant à 80% pour chaque puce, ces paraboles solaires représenteraient une vraie révolution pour le photovoltaïque. Ce haut rendement est facilité par le système de tracker qui permet d’uniformiser le flux solaire capté par la parabole.

[stextbox id=”info”]Des installations trois fois moins coûteuses[/stextbox]

L’eau joue également un rôle essentiel dans cette nouvelle technologie. Comme cette technologie nécessite beaucoup d’eau, IBM réutilise le système « Aquasar » de refroidissement mis au point pour ses centres de traitements de données informatiques (datacenters). Les puces sont refroidies par un liquide réfrigérant qui capte la chaleur. Ainsi l’eau, chauffée à 90 degrés passe ensuite dans une membrane filtrante et peut alors alimenter des habitations. Selon IBM, chaque m² de la parabole rendra disponible environ 35 litres d’eau par jour.

En plus d’être plus efficace, ces paraboles solaires auraient un coût trois fois inférieur à un système photovoltaïque équivalent. Une installation complète coûterait en effet 250 dollars au m². Actuellement en phase de tests, il ne reste plus qu’à attendre une mise en production pour confirmer les chiffres flatteurs communiqués par IBM et Airlight Energy.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 25 Fév 2019
Le Mali est un pays d’Afrique de l’Ouest qui doit approfondir son développement économique. L’électrification du pays est ainsi une priorité pour les autorités. La Semaine malienne des énergies renouvelables s’est ouverte le 19 février 2019 à Bamako avec l’objectif…
lun 19 Sep 2016
D'après les chercheurs du CNRS Daniel Lincot et Pere Roca i Cabarrocas, l’ouverture de l’Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France (IPVF) va grandement contribuer à la transition énergétique au cours de la prochaine décennie. (suite…)
lun 20 Août 2018
La ressource du vent offre une meilleure qualité en milieu rural, raison pour laquelle les campagnes sont plus propices au développement de l'éolien. Pour autant, doit-on abandonner l’idée de développer l’énergie éolienne en ville ? Plusieurs entreprises et start-up s’intéressent…
lun 5 Déc 2016
Disposant de ressources hydroélectriques et renouvelables considérables, la Guyane entend bien profiter de ce potentiel pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et atteindre d'ici 2030 l'autonomie énergétique. En visite dans la région du 27 au 29 novembre dernier, Jean-Bernard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.