Sûreté: qu’est ce qui a changé en France depuis Fukushima ? - L'EnerGeek

Sûreté: qu’est ce qui a changé en France depuis Fukushima ?

A l’occasion du deuxième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, la ministre de l’Environnement du Développement Durable et de l’Energie Delphine Batho a déclaré que si la France avait besoin durablement d’une part de nucléaire, la sûreté dans ce domaine consistait désormais à « envisager l’inenvisageable ». Quelles leçons la France a-t-elle tirées de la catastrophe japonaise, et quelles mesures de sûreté supplémentaires ont été décidées depuis le 11 mars 2011 ?

Si le risque sismique en France est bien inférieur à celui du Japon, l’ampleur de la catastrophe de Fukushima a conduit les responsables de la sûreté nucléaire de notre pays à mobiliser des moyens supplémentaires pour faire face aux situations les plus improbables. Il s’agit désormais de se prémunir face aux situations les plus extrêmes, ou comme le dit autrement Delphine Batho, d’ « envisager l’inenvisageable ».

A la demande du gouvernement et de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’exploitant des centrales françaises EDF a réalisé des Évaluations complémentaires de sûreté (ECS) suite à la catastrophe de mars 2011.

Suite à l’analyse de ces ECS, l’ASN n’a pas exigé la fermeture de centrales et a estimé que le niveau de protection des installations françaises était globalement satisfaisant. Toutefois la mise en œuvre de mesures supplémentaires a été exigée par l’ASN auprès de  l’exploitant, afin d’améliorer la résistance des centrales aux situations extrêmes, et en premier lieu les catastrophes naturelles.

L’application de ces prescriptions post-Fukushima coûtera, selon EDF, 10 milliards d’euros pour l’ensemble du parc nucléaire. Elle se déroule en deux phases :

[stextbox id=”info”]1ère phase : 2012-2015[/stextbox]

– l’ensemble des salles de commandes des centrales nucléaires ont été équipées de téléphones satellitaires, pour permette de continuer à communiquer dans le cas où le réseau serait hors-service.

– la mise en en place d’une force d’action rapide nucléaire (FARN). Actuellement expérimentée à la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), cette équipe d’intervention d’urgence constituée de 300 hommes sera mobilisable en moins de 24 heures sur l’ensemble du territoire, à partir de 2014 .

Elle devra être capable d’apporter un renfort humain et des moyens de secours supplémentaires en cas d’accident. En plus de la base de Civaux, trois bases régionales supplémentaires seront créées à Dampierre, Paluel et Bugey.

– des moyens mobiles supplémentaires (1/3 de moyens en plus selon la directrice de la sûreté nucléaire d’EDF, Caroline Bernard) ont été mis en place pour faire face aux risques de catastrophes naturelles comme les séismes et les fortes inondations : pompes mobiles, groupes électrogènes, compresseurs autonomes…

Ces équipements mobiles permettraient de fournir l’eau et l’électricité nécessaires au refroidissement des réacteurs, en cas de perte d’alimentation électrique et d’alimentation en eau. Ces moyens sont provisoires et seront remplacés à partir de 2015 par des équipements permanents.

[stextbox id=”info”]2ème phase : 2015-2020[/stextbox]

Les équipements mobiles sont remplacés par des installations permanentes dans le cadre de travaux réalisés entre 2015 et 2020. Ils comprennent la mise en place d’appoints d’eau supplémentaires et de générateurs ultimes de secours, l’installation de groupes électrogènes puissants (3,5 MW) et protégés du risque d’inondation et de séisme, la construction de digues plus hautes pour se prémunir des inondations…

Rappelons que les centrales ont été initialement conçues pour résister à un séisme deux fois plus important que le plus grave qui s’est produit au cours des 1000 dernières années. En bord de mer, les centrales ont également été conçues pour résister à une tempête milléniale assortie de la marée la plus forte.

 

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
sam 5 Mai 2018
Si l’établissement d’un habitat sur la Lune ou sur Mars reste encore aujourd’hui de la science-fiction compte tenu de la distance et des conditions de vie sur place, un tel projet pourrait néanmoins être réalisable sur le plan énergétique. Des…
lun 20 Juil 2015
Le marché du nucléaire sud-africain, très prometteur au regard des ambitions du gouvernement et qui reste en attente depuis plusieurs années pour des raisons de coût, devrait finalement aboutir. Le gouvernement du Jacob Zouma a laissé entendre, selon Bloomberg News,…
Le mardi 13 février 2018, la Commission nationale du débat public (CNDP) a souhaité donner des précisions sur les modalités du débat qu’elle organise sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). En présence d’une vingtaine de journalistes, Jacques Archimbaud, Isabelle…
mer 18 Fév 2015
En raison d'un mois de janvier 2015 aux températures plus proches des normales saisonnières, contrastant avec un mois de janvier 2014 particulièrement chaud, la consommation brute d'électricité en France affiche une légère progression de 6,2%. C'est dans ce contexte que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.