Le barrage de Marèges : le plus ancien de la Dordogne - L'EnerGeek

Le barrage de Marèges : le plus ancien de la Dordogne

Le barrage de Marèges est situé sur les communes de Liginiac, en Corrèze et de Saint-Pierre, dans le Cantal. Inauguré en 1935, il s’agit du plus ancien des barrages de la haute vallée de la Dordogne.

Situé dans le Massif Central, le barrage de Marèges retient les eaux de la Dordogne. La retenue de ce barrage forme un lac artificiel de 47 millions de mètres cubes. Il se trouve en aval du barrage de Bort-les-Orgues et en amont du barrage de l’Aigle.

Il s’agit d’un barrage double voûte mince en béton. Le barrage alimente deux usines, Marèges en rive droite et Saint-Pierre en rive gauche.

[stextbox id=”info”]Caractéristiques[/stextbox]

Le barrage de Marèges détient une hauteur de 89,50 mètres et une longueur à la crête de 247 mètres. L’épaisseur à la base est de 19 mètres et de 3 mètres en crête. Sa puissance correspond à 146 MW sur la rive droite, côté Liginiac, et 120 MW sur la rive gauche, côté Saint-Pierre. Son réservoir possède un volume de 47 mm3. L’installation assure une production annuelle d’environ 310 GWh.

La société hydroélectrique du midi (SHEM), filiale de GDF SUEZ, exploite ce barrage. Il est équipé de quatre turbines Francis d’un débit nominal de 60m3/s et d’une puissance unitaire de 37,5 MW sur la rive droite et d’une turbine Francis d’un débit nominal de 190 m3/s et d’une puissance de 120 MW sur la rive gauche.

L’électricité produite permet d’économiser 13 206 tonnes d’émission de CO2 par an. La production électrique correspond à l’équivalent de 70 000 ménages.

[stextbox id=”info”]Histoire[/stextbox]

Le barrage de Marèges a été construit de 1932 à 1935 par la Compagnie des Chemins de fer du Midi, qui le met en service pour alimenter les premières locomotives électriques. Le concepteur est l’ingénieur polytechnicien André Coyne, spécialiste du barrage voûte. 3 500 ouvriers venus de l’Europe entière ont été mobilisés pour réaliser le chantier.

Le barrage a été inauguré en 1935, en présence du Ministre des Travaux publics, Laurent Eynac, et d’Henry Queuille, Maire de Neuvic. Une fois terminé, le barrage de Marèges a coûté 42 millions de francs.

Pendant la seconde guerre mondiale, les allemands ont occupé le barrage et l’avaient peint en noir. Il est devenu le théâtre d’affrontements, entre soldats germaniques et résistants, pour empêcher les allemands de produire de l’électricité pour alimenter leurs usines d’armement.

 

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 28 Fév 2013
 La centrale de Losse, dans les Landes, est la deuxième centrale photovoltaïque de France en puissance et en superficie, après celle de Toul-Rosière (Meurthe-et-Moselle). Elle affiche une puissance-crête de 67,5 MWc.    La centrale photovoltaïque de Losse permet d’éviter l’émission…
sam 25 Juin 2016
Après le Brexit, le PDG d’EDF a confirmé son intention de maintenir le projet d’Hinkley Point. La construction de deux réacteurs EPR en Angleterre est d'ailleurs soutenue par de nombreux responsables politiques des deux côtés de la Manche. (suite…)
mar 18 Juin 2013
Les températures ont été particulièrement froides au premier semestre 2013. A la fin du mois de mai les températures étaient par exemple de 4 à 5 degrés inférieures aux normales de saison. Le cabinet Sia Partners estime que ce froid…
lun 8 Avr 2013
Physicien français, Antoine Becquerel a contribué au développement de l’électrochimie en France au XIXe siècle. Ayant voué la majorité de sa vie à la recherche scientifique, il a occupé pendant quarante ans la chaire de professeur de physique au Muséum…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.