La production d’électricité dans le département de Mayotte - L'EnerGeek

La production d’électricité dans le département de Mayotte

L’essentiel de la production d’électricité de Mayotte est assurée par deux centrales diesel. Néanmoins, le photovoltaïque s’est développé ces dernières années et fournit désormais 5% des besoins du département d’outre-mer. Le potentiel renouvelable est néanmoins insuffisant pour soutenir la forte croissance de la consommation d’électricité, et la centrale thermique de Longoni est en cours d’extension.

La production d’électricité dans le département insulaire de Mayotte est assurée par Electricité De Mayotte, une SAEM (Société Anonyme d’Economie Mixte) détenue à 50,01% pour le Conseil Général de Mayotte, à 24,99% par EDF, à 24,99% par SAUR International et à 0,01% par l’Etat français.

L’électricité est arrivée  à Mayotte en 1977, mais le réseau ne couvre l’ensemble du territoire que depuis 1990.

La production électrique de Mayotte est à ce jour assurée à 95% par deux centrales thermiques diesel.

La centrale des Badamiers (38,8 MW) a été reliée au réseau en 1987. Cette inauguration a été accompagnée de la mise en place d’une liaison sous-marine entre Petite Terre et Grande Terre.

Une seconde centrale (40MW) a été mise en service à Longoni en 2009. Elle est dotée de cinq turbines d’une puissance unitaire de 8 MW.

Mise en service en 1978, la centrale de Kawéni (11MW) a quant à elle été arrêtée pour être démantelée.

Depuis quelques années, des solutions alternatives sont à l’étude à Mayotte pour faire face à une croissance de la consommation d’électricité très soutenue (+14,5% par an entre 1995 et 2010) et pour atténuer les inconvénients d’une production électrique uniquement basée sur le diesel : prix élevé du carburant importé du Golfe, risque de marée noir, pollution…

5% d’électricité photovoltaïque

Le potentiel solaire de Mayotte est important. La première centrale photovoltaïque a été reliée au réseau électrique en février 2008. Depuis, de nouvelles installations ont vu le jour, comme la centrale photovoltaïque de Longoni inaugurée en 2010. Le photovoltaïque assure désormais 5% de la production d’électricité de l’île.

Il existe d’autres alternatives, comme le biogaz (60% des déchets de Mayotte sont biodégradables) et la micro-hydraulique. Le potentiel éolien (estimé à 22 MW d’après une étude) est relativement limité car les vents ne soufflent que pendant 6 mois de l’année.

Quoi qu’il en soit, les solutions alternatives et renouvelables ne seront, à moyen termes, pas suffisantes pour fournir l’intégralité de l’électricité de Mayotte.

Extension de la centrale de Longoni

Un projet d’extension de la centrale diesel de Longoni est donc en cours pour faire face à la croissance de la consommation électrique. Trois nouveaux moteurs diesel d’une puissance totale de 33 MW sont en cours de construction.

Un projet de traitement des fumées (denoxification) est également en cours, afin de respecter les normes environnementales.

Pour limiter l’impact de la croissance électrique de l’île, EDM sensibilise la population aux économies d’énergie. La 4ème campagne de distribution de lampes à économies d’énergie (LEE), lancée en décembre 2011 par EDM, a permis de mettre en vente des LEE au tarif préférentiel de 1,12€.

 

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
jeu 3 Déc 2015
Le réseau français RS2E, qui réunit chercheurs et industriels, a dévoilé le vendredi 27 novembre dernier le premier prototype de batterie sodium-ion. Une technologie avancée présentant des caractéristiques similaires aux batteries lithium-ion actuellement exploitées dans les secteurs de la téléphonie…
lun 15 Mai 2017
Dotée d'une électricité 100% renouvelable, l'Islande ne serait à priori pas si verte qu'on le pense. L'île a enregistré une hausse paradoxale de ses émissions de gaz à effet de serre ces dernières années malgré l'exploitation croissante et performante de…
lun 3 Juil 2017
Si l’urgence du combat climatique ne fait plus aucun doute, les délais qui nous sont impartis pour y remédier pourraient être bien plus courts qu’escompté. Selon un article publié le 28 juin 2017 dans le journal Nature par un groupe…
lun 22 Août 2016
Au début de l’été, l'Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF) visitait le plus grand barrage d’Europe situé dans les Hautes-Alpes, en France. Le 21 août dernier, le magazine Sept à Huit, diffusé sur TF1, consacrait également un reportage à…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.