Rénovation énergétique : les obligations applicables aux bâtiments publics seraient-elles irréalistes ? - L'EnerGeek

Rénovation énergétique : les obligations applicables aux bâtiments publics seraient-elles irréalistes ?

isolation-murs-renovation-energétique

Annoncée mercredi 10 mai 2017 la publication du décret relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire, n’est pas du goût de tous les professionnels. Le patronat du secteur, réuni au sein de la Fédération française du bâtiment (FFB), a notamment dénoncé, lundi 22 mai dernier, des obligations « surréalistes » et demandé le report des délais imposés.

Respectant les objectifs fixés dans l’article 17 de la loi de transition énergétique, le nouveau décret relatif à la performance énergétique des bâtiments tertiaires concernent tous les bâtiments appartenant à un propriétaire unique, à usage de bureaux, d’hôtels, de commerces, d’enseignement et les bâtiments administratifs, regroupant des locaux d’une surface supérieure ou égale à 2.000 m² de surface utile, et leur imposent une réduction de 25% des consommations énergétiques tous usages d’ici 2020 et de 40% d’ici 2030.

Lire aussi : Rénovation énergétique : les bâtiments tertiaires contraints de réduire leurs émissions de CO2 d’ici 2020

Problème, ces exigences, chiffrées à plus de 20 milliards d’euros d’investissements (selon une étude soumise au Conseil Supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique), entraîneraient dans les faits « une obligation de travaux surréalistes », explique la FFB dans un communiqué publié lundi 22 mai 2017. L’organisation professionnelle estime en effet qu’il serait beaucoup « plus efficace d’accompagner les maîtres d’ouvrage dans une démarche vertueuse et incitative d’économies d’énergie que d’adopter une posture coercitive dans des délais impossibles à tenir ».

Lire aussi : Rénovation énergétique : un plan d’investissement massif est « possible » et « rentable »

La FFB réclame donc un report de l’application du décret, dans la mesure où restent encore à préciser par arrêté, le détail des études énergétiques à réaliser d’ici le 1er juillet 2017, ainsi qu’à désigner l’organisme public en charge des contrôles de procédure. « Ce report est nécessaire afin de permettre aux propriétaires de planifier et réaliser les travaux nécessaires dans des délais réalistes », conclut la fédération.

Crédits photo : Akuptsova

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 3 Juin 2013
RTE, qui établit les prévisions de la consommation afin de gérer l’équilibre entre la production électrique et sa consommation, a prévu qu’il n’y aurait pas de risques cet été. Selon son analyse prévisionnelle de l’été 2013, il n’y aura pas…
lun 1 Juin 2015
Dernière innovation de l’ECN (Energy Research Center of the Netherlands), un train a sustentation magnétique aurait la capacité de stocker 10% de l’électricité qu’utilisent quotidiennement les Pays-Bas : ce projet ambitionne de révolutionner le domaine du stockage de l’énergie et celui des énergies renouvelables…
lun 6 Mar 2017
Si la branche "stockage d'électricité et solutions" prend de plus en plus d'importance dans le chiffre d'affaires du groupe Bolloré, sa filiale Blue Solutions, spécialisée dans le stockage d'énergie, n'a pas enregistré de véritables progrès en 2016. Selon un communiqué…
sam 24 Juin 2017
Pas besoin d'être une mégalopole aux budgets pharaoniques pour se lancer dans la transition énergétique. Depuis 2016, la petite commune bretonne de Saint-Sulpice-la-Forêt peut se targuer d'être l'une des plus petites smart cities du monde. Les moyens limités de la…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *