Comment l’Allemagne a produit la moitié de son électricité avec du solaire - L'EnerGeek Comment l’Allemagne a produit la moitié de son électricité avec du solaire - L'EnerGeek

Comment l’Allemagne a produit la moitié de son électricité avec du solaire

Allemange_panneaux_solaires_record_productionL’Allemagne a battu une nouvelle fois le 9 juin dernier son record de production d’énergie solaire. Mais plus important que ce simple record, l’Allemagne a pour la première fois produit plus de la moitié de ses besoins en électricité grâce à ses capacités de production photovoltaïque. Un événement favorisé par des conditions d’ensoleillement avantageuses certes, mais qui s’explique également par la politique de développement allemande en terme d’énergie solaire mise en place depuis plusieurs années.

[stextbox id= »info »]Un taux d’équipement des ménages en augmentation[/stextbox]

Ainsi, l’Allemagne a battu récemment un nouveau record historique en matière de production d’énergie solaire. Si nos voisins d’outre-Rhin détenaient déjà le précédent record du monde datant du mois de mai 2012 et établi à 22 GW de puissance solaire mobilisée (l’équivalent de la puissance de 20 réacteurs nucléaires), ils ont cette fois-ci atteint une production totale à hauteur de 23,1 GW, représentant 50,6% de la consommation du jour.

Une telle performance, unique au monde est lié semble-t-il, à l’utilisation de plus en plus massive de panneaux solaires par les citoyens allemands, tendance qui s’explique principalement par la politique d’incitation et d’aide à la consommation en matière de panneaux photovoltaïques pour particuliers mise en place par le gouvernement (une politique coûteuse sur laquelle le pays vient d’ailleurs de revenir en votant une loi de réduction des aides publiques aux énergies renouvelables). En effet, au contraire de la France, l’Allemagne a depuis plusieurs années largement privilégié l’équipement des ménages aux grandes structures de production industrielle. 90% des 1,4 million de panneaux solaires allemands se trouvent ainsi sur les toits des foyers tandis que seul les 10% restants constituent les parcs solaires.

Comme le souligne dans ce cadre Tobias Rothacher, expert en matière d’énergies renouvelables chez le groupe Trade & Invest, « les grandes quantités d’électricité solaire générées démontrent clairement que l’Allemagne aura besoin de plus de capacité de stockage d’énergie à l’avenir. Déjà, plus de 1,4 millions de systèmes photovoltaïques produisent un excédent, surtout les jours ensoleillés autour de midi […] et je pense que nous pourrions atteindre un nouveau record tous les deux ou trois mois maintenant »

[stextbox id= »info »]Des circonstances très favorables[/stextbox]

Si l’Allemagne a ponctuellement affiché une production considérable au regard de son taux élevé d’équipement individuel, les circonstances fortement favorables en terme d’ensoleillement ont joué un rôle significatif dans l’augmentation de la production et dans l’établissement de ce nouveau record. En effet, l’Allemagne a bénéficié au mois juin et plus particulièrement le 9 juin dernier d’un taux d’ensoleillement particulièrement fort et de fortes chaleurs (jusqu’à 37°).

Ces conditions météorologiques avantageuses ne se sont bien sûr pas limitées à la frontière allemande, et un peu partout en Europe, à de moindres niveaux certes, les records de production d’énergie liés au solaire ont tous été battus.  En France, en Italie, au Danemark ou encore au Royaume-Unis,  la production d’énergie solaire a dépassé toutes les attentes. Au Royaume-Uni par exemple, la contribution de l’énergie solaire, a selon l’association de commerce pour l’énergie solaire (STA) atteint 7,8 % de la consommation globale d’électricité en journée.  Une production qui représente plus du double de son dernier record établi en 2013.

Ajouté à cela, le 9 juin dernier était un jour férié en Allemagne et beaucoup d’entreprises ne fonctionnaient pas et n’ont donc pas consommé d’électricité dans les quantités habituelles. De ce fait, si la production d’énergie solaire a bel et bien dépassé le moitié de la consommation d’électricité pour l’ensemble du pays, celle-ci était toutefois bien inférieure à une journée normale d’activité.

De plus, si les capacités de productions allemandes augmentent, cette énergie produite reste difficilement exploitable de manière optimale faute de moyen de stockage réellement efficace. Et sans solution pour stocker la production d’énergies renouvelables intermittentes lors des pics de productions, l’Allemagne reste contraintes de recourir à d’autres sources d’énergies, essentiellement fossiles.

Crédits photo : Arnaud25

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Jan 2014
La vague de froid particulièrement rude qui touche depuis le début de l'année la côte Atlantique nord-américaine, n'a de cesse de mettre en difficulté le réseau électrique d'Hydro-Québec, société d'Etat québécoise en charge de la production, du transport et de…
mer 16 Déc 2015
Si construire une centrale hydroélectrique en plein désert peut paraître de prime abord très surprenant, voire complètement absurde, le groupe énergétique chilien Valhalla ne s'en laisse pas compter et entend bien mener à terme son projet de centrale hydraulique de…
mer 9 Sep 2015
Voilà quatre ans que les ingénieurs de la société Geps Techno, PME basée à Saint-Nazaire, planchent sur un concept innovant et totalement inédit de centrale électrique offshore. Développé sous le nom de MLiner, ce projet vise la création d'une structure…
jeu 16 Jan 2014
Le constructeur photovoltaïque français Helexia a lancé sa centrale solaire implantée sur la toiture d'une grande surface Leroy Merlin, dans la zone commerciale du sud de la ville de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Cette installation a pour objectif de couvrir l'ensemble des…

COMMENTAIRES

  • Exceptionnel et à quel prix? mais facteur de charge moyen 15% environ et en CO2 le double de la France à l’année.

    Répondre
  • Cela démontre une nouvelle fois que l’énergie alternative est parfaitement viable ( et que le scepticisme affiché n’est que de la propagande convenue !…) Si le financement public était en harmonie avec les besoins énergétiques des populations, il n’y aurait jamais de problèmes : ceux-ci proviennent de la cupidité de certains acteurs, qu’il faudra bien un jour mettre hors d’état de nuire !…

    Répondre
  • @michel ardan :
    « l’énergie alternative est parfaitement viable »
    « Si le financement public était en harmonie avec les besoins énergétiques des populations, il n’y aurait jamais de problèmes »
    J’ai l’impression d’entendre mes enfants quand je lis votre post
    C’est beau le monde des bisounours

    Répondre
  • Cela démontre seulement que quand il fait beau et chaud et qu’il n’y a pas grand besoin d’électricité industrielle les panneaux solaires fournissent la moitié de l’électricité consommée en allemagne. Si j’ai bien compris l’article, cela s’est passé 1 jour en 4 ans.

    Je ne sais pas ce que viable signifie pour vous (économiquement ?), mais pour moi ça ne signifie pas fiable.

    Comme le signale l’article, tant qu’on ne pourra pas stocker l’électricité produite le jour pour allumer les lampes la nuit, le photovoltaïque restera une partie minuscule de la solution qui permettra de se débarrasser des énergies fossiles et nucléaires.

    Répondre
    • « tant qu’on ne pourra pas stocker l’électricité produite le jour pour allumer les lampes la nuit »
      Cela on sait et on peut le faire car les quantités en jeu ne sont pas « énorme »
      Le défi c’est stoker celle produite l’été pour l’utiliser l’hiver … et là les ordres de grandeurs ne sont plus du tout du tout les memes
      Le problème avec les bisounours est qu’ils ne maitrisent pas les « calculs de coin de table »/ »à la louche »; ils n’ont pas conscience des ordres de grandeurs en jeu et sortent ainsi des énormités. Cela ne me choque pas venant d’enfants, mais lorsque ce sont des adultes, et qui plus est qui prennent position dans des forums ou dans des débats cela est juste gravissime (cela serait juste grotesque si l’enjeu n’était pas aussi important)
      Produire de l’elec avec du soleil et du vent en quantité suffisante ne sera pas un soucis pour demain
      Le défi, le graal, c’est de faire face au déphasage entre période de prod et période de conso DANS DES QUANTITES COLOSSALES (donc à prendre en compte dans les équations … avec les rendements et couts des différentes filières si l’on ne veut pas passer pour un bisounours et devenir ainsi crédible)

      Répondre
      • @LaurentB
        Je me suis peut etre mal exprimé dans le post précédent et je précise donc que ce n’est évidemment pas vous que je caricature en « bisounours » mais les posts précédents …

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *