Comblement du déficit de financement climatique : saisir l'opportunité - L'EnerGeek

Comblement du déficit de financement climatique : saisir l’opportunité

financement climatique, énergies renouvelables, France, Commission européenne, commissaire européenne à l'énergie, énergies renouvelables, Allemagne, Espagne, objectif, 2030, climat, transition énergétique

Un total de près de 185 000 milliards d’euros est nécessaire pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Bien que le financement climatique ait régulièrement augmenté au cours de la dernière décennie, nous sommes loin de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Comme le dit l’adage : « nous pouvons payer la facture maintenant ou payer cher à l’avenir ». Voyons jusqu’où nous sommes parvenus et ce qui se dresse sur notre route.

Par Alba Forns Albuixech, directrice des opérations et cofondatrice de Climatize et Kristina Lyubomirova Lazarova, directrice du bureau du PDG à la Compagnie Nationale d’Électricité Bulgare

Les deux auteurs sont ambassadeurs de la jeunesse pour l’EUSEW (Semaine européenne de l’énergie durable)

Comprendre le financement climatique

Le terme « financement climatique » désigne une grande variété d’instruments financiers distribués pour aborder les solutions climatiques. Cela va des subventions et prêts fournis par de grandes institutions publiques telles que les gouvernements ou les fonds multilatéraux, aux obligations vertes, taxes carbone ou financements privés. Toutes les ressources financières sont allouées soit pour atténuer les impacts du changement climatique, soit pour construire la résilience et l’adaptation à la nouvelle réalité dans laquelle nous vivons.

Bien qu’il y ait eu une allocation de fonds intensive et rapide, les flux financiers actuels doivent au moins tripler afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Les principaux défis comprennent un financement insuffisant, particulièrement visible dans la réticence du secteur privé ; des disparités mondiales et des problèmes de transparence, entre autres.

De l’importance de combler le fossé

70% des investissements en infrastructure nécessaires à la transition vers une économie faible en carbone devront être déployés dans les marchés émergents et les économies en développement qui font face à des crises multidimensionnelles, incluant l’instabilité politique et économique, la corruption et les défis environnementaux. Les flux de financement climatique ont régulièrement augmenté au cours de la dernière décennie, mais ils sont encore loin de ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Un financement climatique annuel de 5,7 milliards d’euros est requis jusqu’en 2030, et de 6,7 milliards d’euros jusqu’en 2050, pour atteindre la neutralité carbone – soit un total de près de 185 milliards d’euros. Les actions visant les effets du changement climatique dans les communautés vulnérables et les écosystèmes doivent être traitées en priorité et avec la justice qu’elles méritent. En tant que moyen de combler le fossé global, la coopération internationale et le rôle du financement climatique dans la réalisation des objectifs de durabilité doivent être renforcés pour promouvoir les bénéfices économiques et sociaux de l’action climatique pour tous.

Acteurs clés du financement climatique

Le financement climatique implique de nombreux acteurs qui jouent des rôles cruciaux pour faire avancer l’agenda en vue de la neutralité carbone. D’une part, des entités internationales telles que l’UNEP-FI (Programme des Nations Unies pour le développement), la BEI (Banque Européenne d’Investissement), la BERD (Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement), etc., fournissent des solutions financières mixtes grâce à l’augmentation des financements publics et à la mobilisation des flux de capitaux privés. De plus, des cadres politiques bien régis et facilitants sont essentiels pour aider à lever les financements publics et privés afin de répondre aux engagements liés au climat. Ensuite, les investisseurs privés contribuent au marché du capital climatique en raison des régulations imposées en matière d’ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) / durabilité. Dernier point, et pas le moindre, la sensibilisation sociale, l’engagement et l’acceptation sont essentiels si nous voulons atteindre les objectifs dans un avenir proche.

Défis et obstacles

Les conditions de marché et les cadres juridiques ne sont cependant pas toujours bien établis pour favoriser le financement climatique.

  • Désalignement politique et financier : Il existe des politiques et réglementations pertinentes dans les secteurs financier et corporatif, mais elles sont souvent inefficaces en raison d’un manque de coordination ou d’approches fragmentées. Cela conduit à des désalignements avec les objectifs de neutralité carbone, entravant une mobilisation efficace des financements publics et privés pour les solutions climatiques.
  • Augmentation des inégalités et érosion de la confiance mondiale : Il existe un manque de confiance significatif entre le Nord et le Sud concernant le financement de la transition. L’échec à tenir la promesse faite à Copenhague en 2009 de 100 milliards de dollars illustre des relations tendues.
  • Données et analyses climatiques limitées : Les lacunes dans les données et les analyses climatiques entravent le développement de plans de transition crédibles, freinant une surveillance et une exécution efficaces des stratégies de financement climatique tout en ouvrant la porte au greenwashing corporatif.

Pour relever les défis et obstacles précédemment exposés :

  • Alignement des parties prenantes : Les finances publiques doivent débloquer les finances privées en étant déployées de manière optimisée et en assurant la viabilité à chaque étape du développement, des projets de R&D aux premiers projets, en passant par les achats publics et les subventions continues ainsi que les mécanismes de financement concessionnel. Les politiques doivent catalyser les flux de capitaux privés au-delà des cycles politiques à court terme. Les lois et réglementations doivent être calibrées pour encourager les investissements en énergies propres.

Le secteur public devrait prendre l’initiative de préparer le terrain pour le marché des capitaux privés en orientant les capitaux vers les technologies de décarbonisation essentielles qui manquent actuellement de viabilité commerciale. Cela inclut des domaines tels que la capture du carbone, l’énergie nucléaire, l’hydrogène vert et les secteurs industriels comme le ciment ou l’acier.

  • Transition juste via une coopération accrue : Cela implique une expansion des mécanismes de financement similaires à ceux utilisés dans le Mécanisme de Transition Juste avec le Fonds de Transition Juste. Ces ressources seront utilisées pour mettre hors service et démanteler les infrastructures fossiles, offrant simultanément un soutien financier et des opportunités d’emploi pour les travailleurs actuels. Les banques de développement multilatérales et les institutions de financement du développement doivent sécuriser des capitaux supplémentaires pour soutenir ces initiatives, orientant leur financement de manière stratégique pour tirer parti du financement privé et amplifier l’impact de tels programmes.
  • Combler les lacunes de connaissances et responsabiliser les parties prenantes. Un écosystème bien informé et responsable via l’investissement dans l’infrastructure de données climatiques et la transparence via la sensibilisation du public favorisera les progrès vers les objectifs climatiques mondiaux.

Quelle est la prochaine étape ?

Le passage vers une économie faible en carbone, résiliente et équitable représente la plus grande opportunité d’investissement de notre vie. Une action et un investissement climatiques concertés pourraient apporter 20 milliards d’euros nets à l’économie mondiale, soit une hausse pouvant atteindre jusqu’à 4,4% du PIB mondial d’ici 2070 (par rapport à la situation actuelle).

Les solutions pour combler le déficit de financement sont complexes et multifacettes, allant de l’alignement des parties prenantes, de la coopération internationale à la gestion des connaissances et à la responsabilisation des parties prenantes. Les institutions bien préparées à s’engager sur les voies de la neutralité carbone seront en mesure de tirer parti des changements de politique axés sur la décarbonisation pour devenir des innovateurs technologiques et aligner leurs pratiques avec les normes de responsabilité éthique et sociale.

Liens utiles :

UAE Leaders’ Declaration on a Global Climate Finance Framework, COP28

Laser-focused on Bridging the Climate Finance Gap at COP28, World Bank

What is Climate Finance and Why Do We Need More of It?, UNDP

Bridging the Climate Financing Gap with Public Policy Instruments, EU Commission

Avertissement : Cet article est une contribution d’un partenaire. Tous droits réservés. Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant au nom de la Commission n’est responsable de l’utilisation qui pourrait être faite des informations contenues dans l’article. Les opinions exprimées sont celles de l’auteur(s) uniquement et ne doivent pas être considérées comme représentatives de la position officielle de la Commission européenne.

Cet article est publié dans le cadre de la Semaine européenne de l’énergie renouvelable dont EconomieMatin et l’Energeek sont partenaires. L’article a été traduit par l’IA avec relecture humaine. Vous trouverez également la version originale sur EconomieMatin ici.

Rédigé par : eusew

EUSEW
ven 22 Déc 2023
Volkswagen s'aligne sur les géants de l'industrie en adoptant la norme de recharge nord-américaine de Tesla, le NACS. Cette décision marque un tournant stratégique pour le groupe allemand et ses filiales, mais aussi pour le passage à l'électromobilité. Voiture électrique…
mar 31 Jan 2023
Contre toute logique, alors que la demande en énergies renouvelables est à son apogée, les fabricants européens d’éoliennes sont à la peine. Certains pourraient devoir déposer le bilan prochainement, alors même qu’ils ne subissent pas encore de plein fouet la…
ven 23 Déc 2022
Le dispositif MaPrimeRénov’ n’ayant pas fait d’étincelles en 2022, le gouvernement a décidé de le faire évoluer pour l’an prochain. Objectif, booster l’isolation, de préférence au remplacement des chaudières.   On commence à connaître le slogan par coeur : la…
jeu 5 Jan 2023
Spécificité française, du moins en Europe, le superéthanol était de très loin le carburant le moins cher à la pompe depuis son lancement dans l’Hexagone, en 2007, principalement grâce à une fiscalité très avantageuse. Mais ces derniers mois, sont prix…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.