Comment mettre en place la sobriété énergétique au niveau des territoires

Comment mettre en place la sobriété énergétique à l’échelle des territoires ?

Comment mettre en place la sobriété énergétique à l'échelle des territoires ?

Le 9 juillet dernier, l’ADEME a mis publié sa grande étude sur les démarches territoriales en faveur de la sobriété énergétique. Le rapport a observé les stratégies de 22 collectivités françaises. Les territoires sont un maillon crucial dans la mise en place des politiques de transition écologique. Ils doivent aussi faire face à des problématiques bien précises : la mobilité durable, l’éclairage, le pilotage d’une smart grid… Mais le plus gros enjeu reste de rendre la sobriété énergétique désirable aux yeux des citoyens.

Sobriété et énergies vertes : deux sujets différents

Jusqu’à récemment, la transition énergétique passait principalement par le développement des énergies vertes. Mais les renouvelables ne font pas tout. Les territoires sont nombreux à avoir faire du verdissement de leur mix énergétique une priorité. La sobriété relève d’un autre élan : pour consommer mieux, il faut aussi consommer moins. Sébastien Maire, le délégué général de l’association France Ville Durable, l’explique : “La sobriété est une vraie révolution, une remise en cause des logiques de développement durable.” La bonne formule pour une ville durable ? “Elle réduit significativement ses consommations d’énergie, et remplace les énergies carbonées par des énergies renouvelables.”

Sobriété énergétique dans les territoires : repenser les projets urbains

La question de l’aménagement urbain est désormais étroitement liée à celle de la sobriété énergétique des territoires. Tant pour des raisons écologiques qu’économiques, les territoires encouragent de nouveaux projets de ville durable bas-carbone. Et cette priorité implique plusieurs axes de travail.

Il ressort de l’étude de l’ADEME que “la promotion d’une consommation sobre pourrait être mise en lien avec le renouvellement des centres-villes”. Les acteurs des collectivités locales évoquent la place des constructions hybrides, que les aménageurs doivent encourager. Les collectivités doivent aussi soutenir l’innovation en collaborant avec des entreprises locales ou en lançant des appels à projets. Plus globalement, le rapport souligne la nécessité d’impliquer tout le tissu économique locale pour atteindre la sobriété.

Les territoires, trop isolés en matière de sobriété énergétique

La pose du diagnostic et la volonté d’agir sont rarement un frein à la sobriété pour les territoires. En revanche, le rapport de l’ADEME met le doigt sur un problème de fond : les collectivités territoriales se sentent globalement isolées sur le sujet de la sobriété. Les responsables estiment qu’ils sont mal accompagnés, et peinent à identifier les solutions qui les aideraient sur le terrain. Les responsables interrogés par l’ADEME voudraient une diffusion plus large des retours d’expérience. Ils ont aussi besoin de plus d’informations sur les innovations techniques et les évolutions de la réglementation. Ils souhaiteraient aussi plus de visibilité sur les possibilités de financements pour leurs projets.

La sensibilisation : le maître-mot de la sobriété énergétique pour les territoires

Les bonnes idées ne manquent pas pour faire de la sobriété énergétique une réalité. Mais tous les acteurs interrogés dans le rapport sont d’accord sur un point : la sensibilisation des citoyens est une étape cruciale. Il convient donc de rappeler que la sobriété n’induit pas la précarité énergétique. Pour que la sobriété énergétique ait un avenir, elle doit rencontrer une forte adhésion des publics. Or, on n’efface pas facilement des décennies de culture de la surconsommation. Le rapport de l’ADEME met en lumière l’importance de bien expliquer les enjeux énergétiques. “Les acteurs considèrent que la sensibilisation et la communication sont des leviers majeurs à déployer en priorité auprès des population.”

Et pour convaincre la population, l’ADEME insiste sur un point : les collectivités doivent elles-mêmes être “éco-exemplaires”. Elles doivent démontrer les vertus de la sobriété énergétique par des actions concrètes, notamment au niveau des infrastructures publiques. Elles ont aussi la possibilité, à travers le levier des commandes publiques, de valoriser la transition énergétique. Par ailleurs, faire participer les habitants et les acteurs locaux reste un levier important vers l’acceptation sociale. En bâtissant ainsi une image positive de la sobriété énergétique, les territoires la rendront d’autant plus légitime aux yeux des citoyens.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 2 Avr 2016
Selon l'article L412-6 du Code des procédures civiles d'exécution, « la trêve hivernale est applicable du 1er novembre au 31 mars », et le mois d'avril marque donc la fin de l'interdiction des coupures d'électricité et de gaz en cas d'impayés. Le chargé…
lun 11 Sep 2017
Comme annoncé juste après le passage de l'ouragan Irma, les équipes du groupe EDF s’activent pour tenter de rétablir l’électricité dans les plus brefs délais sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Plus de 140 tonnes d'équipements électriques de secours…
mer 28 Août 2013
Avec 679 pannes de courant recensées entre 2003 et 2012, la qualité du réseau électrique de la première puissance mondiale fait pâle figure par rapport aux réseaux européens. Son ouverture à la concurrence et, surtout, la fréquence des catastrophes naturelles…
jeu 8 Juin 2017
Selon un communiqué du gestionnaire du réseau électrique RTE, la France est prête à aborder la saison estivale avec sérénité. Même en cas de fortes chaleurs, la consommation de courant ne devrait pas excéder les moyennes saisonnières et pourraient même…

COMMENTAIRES

  • Il faut aussi apporter des solutions concrètes, compétitives et efficientes

    Exemple en Finlande notamment :

    Stockage thermique inter-saisonnier pour villes moyennes de 20.000 habitants ou quartiers très importants, reproductible dans beaucoup d’endroits

    Les bâtiments représentent environ 40 % de la consommation d’énergie finale et 36 % des émissions dans l’UE. Les solutions de stockage d’énergie joueront un rôle clé dans les systèmes énergétiques sans carbone du futur.

    Le VECTES (Vantaa Energy Cavern Thermal Energy Storage) est un projet de stockage d’énergie global inter-saisonnier qui permet d’exploiter la chaleur de l’été pour les froides journées d’hiver. L’installation sera la plus grande caverne de stockage d’énergie thermique au monde avec une superficie de 1 000 000 m3. Il aura une capacité de stockage de 90 GWh d’énergie, soit la consommation annuelle de chaleur d’une ville moyenne.

    Le stockage saisonnier sera chargé avec de l’énergie en été qui est soit renouvelable ou serait autrement gaspillée, telle que la chaleur résiduelle des climatiseurs, solaires et géothermiques.

    Il repose sur le stockage unique et innovant d’eau chaude à une température exceptionnellement élevée de 140 °C, une solution qui permet une plus grande capacité de stockage tout en étant rentable. L’application est très compétitive et évolutive également pour d’autres régions, contribuant ainsi à la décarbonisation des systèmes énergétiques à travers l’Europe. L’achèvement du projet est prévu pour 2026.

    Vantaa est une ville en pleine croissance dans la région de la capitale de Finlande et a une production de chaleur excédentaire en été. Le temps et la demande de chauffage dans la zone devrait augmenter.

    Le VECTES sera situé dans le substratum rocheux dans une profondeur d’environ 60 mètres. A cette profondeur, la pression naturelle des eaux souterraines assure la pression adéquate à l’intérieur du réservoir d’eau pour l’empêcher de se vaporiser même à hautes températures. Ainsi, l’eau peut être chauffée jusqu’à 140 °C en augmentant la capacité de stockage de l’installation de manière significative.

    Le réservoir de stockage principal sera constitué de quatre cavernes d’environ 200.000 mètres cubes chacune. De plus il y aura une grande chambre d’expansion. La capacité sera d’environ 90 GWh ce qui équivaut à la consommation de chaleur de 20.000 habitants (les systèmes CTES existants ont un stockage d’environ 10 GWh ou moins).

    La capacité de décharge de la ville sera de 200 MW et son efficacité à long terme d’environ 85%.

    L’installation de stockage est reliée au réseau de chauffage urbain local. L’énergie est stockée et évacué à l’aide d’échangeurs de chaleur qui transfèrent l’énergie thermique dans le circuit de chauffage urbain. L’efficacité est améliorés avec une pompe à chaleur.

    Le VECTES permet le stockage des excédents d’énergie à faibles émissions et sans émissions, comme la chaleur résiduelle des climatiseurs, des centrales solaires, géothermiques, incinérateurs de déchets etc

    En raison de la haute température innovante du système, les coûts d’investissement ont été réduits considérablement par rapport au thermique traditionnel et rend le système très compétitif et durable

    https://www.vantaanenergia.fi/en/fossil-free-2026/worlds-largest-cavern-thermal-energy-storage-to-be-built-in-vantaa/

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.