Orange fait appel à ENGIE pour développer son électricité verte - L'EnerGeek

Orange fait appel à ENGIE pour développer son électricité verte

Orange fait appel à ENGIE pour développer son électricité verte

Le 15 février dernier, Orange a signé un partenariat stratégique avec ENGIE. Le groupe de télécommunications souhaite déployer une solution globale pour l’approvisionnement de son électricité verte. ENGIE va piloter la mise en œuvre de cette solution. Et Orange compte bien sur cette étape pour concrétiser un de ses engagements en faveur de la transition énergétique : atteindre 50% d’électricité verte dans son mix électrique.

Orange Engage 2025 : objectif 50% d’électricité verte

En 2019, le groupe de télécommunications Orange a lancé son plan stratégique Engage 2025. L’ensemble des engagements vise à engager le groupe dans une dynamique vertueuse en matière de transition énergétique. Orange, qui souhaite verdir ses activités, s’est notamment engagé en faveur d’un objectif crucial : “satisfaire 50% des besoins en électricité du groupe à partir de sources renouvelables en 2025”. En 2019, le mix électrique d’Orange contenait déjà une part de 18% d’électricité verte.

En février 2020, juste avant la crise sanitaire, Stéphane Richard, PDG d’Orange, réitérait cet engagement ambitieux. Il précisait aussi : “Orange va investir une centaine de millions d’euros dans les énergies renouvelables”. Ces investissements annoncés se concrétisent désormais avec le contrat signé avec ENGIE.

ENGIE pilotera une solution globale pour Orange

Orange vient donc de signer un contrat d’achat d’électricité pour une durée de quinze ans avec ENGIE. Ce PPA (Power Purchase Agreement) repose sur trois volets, de la production d’électricité verte à l’approvisionnement du groupe Orange.

ENGIE s’est engagé à fournir une “solution globale”. C’est-à-dire que l’énergéticien va piloter le déploiement des nouvelles infrastructures de production et gérer cette production d’électricité verte. Mais il s’engage aussi à fournir les volumes complémentaires “pour répondre à la consommation effective d’Orange”.

2 nouvelles centrales solaires dès 2023

Concrètement, ENGIE et Orange compte déployer deux nouveaux parcs solaires, dont la mise en service est déjà prévue pour janvier 2023. Ces deux centrales solaires seront déployées dans les Hautes-Alpes. Et elles offriront une puissance de 51 MW. Fabienne Dulac, la directrice générale adjointe d’Orange, a salué ce projet : “Nous sommes fiers de contribuer ainsi à la transition énergétique du pays mais également au développement économique des territoires qui accueilleront les nouvelles installations solaires.”

Ces deux centrales solaires viennent renforcer le dispositif de production d’électricité verte sur lequel Orange peut d’ores et déjà compter. Le groupe de télécommunications a investi dans plusieurs centrales solaires et parcs éoliens déjà en service sur le territoire français. ENGIE aura la charge d’agréger l’ensemble de la production d’électricité verte de ces différentes unités de production pour couvrir les besoins d’Orange. ENGIE s’est aussi engagé à “restituer un bandeau d’énergie continue au plus près du fil de consommation effectif d’Orange”. Concrètement, cela signifie qu’ENGIE comblera par d’autres sources d’énergies renouvelables les éventuels écarts entre la production et la consommation réelle d’Orange.

Orange peut-il réussir son pari de 50% d’électricité verte pour 2025 ?

En 2018, Orange a consommé 5,6 TWh. L’essentiel de cette consommation électrique alimente le réseau. Il compte à lui seul pour 80% de toute l’électricité consommée par Orange. Les data centers du groupe consomment une part importante de l’électricité restante. Et si Orange souhaite rapidement déployer une solution de gestion électrique globale, c’est aussi parce que le groupe fait face à un important virage technologique. Un virage qui devrait l’aider à tenir son pari de 50% d’électricité verte en 202.

En effet, d’après Stéphane Richard, le déploiement de la fibre et de la 5G devraient faire baisser la consommation électrique annuelle du groupe. Il estime que la fibre consomme trois fois moins d’électricité que l’ADSL. La 5G se montre aussi moins énergivore que le réseau mobile actuel ; elle devrait consommer environ 30% d’électricité de moins. Le contexte semble donc favorable au projet d’Orange. Si le groupe tricolore réussit son pari, il sera le premier groupe de télécommunications au monde à atteindre 50% d’électricité verte.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 25 Fév 2013
L’entreprise basée à Perpignan a présenté son nouveau système de télé-contrôle  des petites installations photovoltaïques lors du salon des énergies renouvelables de Lyon qui s’est achevé vendredi 22 février. Disposant d’un brevet pour l’Union Européenne, l’entreprise Tecsol a mis au…
jeu 21 Nov 2013
Dalkia, entreprise française spécialisée dans les services énergétiques, a inauguré jeudi 7 novembre dans la ville de Pècs, en Hongrie, sa nouvelle centrale biomasse. Il s'agit de la première unité de cogénération de l'Union Européenne à produire chaleur et électricité…
mer 25 Fév 2015
Depuis les années 2000, l’Allemagne a vu ses agriculteurs se transformer en producteurs de méthane, grâce à un généreux système de subvention de l’électricité produite. Une pratique qui a conduit à des dérives mais qui a aussi permis à ce…
jeu 2 Jan 2014
Les médias russes ont annoncé mi-décembre la construction d'un gigantesque parc éolien dans le nord-est de la Russie. Erigé dans la région de l'Arctique, il deviendra à terme un des plus puissants d'Europe et remplacera les vieillissantes centrales thermiques qui…

COMMENTAIRES

  • La taille des installations est l’un des principaux facteurs de diminution du coût de production des énergies renouvelables, au même titre que les productions de toutes natures. Cela se reflète par exemple pour le solaire photovoltaïque par des tarifs d’achat plus faible pour les installations de plus forte puissance (concerne celles inférieures à 100 kWc). De même, dans les appels d’offres, le tarif moyen pour des centrales PV au sol sera différent selon que l’installation est d’une puissance inférieure ou supérieure à 5 MWc.

    Bien que le tarif auquel EDF (ou autre) vend son électricité aux gros consommateurs (grandes entreprises) soit très inférieur à celui des particuliers, certaines de ces entreprises préfèrent s’approvisionner directement en énergie renouvelable pour une partie au moins de leurs besoins.

    C’est le cas de plus en plus fréquent pour des parcs photovoltaïques en construction. Chacun sait que le solaire produit essentiellement aux heures auxquelles l’activité économique est la plus important, en milieu de journée. La consommation d’électricité est aussi la plus importante a ces mêmes heures et le serait encore plus si la tarification en heures pleines ou creuses ne venait pas divertir une partie de la consommation diurne pour la reporter la nuit (accumulateurs d’eau chaude électriques). La pointe électrique de 19h n’existe qu’en hiver et est d’amplitude limitée (de 18h à 20h).

    Rien d’étonnant à ce qu’un gros consommateur s’associe à un producteur d’électricité solaire pour non seulement “verdir” son approvisionnement mais aussi faire des économies.

    Répondre
  • Ils sont très bon en communication, mais peut-être un peu moins en calcul ….

    Pour produire 50% de 5.6TWh il faut une centrale solaire de 2000MWc

    Ce qui n’alimentera pas les data center la nuit pour autant ?

    Bien cordialement
    Dominique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.