Total disqualifié des Jeux Olympiques de Paris 2024 par Anne Hidalgo

Total disqualifié des Jeux Olympiques de Paris 2024 par Anne Hidalgo

jo2024 anne hidalgo total

Avec les Jeux Olympiques qui se tiendront à l’été 2024, Paris sera plus que jamais la plus belle vitrine du monde. D’ailleurs, de nombreuses entreprises comptent profiter de cette exposition ; Orange, la Française des Jeux ou encore Bouygues Construction vont ainsi financer le Comité organisateur des jeux Olympiques (COJO) de Tony Estanguet. Total, le groupe pétrolier dirigé par Patrick Pouyanné, ne fera cependant pas partie de cette liste. En effet, mercredi 29 mai 2019, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, aurait refusé de cautionner le greenwashing du champion du CAC40.

Anne Hidalgo veut se débarrasser des hydrocarbures

Cent ans après la dernière édition organisée à Paris, la capitale française prépare les Jeux Olympiques de 2024. Pour cette compétition au rayonnement planétaire, la ville lumière s’apprête à scintiller de mille feux. Et si les prix de l’énergie restent soumis aux fluctuations des marchés, la facture de l’évènement est, elle, estimée à plus de 3 milliards d’euros. Le comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) cherche à “limiter le montant de l’investissement global lié au projet olympique et paralympique“. Pourtant, des infrastructures temporaires seront nécessaires pour accueillir les sportifs et les millions de touristes qui afflueront vers le bassin parisien !

C’est pourquoi, le président du COJO, Tony Estanguet, s’est lancé dans une course aux financements. Et les grands groupes ne s’y trompent pas, eux qui dépenses des sommes folles en marketing et en communication tout au long de l’année, ont tout intérêt à utiliser leurs queues de budget pour cette rencontre sportive, attendue aux quatre coins du globe. Seulement, la Maire de Paris, Anne Hidalgo, alliée aux écologistes, ne souhaite pas utiliser la rente pétrolière de Total. Le 4 avril 2019,  elle avait ainsi expliqué : “il serait très difficilement compréhensible pour nos concitoyens que soient retenues des entreprises dont l’activité aurait un lourd impact sur l’environnement, en se fondant notamment sur le recours massif à des énergies carbonées“.

Aussi, lors d’une rencontre avec le PDG de Total, Patrick Pouyanné, à l’Hôtel de Ville, Anne Hidalgo aurait disqualifié l’énergéticien. Total ne figurera donc pas sur la liste des sponsors pour Paris 2024. Citant Le Monde, l’adjointe écologiste, Celia Blauel, explique : “le groupe pétrolier incarne ce qu’Anne Hidalgo a décidé de combattre au nom de la préservation du climat et de la santé des Parisiens : les énergies fossiles“.

Paris 2024 : du greenwashing de Total au finger pointing d’Agnès Pannier Rucher

Au début de l’année, c’est la secrétaire d’Etat Brune Poirson qui avait dénoncé l’impact des activités de Total. Selon elle, il est urgent de se passer du pétrole, véritable “drogue dure” de nos sociétés industrialisées. Pour elle aussi, la transition énergétique est un sujet sérieux, et Total n’est pas vraiment exemplaire en la matière. Et même si Fabien Choné espère récupérer la gestion de 15% des barrages hydroélectriques français d’ici 5 ans, après avoir bénéficié de l’ouverture du marché de l’énergie avec Direct Énergie, Greenpeace ne semble pas convaincu par les motivations de la compagnie pétrolière, qu’elle accuse de “greenwashing“.

Sans aller jusque là, Anne Hidalgo a toutefois raison de rappeler que la participation de Total est incompatible avec son engagement : celui d’organiser des “Jeux neutres en carbone“. Une explication à laquelle la secrétaire d’Etat Agnès Pannier Rucher est restée insensible. Elle qui a été écartée des dossiers ENGIE à Bercy, n’hésite pas à défendre le pétrolier. Selon elle, nous sommes “tous complices” d’un “pacte productif qui repose sur les énergies fossiles“, et il ne sert à rien de faire du “finger pointing“.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 6 Mar 2017
Selon plusieurs exploitants régionaux, Israël aurait commencé depuis le mois de janvier dernier à exporter une partie de sa production de gaz naturel en mer Méditerranée vers la Jordanie en vertu d'accord datant de 2014. Un première étape pour l'Etat…
mer 25 Jan 2017
Officiellement en service depuis le 1er janvier dernier, le terminal méthanier de Dunkerque a reçu cette semaine sa première cargaison commerciale de gaz naturel liquéfié destinée au marché européen. Le chargement, arrivé lundi 23 janvier jusqu'au terminal de regazéification, se…
ven 8 Déc 2017
Chypre, la Grèce, Israël et l'Italie ont signé, mardi 5 décembre, un protocole d'accord pour la construction du plus long pipeline sous-marin de gaz naturel au monde devant relier la Méditerranée orientale au sud de l'Europe. Un projet vivement encouragé…
mer 14 Juin 2017
Fermement opposée au nouveau projet de gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie et l'Allemagne par la mer Baltique, la Pologne confirme sa volonté de se défaire progressivement de l'emprise russe en matière d'approvisionnement gazier. A la suite d’un contrat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.