Engie rachète les gazoducs de Petrobras et étend son influence au Brésil

Engie rachète les gazoducs de Petrobras et étend son influence au Brésil

La diversification est un des maîtres-mots des énergéticiens. Engie n’échappe pas à la règle et vient de remporter un appel d’offres géant au Brésil. Associé au fonds canadien de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Engie a acquis 90 % des actions de Transportadora Associada de Gás (TAG), la filiale de Petrobras spécialisée dans les gazoducs. Ce sont au total 4 500 kilomètres de gazoduc qui changent de main pour une somme de 8,6 milliards de dollars. L’opération permet à Petrobras d’éponger une partie de sa dette tandis qu’Engie se renforce dans ce pays-continent.

Un appel d’offres hors du commun

Plus grand pays d’Amérique du sud, le Brésil possède un géant de l’énergie avec le pétrolier Petrobras. Un géant aux pieds d’argile puisque la compagnie est confrontée à une gigantesque affaire de corruption, révélée par l’opération Lavage Express. Par ailleurs, la société affiche un endettement très important. Afin de se donner de l’air, Petrobras a lancé un appel d’offres pour la prise de contrôle de 90 % de ses gazoducs dans le pays. Trois offres étaient en compétition : Macquarie Group, EIG Global Energy, allié au fonds d’investissement Mubadala et Engie associé à CDPQ. C’est ce dernier consortium qui l’a finalement emporté sans grande surprise puisqu’il était en négociations exclusives avec Petrobras depuis plusieurs mois. Des négociations qui avaient dû cesser en juillet dernier en raison de la demande de la Cour suprême brésilienne de voir le Congrès autoriser les privatisations préalablement. C’est désormais chose faite pour la filiale de Petrobras, TAG, ce qui a permis de reprendre les négociations le mois dernier.

Petrobras a annoncé que la meilleure offre financière avait été choisie. Engie et la Caisse de dépôt et placement du Québec vont débourser 8,6 milliards de dollars. Cela comprend notamment le paiement de 800 millions de dollars de dette accumulée par TAG. Une bonne opération pour la filiale de Petrobras. Il s’agit de la plus importante opération de ce type jamais réalisée par le groupe selon l’agence Bloomberg. Il ne reste plus qu’à obtenir l’approbation de l’autorité de concurrence brésilienne pour finaliser cette manœuvre d’envergure.

Désendettement pour Petrobras, investissements pour Engie

Le géant brésilien se frotte les mains et entend continuer dans cette stratégie de désendettement. En 2017, la dette de Petrobras était de 69,4 milliards de dollars. C’est pourquoi, le groupe espère vendre des actifs à hauteur de 27 milliards de dollars. Un désendettement qui devrait se poursuivre aussi grâce à des cours du brut en augmentation. Le prix du baril est une donnée évidemment stratégique pour la bonne santé de Petrobras. Après cinq années déficitaires, 2018 a permis de dégager un bénéfice de 7 milliards de dollars. La major brésilienne respire un peu mieux, et Engie peut se satisfaire de son opération.

Le groupe français lorgnait depuis longtemps sur les actifs de TAG. Désormais, il dispose de 58,5 % des 4 500 kilomètres de gazoduc, tandis que CDPQ possède 31,5 %. Le président de la filiale brésilienne d’Engie, Mauricio Bahr, a assuré que l’opération avait obtenu « un engagement ferme de la part des banques ». Ce dernier a également indiqué que « cette transaction va permettre une croissance rapide du groupe au Brésil avec de nouvelles sources de recettes ». Enfin précise-t-il, « Petrobras continuera à utiliser les services de transport de gaz fournis par TAG par le biais de contrats à long terme déjà en vigueur »…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 14 Fév 2018
Interpellé devant l’Assemblée Nationale sur l’éventuelle fermeture des centrales à charbon françaises et ses conséquences pour l’économie locale, le Ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a ouvert la porte fin janvier 2018 à une poursuite d’activité sous…
jeu 2 Mar 2017
La production d'électricité dans les territoires d'Outre-mer est un marché porteur et ouvre sans cesse de nouvelles perspectives en ces temps de transition énergétique. Le producteur français d'électricité Albioma, surtout présent dans les DOM-TOM, aura su en profiter pour booster…
lun 2 Nov 2015
Dans une tribune cosignée avec le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, la directrice du FMI, Christine Lagarde, plaide pour la généralisation de la taxe carbone. Le texte, publié par le journal Le Monde le 29 octobre dernier, envisage…
Réseau de Transport d’Électricité (RTE), filiale d'EDF en charge du réseau public de transport d'électricité, a publié comme chaque année son bilan électrique. Selon cette étude chiffrée, 2014 a été une année marquée par la baisse de la consommation d'électricité, en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.