Voiture électrique: comment faire installer une borne de recharge chez soi?

Voiture électrique : comment installer une borne de recharge chez soi ?

Lors des ElectricDays, EDF a annoncé son nouveau plan pour la mobilité électrique. Celui-ci doit lui permettre de devenir le premier exploitant européen de bornes de recharge pour véhicules électriques, mais également le premier fournisseur d’électricité pour les alimenter. D’ailleurs, le groupe entend profiter de l’élan donné par les constructeurs automobiles dans le domaine du transport 100% électrique. Dans cette optique, il proposera dès l’an prochain de nouvelles offres commerciales regroupant solution de recharge et fourniture d’électricité verte. Mais si vous êtes un particulier et que vous souhaitez installer une borne de recharge à votre domicile pour votre voiture électrique, il est possible de le faire dès maintenant…

Prise standard ou borne de recharge murale ?

EDF, mais aussi plusieurs groupes concurrents comme Evbox (Engie) ou Zeplug proposent d’ores et déjà des offres de recharge pour les particuliers. Généralement, deux solutions techniques différentes sont soumises  à leurs clients.

La prise standard dite « renforcée » (car l’intensité du courant est plus élevée) ou « sécurisée » (par rapport à une prise standard non modifiée qui risque d’endommager le véhicule) permet de disposer d’une solution de recharge individuelle à petit prix : comptez 60 euros hors coût d’installation, et prévoyez 100 euros pour un disjoncteur différentiel adapté. Mais le temps de recharge du véhicule sera relativement long, entre 8 et 10 heures.

La Wallbox est une borne de recharge généralement fixée sur un des murs du garage. Elle permet une recharge plus rapide de son véhicule (entre 3 et 5 heures), et elle offre davantage de sécurité pour le véhicule sur le plan électrique. Ces bornes intelligentes offrent en outre davantage de fonctions, comme la programmation de la recharge en heures creuses.

En revanche, leur coût est supérieur (à partir de 400 euros pour les moins puissantes, hors frais d’installation). Toutefois, de plus en plus de constructeurs de voitures électriques offrent la prise sécurisée ou la Wallbox au moment de l’achat du véhicule.

Dans les deux cas, les aménagements nécessaires pour installer une borne de recharge à domicile ne sont pas très importants, du moment que l’installation électrique de votre domicile est en bon état et répond aux normes en vigueur.

En copropriété, faites valoir le droit à la prise pour votre voiture électrique

En vue de la livraison d’un nouvel immeuble, les promoteurs immobiliers ont désormais l’obligation de réaliser le câblage du parking. Ainsi, les habitants ou les utilisateurs de l’immeuble seront en mesure d’installer facilement une borne de recharge pour leur voiture électrique.

Si vous êtes locataire ou propriétaire dans un immeuble déjà existant, une disposition nommée « droit à la prise » prévoit l’impossibilité de refuser l’installation d’un dispositif de recharge.

Si les frais d’installation sont à la charge du futur utilisateur, il est possible de les partager si plusieurs occupants de l’immeuble sont intéressés par le dispositif. Une borne moderne permettra ensuite de répartir les frais d’électricité en fonction de la consommation réelle de chaque utilisateur.

Plusieurs dispositifs financiers pour développer l’usage de la voiture électrique

Si le dispositif de recharge n’est pas fourni au moment de l’achat d’un véhicule électrique, sachez qu’il existe plusieurs dispositifs permettant d’alléger sa facture.

Un crédit d’impôt sur le revenu permet de récupérer  jusqu’à 30% des frais d’installation de votre système de recharge. Cette mesure est valable aussi bien en habitat individuel qu’en habitat collectif.

Pa ailleurs, le programme Advenir vise à subventionner 50% des frais d’installation des bornes de recharge dans les immeubles collectifs, que la borne soit destinée à un usage individuel ou partagé (le montant maximal de la prime variera toutefois en fonction du modèle et de l’usage de la borne).

Enfin, gardez à l’esprit que rouler en voiture électrique vous permettra de faire des économies conséquentes par rapport à un véhicule à moteur thermique.  L’alimentation d’une voiture électrique revient à seulement 2 euros pour 100 kilomètres parcourus…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 31 Jan 2019
La question de la hausse du prix de l’électricité est toujours sensible. Elle est même devenue explosive depuis le début du mouvement de contestation des gilets jaunes ! C'est pourquoi, la recommandation de la Commission de régulation de l’énergie émise…
lun 9 Oct 2017
Après avoir remporté en 2016 un contrat de fourniture d'électricité renouvelable pour plus de 21.000 sites publics dans l'Hexagone, le géant pétrolier poursuit son intégration sur le marché de la fourniture d’énergie. Le PDG du groupe Patrick Pouyanné a dévoilé…
mer 10 Mai 2017
En progression constante sur le marché de l'automobile, les voitures électriques restent encore de manière générale freiner par un manque d'autonomie caractéristique. Si certaines voitures permettent en moyenne de rouler près de 300 km sans recharge (Opel Ampera-e ou Renault…
ven 14 Sep 2018
Leclerc se lance sur le marché de l'électricité : c'est l'information incontournable de cette rentrée 2018. Pour les consommateurs, le marché de l'énergie s'ouvre encore un peu plus avec ce nouvel acteur. Si Leclerc est déjà bien implanté en France…

COMMENTAIRES

  • 2 € d’électricité par 100 km : ça peut paraître faible apr rapport à un véhicule au gazole qui consomme 4 l/100 km soit 6 €/100 km.
    Mais on oublie ici de dire que l’utilisateur “consomme” aussi de la batterie !
    Une batterie au Li coûte environ 10 000 € , elle tolère 2000 cycles de charge/décharge et chaque recharge permet de faire en moyenne 200 km en conditions réelles. La batterie autorise donc 2000*200 = 400 000 km, ce qui fait qu’à chaque 100 km on “consomme” 100 * 10 000/400 000 soit 2.5 €.
    Au total, chaque km parcouru coûte réellement 2 € d’électricité + 2.5 € d’usure de batterie soit 4.5 €.
    C’est moins que les 6 € d’un diesel certes, mais pas le miracle annoncé.

    Répondre
  • Si la voiture électrique devient sinon prépondérante, du moins importante dans le parc, comment l’état la taxera-t-elle pour récupérer la manque à gagner sur la vente des carburants ?

    Répondre
  • @ Studer :

    Le diesel a des coûts d’entretien nettement plus élevés que l’électrique,
    Des coûts de pollution généraux énormes,
    Des coûts d’importations d’énergies fossiles etc

    Si l’on n’en tient pas compte on peut effectivement faire dire ce que l’on veut.

    Par ailleurs les batteries ne sont pas abonnées au lithium et au cobalt mais ont d’autres substituts sérieux et moins polluants et moins coûteux d’ici 2020 avec une meilleure durabilité (plus de 4000 cycles), des charges ultra-rapides et des charges/décharges totales comme le Na-ion qui existe depuis les années 80 mais s’est nettement amélioré récemment compte tenu des enjeux (voir Tiamat en France, Faradion au Royaume-Uni, Aquion Energy en Chine etc) en plus d’une meilleure sécurité et simplicité de recyclage complet. De plus la ressource Sodium (sel) est 1000 fois supérieure au Lithium et largement répandue.

    Dans tous les cas on peut s’en servir en stockage chez soi ensuite et un véhicule électrique a une durée de vie par nature bien plus longue qu’un thermique (autour d’un facteur 10)

    La compétitivité des véhicules électriques, donc hors primes à l’achat, est attendue dès 2022.

    C’est sans compter l’intégration solaire qui augmente (32% de rendement actuellement au plan commercial pour par exemple Alta Devices, 35% de sous peu), la diminution du poids des véhicules, l’amélioration aérodynamique etc qui augmentent nettement l’autonomie tout en diminuant encore le poids des batteries à l’avantage de l’électrique (jusqu’à un facteur 8)

    Entre beaucoup d’autres études, celle récente de Que Choisir n’aborde pas tous les aspects mais aboutit déjà à des conclusions positives, je les cite :

    “L’analyse du coût total de détention (coût de financement du véhicule, de l’énergie, de
    l’assurance, de l’entretien et la décote) montre que les véhicules utilisant de l’électricité
    deviennent plus intéressants économiquement que les véhicules thermiques.

    Si la différence du coût total de détention entre une berline électrique et diesel atteint environ 20 % sur une période de 16 ans (durée de vie moyenne d’un véhicule), les véhicules
    électriques sont compétitifs au bout de 4 ans (dès la première main) avec un coût de
    détention moyen inférieur de 3,4 % grâce, principalement, au bonus octroyé.

    Avec un coût de déprécation plus faible en seconde et troisième main (moins de 40 % sur
    la seconde main contre 60 % à 70 % pour la première main sur une berline), l’intérêt des
    véhicules électriques d’occasion (mais également des hybrides rechargeables) s’accentue.
    En effet, en seconde main le coût de détention des berlines électrique est inférieur de 28 %
    par rapport à une berline diesel et cet écart atteint même 37 % lors de la troisième main.
    La consommation et le prix de l’électricité relativement bas sont les principaux atouts des
    véhicules électriques.

    Enfin, les véhicules électriques s’avèrent économiquement plus intéressants en zone rurale qu’en zone urbaine (5 % d’écart entre l’électrique et le diesel en zone rurale contre 0,2% en zone urbaine), grâce à un budget énergie relativement modéré par rapport à une motorisation diesel ou essence.

    L’avantage actuel des véhicules électriques devrait s’accentuer puisqu’en 2025 le coût
    de détention devait être inférieur de 12 % par rapport à une motorisation diesel et 18 % à
    partir de 2030, soit plus de 1 250 € par an.

    Actuellement les motorisations électriques et hybrides se développent majoritairement
    dans les centres urbains. Du point de vue sanitaire (pollution de l’air), cette vision est
    cohérente, mais économiquement il apparaît plus profitable d’utiliser des véhicules à
    faibles émissions dans les zones rurales ou périurbaines, là où les consommateurs
    parcourent de plus grandes distances”.

    Répondre
  • En France & pourquoi pas en Belgique?:

    “En vue de la livraison d’un nouvel immeuble, les promoteurs immobiliers ont désormais l’obligation de réaliser le câblage du parking. Ainsi, les habitants ou les utilisateurs de l’immeuble seront en mesure d’installer facilement une borne de recharge pour leur voiture électrique.”

    Une obligation de pose de panneaux photovoltaïques devrait également être d’application dans tout nouveau bâtiment et particulièrement de bureaux !
    Nous y travaillions activement !

    Répondre
  • Bonjour,
    je suis assez novice en la matière, mais je suis en plein projet de rénovation énergétique de ma maison, et j’envisage d’installer une centrale photovoltaïque pour produire et auto-consommer ma propre électricité.
    J’envisage également (dans un 2nd temps) de me procurer un voiture électrique.
    Faut-il que je réfléchisse et que j’anticipe tout de suite le dimensionnement de ma centrale photovoltaïque et de ses liaisons afin d’envisager par la suite s’installer une borne de recharge pour véhicule électrique ?
    Merci par avance de vos conseils.
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.