Nissan veut arrêter de vendre des véhicules diesel en Europe

Nissan veut arrêter de vendre des véhicules diesel en Europe

Nissan-voitures-electriques

Soumis à une pression réglementaire et concurrentielle de plus en plus forte, les constructeurs automobiles du monde entier rivalisent d’annonces spectaculaires sur leurs futures gammes électriques. Après Toyota, qui annonçait en mars dernier son intention de stopper ses ventes de véhicules diesel en Europe d’ici la fin de l’année 2018, le groupe Nissan a lui aussi dévoilé lundi 7 mai 2018 un tournant dans sa stratégie, en confirmant son ambition de remplacer à court terme l’ensemble de ses modèles diesel vendus en Europe par une version électrique.

Très bien implanté sur le marché européen de la voiture électrique depuis le lancement de la Nissan Leaf en 2010, le partenaire du groupe français Renault n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et prévoit d’accélérer encore davantage son effort de transition. Convaincu de la désaffection progressive des automobilistes pour la motorisation diesel, le japonais prévoirait même de faire de l’électrique un substitut naturel au diesel en Europe. « En Europe, où se concentrent nos ventes diesel, la poussée de l’électrification va nous permettre d’arrêter graduellement le diesel pour les voitures particulières à chaque renouvellement de modèle », expliquait lundi 7 mai 2018 à l’AFP un porte-parole du groupe, confirmant des informations de presse.

Un objectif d’un million de véhicules électrifiés d’ici 2022

Si l’on ne connaît pas à ce jour la part du diesel dans les ventes du groupe sur le marché européen, ni ses objectifs en termes de délais pour concrétiser cet « abandon » du diesel, on connaît en revanche ses fortes ambitions dans le développement de sa gamme électrique. Dans un contexte de concurrence accrue, Nissan a en effet récemment affirmé sa volonté de multiplier par plus de six ses ventes annuelles de véhicules électrifiés d’ici l’exercice 2022-23, visant un objectif d’un million d’unités. Cette catégorie regrouperait à la fois les automobiles purement électriques et celles équipées du système e-POWER, une propulsion électrique dotée d’une motorisation essence permettant de recharger la batterie du véhicule.

De son côté, Carlos Gosh, PDG du groupe Renault-Nissan avait déjà annoncé lui-même fin 2017 la commercialisation d’ici 2022 de 12 modèles tout électriques supplémentaires avec pour objectif d’atteindre à cette date 20% de ses ventes.

Crédits photo : Nissan

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 3 Nov 2017
Mises en place ces dernières années par le gouvernement en collaboration avec l’Ademe, les aides financières à la rénovation énergétique ont pour but d’inciter les ménages aux revenus modestes à entreprendre des travaux d’optimisation dans leur logement. Ces aides distribuées…
mer 8 Nov 2017
Encore peu développée dans l'Hexagone du fait d’un manque de compétitivité certain, la mobilité à l’hydrogène constitue pourtant une alternative propre et durable aux énergies fossiles et s’avère particulièrement bien adaptée au transport maritime de petite capacité. Exemple à La…
ven 23 Mar 2018
Après trois de années de stagnation liée l’utilisation croissante des énergies renouvelables et du gaz naturel au détriment du charbon, les émissions mondiales de gaz carbonique dans le secteur de la production énergétique sont reparties à la hausse en 2017,…
mar 14 Nov 2017
Alors que le groupe Engie poursuit sa mue et confirme la réorientation de ses activités vers les filières de production énergétique bas carbone, le groupe Total devrait devenir dès 2018, le numéro deux mondial sur le marché du gaz naturel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *