Nissan veut arrêter de vendre des véhicules diesel en Europe

Nissan veut arrêter de vendre des véhicules diesel en Europe

Nissan-voitures-electriques

Soumis à une pression réglementaire et concurrentielle de plus en plus forte, les constructeurs automobiles du monde entier rivalisent d’annonces spectaculaires sur leurs futures gammes électriques. Après Toyota, qui annonçait en mars dernier son intention de stopper ses ventes de véhicules diesel en Europe d’ici la fin de l’année 2018, le groupe Nissan a lui aussi dévoilé lundi 7 mai 2018 un tournant dans sa stratégie, en confirmant son ambition de remplacer à court terme l’ensemble de ses modèles diesel vendus en Europe par une version électrique.

Très bien implanté sur le marché européen de la voiture électrique depuis le lancement de la Nissan Leaf en 2010, le partenaire du groupe français Renault n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et prévoit d’accélérer encore davantage son effort de transition. Convaincu de la désaffection progressive des automobilistes pour la motorisation diesel, le japonais prévoirait même de faire de l’électrique un substitut naturel au diesel en Europe. « En Europe, où se concentrent nos ventes diesel, la poussée de l’électrification va nous permettre d’arrêter graduellement le diesel pour les voitures particulières à chaque renouvellement de modèle », expliquait lundi 7 mai 2018 à l’AFP un porte-parole du groupe, confirmant des informations de presse.

Un objectif d’un million de véhicules électrifiés d’ici 2022

Si l’on ne connaît pas à ce jour la part du diesel dans les ventes du groupe sur le marché européen, ni ses objectifs en termes de délais pour concrétiser cet « abandon » du diesel, on connaît en revanche ses fortes ambitions dans le développement de sa gamme électrique. Dans un contexte de concurrence accrue, Nissan a en effet récemment affirmé sa volonté de multiplier par plus de six ses ventes annuelles de véhicules électrifiés d’ici l’exercice 2022-23, visant un objectif d’un million d’unités. Cette catégorie regrouperait à la fois les automobiles purement électriques et celles équipées du système e-POWER, une propulsion électrique dotée d’une motorisation essence permettant de recharger la batterie du véhicule.

De son côté, Carlos Gosh, PDG du groupe Renault-Nissan avait déjà annoncé lui-même fin 2017 la commercialisation d’ici 2022 de 12 modèles tout électriques supplémentaires avec pour objectif d’atteindre à cette date 20% de ses ventes.

Crédits photo : Nissan

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 23 Avr 2018
Transition énergétique oblige, la production de biogaz fait désormais l'objet d'une véritable course énergétique. Vu comme une opportunité de fabriquer de l'énergie verte à l'échelle locale, en valorisant des filières de distribution courtes, le biogaz intéresse tout particulièrement Engie qui…
mer 31 Août 2016
En Allemagne, les énergéticiens sont en pleine restructuration depuis la transition énergétique - « energiewende ». E.ON a ainsi décidé de créer une filiale entièrement dédiée au gaz et au charbon. Mais alors qu’Uniper a enregistré une perte de plusieurs milliards d’euros…
jeu 9 Mar 2017
Après une nouvelle hausse au mois de mars, les tarifs réglementés du gaz appliqués aux particuliers pourraient légèrement diminuer à compter du 1er avril 2017 selon une information du Figaro. Ces tarifs sont recalculés chaque mois par la Commission de régulation…
ven 24 Avr 2015
EDF s'est lancé il y a quelques années dans un important programme de modernisation de son parc thermique, qui affiche une puissance de 12.600 MW et contribue à assurer la stabilité du réseau électrique français. Un programme qui comprenait notamment l'arrêt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.