Le Pakistan inaugure son cinquième réacteur nucléaire

Le Pakistan inaugure son cinquième réacteur nucléaire

pakistan-reacteur-nucleaire

Confronté à une crise énergétique sans précédent, le Pakistan souhaite diversifier ses sources d’approvisionnement électrique et compte notamment sur le développement du nucléaire civil pour réduire à la fois son déficit énergétique et sa dépendance aux combustibles fossiles. Islamabad a inauguré dans ce cadre, vendredi 8 septembre 2017, son cinquième réacteur nucléaire d’une puissance de 340 mégawatts réalisé en collaboration avec la Chine.

Un déficit énergétique récurrent au Pakistan

Avec plus de 185 millions d’habitants, le Pakistan est le sixième pays le plus peuplé au monde, mais consomme pourtant près de trois fois moins d’énergie que la France. Le coût élevé de l’énergie et les problèmes d’infrastructures de distribution de gaz et d’électricité ont contribué à plonger le pays dans une crise énergétique de grande ampleur qui affaiblit logiquement l’économie nationale. Impayés, corruption, inefficacité, manque d’investissements, la production d’énergie reste très inférieure à la demande, et plus de 30% des pakistanais n’ont toujours pas accès à l’électricité (soit l’équivalent de 56 millions d’habitants). Selon les dernières données disponibles de l’Agence internationale de l’énergie, près de 62% de la population utilisent encore la biomasse traditionnelle pour cuisiner et le bois énergie pour se chauffer, provoquant de fait d’importants problèmes de déboisement (seul 2,1% du pays est recouvert de forêts contre 23% dans l’Inde voisine).

Lire aussi : Pakistan : solaire, nucléaire et charbon pour mettre fin à la pénurie énergétique

Pour remédier à cette situation critique, le gouvernent s’efforce désespéramment de combler un déficit énergétique qui peut atteindre 7.000 MW au pic de l’été, et compte pour cela sur l’exploitation croissante du gaz, du charbon et de l’énergie nucléaire. Le pays poursuit en effet le développement du nucléaire civil et vient de mettre en service deux réacteurs supplémentaires en l’espace de quelques mois seulement.

Un cinquième réacteur nucléaire en service

Le réacteur de Chashma-IV, d’une puissance de 340 mégawatts, situé à 250 kilomètres au sud-ouest de la capitale Islamabad, est le quatrième bâti dans le cadre de la collaboration entre la commission de l’énergie atomique du Pakistan (PAEC) et la Corporation nationale du nucléaire de Chine (CNNC). La précédente avait été inaugurée en décembre 2016 par l’ancien ministre Nawaz Sharif, destitué en août dernier en raison d’accusations de corruption, et qui avait fait de l’électricité un cheval de bataille électoral.

Cérémonie d’inauguration du réacteur 4 de la centrale de Chashma @APP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mettre fin aux coupures est une priorité de notre gouvernement“, a assuré le Premier ministre pakistanais Shahid Khaqan Abbasi, assurant qu’il n’y en aurait plus dès novembre 2017 lors de l’inauguration retransmise en directe. M. Abbasi a d’ailleurs souligné que la croissance économique, qui a dépassé les 5 pc, atteindrait 6 pc cette année grâce à la mise en service récente de nombreuses centrales, tandis que d’autres sont sur le point d’être achevées. Deux autres centrales nucléaires K2 et K3 doivent en effet être édifiées prochainement dans le centre du pays près de celle de Kanupp (la centrale de Karachi construite il y a 43 ans), et ajouteront 1100 mégawatts au réseau électrique national. Financées en grande partie à l’aide d’un prêt de la Chine, elles seront administrées par le Pakistan et participeront au renforcement de l’approvisionnement de la ville de Karachi et de ses 20 millions d’habitants.

Une nouvelle interconnexion avec l’Asie centrale

En parallèle, les chefs d’Etat et de gouvernement de quatre pays asiatiques ont lancé en mai 2017 le coup d’envoi de la construction d’une ligne électrique traversant l’Asie centrale. Baptisée CASA-1000 et impliquant un financement d’un milliard de dollars pris en partie en charge par les Etats-Unis et la Banque mondiale, cette ligne de 1.200 kilomètres aura une capacité de 1.300 mégawatts.

Lire aussi : Au Pakistan, l’énergie nucléaire pour résoudre la crise énergétique

Elle reliera d’ici 2018 le Pakistan au Kirghizistan, au Tadjikistan, à l’Afghanistan, et permettra à ces républiques post-soviétiques d’Asie centrale d’envoyer leurs excédents d’électricité vers le Pakistan. Pays montagneux, le Tadjikistan dispose notamment d’importantes capacités de production d’hydroélectricité et fournira plus de 75% du courant exporté.

Crédits photo : PAEC

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 20 Jan 2016
En attendant le 27 janvier et l’offre formalisée d’EDF, les deux champions du nucléaire tricolore seraient parvenus à un accord pour la valorisation de la division réacteurs d'Areva (Areva NP). En effet, le journal La Tribune, citant « des sources au…
ven 25 Août 2017
Alors que l'urgence du réchauffement climatique nous impose de revoir en profondeur notre système de production énergétique et de se défaire une fois pour toute de l'emprise des énergies fossiles les plus polluantes (au profit des énergies renouvelables), la transition…
jeu 16 Jan 2014
Alors que certains pays ont revu à la baisse leurs projets d'énergie nucléaire à la suite de l'accident de Fukushima (voire ont décidé d'abandonner cette énergie comme l'Allemagne), la Russie est plus que jamais lancée dans le développement de l'énergie…
ven 27 Juin 2014
Alors que la France amorce sa transition énergétique, le gouvernement en a terminé avec les principaux arbitrages, avec l’annonce par Ségolène Royal du contenu de la future loi de programmation, mercredi dernier. Alors que le projet de loi sera présenté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.