En Ardèche, une canalisation d'eau potable va produire de l'électricité - L'EnerGeek

En Ardèche, une canalisation d’eau potable va produire de l’électricité

Si les nouvelles directives européennes et gouvernementales réglementant l’exploitation des rivières dans le sens d’une protection croissante de la biodiversité, contraignent logiquement le développement de la filière hydroélectrique, les canalisations artificielles offrent quant à elles un potentiel certain pour l’installation de petites unités de production décentralisées. C’est notamment le cas dans la petite ville d’Annonay, en Ardèche, qui a mis en place jeudi 1er juin 2017, une turbine de production d’électricité sur une canalisation d’eau potable. Une première en France.

Après la capitale espagnole Madrid, la commune d’Annonay sera la deuxième ville d’Europe (et donc la première de France), à produire de l’électricité grâce à une canalisation d’eau potable. Un projet réalisé en partenariat avec le groupe lyonnais Hydrowatt prévoit en effet de tester et d’évaluer le rendement d’une turbine sur un tuyau de la station de traitement de l’eau d’Annonay, avec pour objectif de démontrer la pertinence de ce type de micro-installation.

Lire aussi : Ségolène Royal accélère le développement de la petite hydroélectricité

Dans les faits, une turbine conçue par Hydrowatt utilisera le dénivelé du canal et le débit de l’eau pour fabriquer de l’électricité. Le dispositif est déjà intégré dans un tube d’environ deux mètres de long et installé sur l’une des deux canalisations qui relie le barrage du Ternay à l’usine de traitement de l’eau d’Annonay. “Cette turbine ne changera rien au fonctionnement de l’usine de traitement de l’eau, la turbine ne modifiera ni le débit d’environ 300m3/heure, ni la capacité de traitement de la station”, assure sur France Bleu Pierre Bonicel, directeur de développement chez Hydrowatt.

Lire aussi : La micro-hydroélectricité, une solution pour la production d’électricité domestique

La société lyonnaise espère, grâce à cette centrale miniature, produire l’équivalent de 30% de l’électricité que consomme l’usine de traitement chaque année, et rentabiliser au plus vite les 150.000 euros d’investissement. Hydrowatt a pris en charge l’intégralité des coûts et vendra l’électricité produite au fournisseur d’énergie Engie. La ville d’Annonay a quant à elle donné son aval à l’exploitation de la canalisation et se félicite d’accueillir une telle expérimentation. “Nous sommes fiers que la Ville d’Annonay puissent montrer l’exemple puisqu’en autorisant simplement, sans investissement de la collectivité, l’utilisation de notre réseau de traitement de l’eau potable, on créé de l’électricité et ainsi on s’inscrit pleinement dans la transition énergétique”, explique le maire d’Annonay, Olivier Dussopt.

Crédits photo : Ville d’Annonay

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 1 Juin 2016
Si les énergies renouvelables se développent aujourd'hui à un rythme soutenu aux quatre coins du monde, certains pays semblent plus attractifs que d'autres et suscitent toujours plus d'investissements en la matière. C'est ce que révèle le baromètre établi par le…
lun 24 Sep 2018
L'année 2018 a été marquée par plusieurs enquêtes d'associations de consommateurs en ce qui concerne les installations de panneaux solaires en France. D'après les enquêtes réalisées, les tarifs pratiqués manquent parfois de transparence, et les consommateurs ont souvent du mal…
Largement salué ces derniers jours pour avoir dépassé les objectifs de la loi de transition énergétique et entériné la "neutralité carbone" en France dès 2050, le plan climat du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot décline une…
ven 21 Août 2015
Le chef de l'État français, actuellement en visite en Rhône-Alpes, s'est rendu sur plusieurs sites énergétiques savoyards. L'occasion pour lui d'annoncer le doublement d'un appel d'offres dans le domaine de l'énergie solaire et de rappeler l'importance du COP21 qui s'annonce.…

COMMENTAIRES

  • “Une première en France” : pas tout à fait…
    Cela fait plus de 50 ans que toute l’eau potable des Marseillais (le “canal de Marseille”) est turbinée en amont, après la prise sur la Durance par EDF. Ce n’est pas sans problèmes, d’ailleurs, parce que si EDF veut vidanger pour faire des opérations de maintenance, il faut couper l’eau des marseillais. Autant dire qu’on le fait pas souvent…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.