Rénovation énergétique : l'Etat et le réseau Orpi signent le premier "Green Deal" français - L'EnerGeek Rénovation énergétique : l'Etat et le réseau Orpi signent le premier "Green Deal" français - L'EnerGeek

Rénovation énergétique : l’Etat et le réseau Orpi signent le premier « Green Deal » français

Vous êtes locataires, propriétaires (ou souhaitez le devenir), et êtes intéressés par des travaux de rénovation énergétique ? Le nouvel accord conclu le 28 février dernier entre le ministère du logement et le réseau d’agences immobilières Orpi pourrait vous concerner. Cette convention ou « Green deal » met à contribution les agents immobiliers dans le but de favoriser la transition et la rénovation énergétique lors des transactions immobilières.

La transaction immobilière, le bon moment pour la rénovation

Partant du principe que les 850.000 transactions immobilières ayant cours chaque année dans l’Hexagone, sont autant d’occasions de promouvoir les avantages d’une meilleure efficacité énergétique au sein du parc immobilier national, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse s’est tournée vers le premier interlocuteur des particuliers en cas d’achat, de ventes ou de location de biens immobiliers.

Lire aussi : Rénovation énergétique : l’Anah n’a pas atteint ses objectifs pour 2016

Le réseau immobilier français Orpi et ses 6.000 professionnels répartis sur le territoire se sont engagés à travers cette convention nationale à faire la promotion des travaux de rénovation ou d’optimisation énergétique à l’occasion de chaque opération immobilière entre particuliers. Orpi avait par ailleurs déjà annoncé en 2015 sa volonté d’intégrer progressivement la dimension de performance énergétique lors de la transaction immobilière.

« C’est le première fois en France que le ministère du Logement signe un tel contrat d’innovation sociétale. L’engagement d’Orpi est essentiel. Il va enfin être concrètement montré que la transaction immobilière est le bon moment pour inciter à la rénovation. Nous avons besoin de structures qui montrent le chemin pour inciter les autres à faire de même et lancer ainsi un mouvement général« , explique le président du Plan Bâtiment Durable, Philippe Pelletier, également signataire de cette convention.

Une mission de sensibilisation auprès des clients d’Orpi

L’enjeu est de taille pour le gouvernement qui voit ici un bon moyen de relayer au plus près des usagers son message de sensibilisation aux travaux de rénovation énergétique. « Si nous voulons arriver à nos 500.000 rénovations énergétiques par an [exigence de la loi de transition énergétique du 17 août 2015, NDLR], il faut travailler sur la transaction immobilière, un bon moment pour faire un diagnostic énergétique et effectuer des travaux« , précise la ministre Emmanuelle Cosse.

Pour cela, les agents immobiliers du réseau Orpi auront pour mission d' »encourager les propriétaires privés à envisager et entreprendre des actions d’amélioration de la performance énergétique de leur logement lors de chaque opération immobilière« . Ils devront informer chaque partie de l’état réel du bien sur le plan des installations énergétiques et de la consommation d’énergie, mais également des dispositifs de financement à disposition et des bonnes pratiques pour réduire ses consommations. Le but étant ici de conduire une pédagogie active auprès de leurs clients qu’ils soient vendeurs, acquéreurs, copropriétaires ou bailleurs, et de les accompagner dans la réalisation concrète de leurs travaux. « La facture énergétique peut aujourd’hui être un critère de choix. Avec 40.000 transactions et 30.000 locations chaque année, ce sont pour nous 70.000 occasions de porter le message. Nous espérons faire école, et que d’autres nous suivront« , souligne quant à lui Bernard Cadeau, président d’Orpi.

Lire aussi : Rénovation énergétique : un plan d’investissement massif est « possible » et « rentable »

Orpi développera en parallèle un réseau de prestataires partenaires et des outils digitaux de suivi, et prendra en compte progressivement les effets d’une amélioration de la performance énergétique de l’immeuble sur sa valeur vénale ou locative. De son côté, l’Etat s’engage à contribuer étroitement à la mise en œuvre des initiatives du réseau Orpi France, dans une logique partenariale. Son engagement consistera principalement en un devoir d’information (législation, réglementation future, financement, incitation, etc.).

Un programme d’expérimentation préalable

Réseau d’agences Orpi

Prometteuse sur le papier, cette convention reste toutefois assez flou dans ses objectifs. Le fait par exemple qu’aucun résultat prévisionnel en nombre de rénovations énergétiques n’ait été fixé, rendra certainement très difficile l’évaluation de son efficacité et de sa pertinence à long terme. Mais le véritable objectif est ailleurs pour le gouvernement qui souhaite avant tout mieux faire connaître les programmes d’aides financières existants (le programme Habiter Mieux de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) ou le Crédit d’impôts Transition énergétique (CITE) par exemple), et « inculquer une culture de la rénovation énergétique chez les particuliers« . « Notre objectif avec ce contrat “Green Deal” est de répondre à un chaînon manquant, à côté des subventions, des dispositifs fiscaux et des informations dans les plateformes de rénovation« , poursuit la ministre du Logement. « Les particuliers doivent utiliser tout ce qui est à leur disposition« .

Lire aussi : Travaux de rénovation énergétique : panorama des aides financières en 2017

Avant d’envisager une généralisation du dispositif à l’ensemble de ses 1200 agences, Orpi l’expérimentera à partir du mois d’avril et pour 4 à 6 mois dans ses 58 agences de Toulouse et du Val-de-Marne. Les agents immobiliers seront formés, pour mieux connaître les aides disponibles, les travaux réalisables ou encore les artisans à contacter.

Crédits photo : Ministère du Logement – M. Bouquet

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 21 Fév 2013
D’après le site ScienceDaily, citant une étude du projet européen ENERsip (Energy Saving Information Platform for Generation and Consumption Networks), la consommation électrique pourrait baisser de 30% dans les villes grâce aux technologies de l’Information et de la Communication (TIC).…
jeu 29 Oct 2015
Dans une étude publiée récemment, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) affirme qu’un mix électrique composé à 100% d’énergies renouvelables est « une hypothèse techniquement possible ». Même s'il reste des points à approfondir.  (suite…)
ven 3 Juin 2016
Pour répondre à la demande de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), ERDF vient, afin de se démarquer de sa société-mère EDF, d’officialiser son changement de nom. Enedis, chargée du réseau de distribution de l'électricité en France, a présenté sa nouvelle…
lun 9 Mai 2016
D’après le centre de recherche de la commission européenne, la France est le pays qui a consacré le plus d’investissements aux smartgrids. Grâce à cette technologie, le pays espère non seulement optimiser son réseau électrique mais aussi se tourner vers l’exportation.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *