Nucléaire : modernisation du code de l'environnement - L'EnerGeek

Nucléaire : modernisation du code de l’environnement

code-de-lenvironnementEn transposant la directive européenne 2011/70/EURATOM du Conseil du 19 juillet 2011, la France modernise son code de l’environnement et s’adapte au cadre communautaire pour une gestion responsable et sûre du combustible usé et des déchets radioactifs.

Depuis la transposition dans le droit français du texte communautaire, on définit l’activité de gestion des déchets radioactifs comme celle comprenant « toutes les activités liées à la manipulation, au prétraitement, au traitement, au conditionnement, à l’entreposage et au stockage des déchets radioactifs, à l’exclusion du transport hors site ». Parallèlement, l’activité de gestion de combustible est désormais comprise comme l’ensemble des « activités liées à la manipulation, à l’entreposage, au retraitement ou au stockage des combustibles usés, à l’exclusion du transport hors site ».

Enfin, le retraitement des déchêts radioactif est à présent considéré comme l’opération visant à « extraire les substances fissiles ou fertiles des combustibles usés aux fins d’utilisation ultérieure ». Mais surtout, le site environnement-magazine.fr nous précise qu’à partir d’aujourd’hui, « en cas de défaillance des responsables, l’État sera responsable en dernier ressort de la gestion du combustible et des déchets radioactifs produits sur le territoire national et pourra charger l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) d’assurer la gestion de ces substances ».

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
mer 6 Fév 2013
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire a été construite entre 1979 et 1988, sur les communes de Belleville-sur-Loire et de Sury-près-Léré, dans le Cher. Équipée de 2 réacteurs, elle dispose d'une puissance totale de 2600 MW.         [stextbox…
jeu 3 Juil 2014
Engagement de la campagne présidentielle de François Hollande, la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne semble acquise même si les colonnes des Echos parlent cette semaine d'un scénario alternatif : fermer deux autres réacteurs plutôt que ceux de Fessenheim. D’une part car les…
mar 22 Mar 2016
Après avoir révélé une perte de 7 milliards d’euros en 2015, l’énergéticien allemand E.ON redoute l’année 2016. Et pour cause, la situation de l’entreprise ne va guère s’améliorer au cours des douze prochains mois. (suite…)
mer 22 Mar 2017
Plus discrètes et moins coûteuses que leurs aînées, les mini-centrales nucléaires sont actuellement en plein boom. Si la technologie n’est pas encore tout à fait au point, de nombreux pays se sont déjà lancés dans la course à l’atome miniature.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.