Le plus grand convertisseur offshore au monde installé en Allemagne - L'EnerGeek

Le plus grand convertisseur offshore au monde installé en Allemagne

plate-forme de conversion offshore - photo ABBLa semaine dernière, un convertisseur électrique aussi haut que Big Ben a été installé à 45m au large des côtes allemandes, au terme d’un voyage de quatre jours dans la mer du Nord depuis la Norvège. Ce projet s’inscrit dans le cadre du raccordement au réseau allemand de fermes éoliennes offshore.

 

 

Un convertisseur  d’une taille et d’une puissance sans précédent désormais en mer

Avec ses 100m de haut, ses 70m de large et ses 23 000 tonnes, ce convertisseur électrique est particulièrement imposant. C’est également le plus puissant jamais élaboré pour l’éolien offshore, avec jusqu’à 916 MW, ce qui permet l’alimentation électrique d’un million de ménages allemands.

Un engin de cette taille dans la mer est une véritable innovation, qui a mobilisé de toutes nouvelles technologies. La structure s’est installée automatiquement, grâce à un système basé sur la gravité. En effet, l’eau de mer a progressivement rempli les colonnes du convertisseur, qui s’est positionné doucement. L’eau sera finalement remplacée par du gravier, afin d’ancrer définitivement la machine au plancher marin.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme Dolwin2 de raccordement au réseau des fermes d’éoliennes Dolwin situées en mer du Nord. Ce regroupement de parcs offshores est le plus important au monde. C’est l’entreprise ABB, un des leader mondiaux dans le domaine des technologies de l’énergie, qui a mis au point ce convertisseur. Celui-ci a été construit à Dubaï avant d’être transporté en Norvège, d’où il a entamé sa navigation sur la mer du Nord.

Raccorder l’éolien offshore au réseau électrique, un enjeu de la transition énergétique allemande

L’objectif est de convertir le courant alternatif, produit par les fermes éoliennes, en courant direct de haute tension (High Voltage Direct Current). Mis sous cette forme, le courant peut être transmis sur de grandes distances avec un minimum de pertes. Cela est particulièrement adapté au raccordement au réseau des énergies renouvelables, dont le fonctionnement dépend des conditions climatiques, et aux sources d’énergies situées loin du réseau électrique.

Cette modernisation du réseau en vue d’intégrer les énergies renouvelables est un enjeu capital de la transition énergétique allemande. Selon les objectifs gouvernementaux, 6,5 GW d’électricité devront être générés par l’éolien offshore et terrestre en 2020, et 15 GW en 2030. Certaines fermes éoliennes offshores sont actuellement opérationnelles, mais le réseau n’est pas suffisamment développé pour les intégrer toutes. C’est pour cela que la construction d’une « autoroute de l’électricité » est actuellement un projet d’une importance primordiale. Il s’agit notamment de transporter l’électricité produite par les éoliennes offshore du nord du pays vers les régions industrielles du sud et de l’ouest, grandes consommatrices d’énergie.

Le programme national « Energiewende » (“tournant énergétique”) prévoit que la production d’électricité renouvelable atteigne 80% du mix électrique allemand d’ici 2050. Mais l’Allemagne est dans une situation particulière : depuis le début de l’arrêt progressif de ses centrales nucléaires (qui sera achevé en 2022), la production des centrales thermiques allemandes a augmenté et le charbon sous ses différentes formes occupe 50% du mix électrique. A plus long terme, le développement des énergies renouvelables est la voie choisie par le gouvernement pour réduire les émissions de gaz carbonique générées par la production d’électricité.

plate-forme de conversion éolien offshore - photo ABB

Crédits photos : ABB

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 22 Juil 2015
Le ministère de l'Environnement, du Développement durable et l'Energie a dévoilé le vendredi 17 juillet dernier les quatre zones retenues pour l'implantation des premires fermes éoliennes flottantes en France. Des zones qu'on retrouve en Bretagne et sur la côte méditerranéenne et…
mer 20 Juin 2018
Interrogé par l’Association des journalistes de l’énergie, mardi 19 juin 2018, le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), Jean-François Carenco, a une nouvelle fois pris position en faveur du compteur Linky. Ce dernier a vigoureusement défendu ce…
ven 17 Fév 2017
Selon le dernier bilan annuel publié cette semaine par RTE, le gestionnaire du réseau électrique national, les Français auraient consommé plus d'électricité en 2016 en raison des températures plus froides enregistrées l'an passé, tandis que la production aurait légèrement diminué…
jeu 19 Mai 2016
Le président de la région de la Réunion, Didier Robert, souhaite développer l’énergie solaire sur son territoire. Avec un fort taux d’ensoleillement et un système électrique isolé, l’île opte logiquement pour les énergies renouvelables afin d’assurer son indépendance énergétique. (suite…)

COMMENTAIRES

  • C’est une chimère : 80% d’électricité éolienne, donc intermittente, en 2050 n’est pas techniquement réalisable. Et encore moins économiquement raisonnable, sauf évidemment découverte technologique majeure.
    C’est dire que se lancer de manière aussi résolue vers le développement (à grands frais) de ces énergies, tout en arrêtant le nucléaire (qui fonctionne sans émettre de CO2) est un pari extrêmement risqué qui ne peut conduire qu’à la récession. Car il serait impensable que des pays comme l’Allemagne assurent leurs arrières en construisant des centrales à charbon, alors que l’on cherche par tous les moyens à limiter les émissions de GES.
    Ces installations offshore allemandes sont donc une prouesse technique, mais une ineptie économique poussée par une idéologie antinucléaire suicidaire.
    L’ennui c’est que nos gouvernants français ne l’ont pas encore compris.

    Répondre
    • Bonjour M. Student,

      merci d’approfondir chaque argument avancé svp.

      Coût d’installation + Coût de maintenance du parc offshore seront pour vous supérieur au coût de l’enfouissement de l’uranium des centrales nucléaires ?

      Tous le monde émet des avis mais très peu les justifie pleinement avec des arguments précis, approfondis techniquement. Il faut que cela cesse si on veut faire les meilleurs choix.

      Cdlt,

      I.B

      Répondre
      • Bonjour M I.B,

        Je peux prouver sans difficulté et dans le moindre détail ce que j’ai écrit : lorsque l’ADEME a publié une étude indiquant qu’il serait possible de passer à 100% de solaire et d’éolien en 2050, j’ai, avec quelques amis scientifiques, repris cette étude et y ai détecté plusieurs erreurs grossières. Au final, après corrections, on arrive à la conclusion contraire. De plus les coûts d’un tel projet (impossible à réaliser) seraient vite rédhibitoires, notamment en raison des installations de stockage nécessaires à la compensation de l’intermittence.
        Vous trouverez la démonstration complète ci : http://difusons.fr/enr_100/analyse_rapport_ademe.pdf

        Ceci étant, je ne comprends pas votre question sur la comparaison de l’installation + maintenance de l’éolien avec celui de l’enfouissement des déchets, qui n’a pas beaucoup de sens. Si le coût des déchets nucléaires vous préoccupe, vous trouverez la meilleure évaluation qu’on puisse faire – celle de la Cour des Comptes – sur leur site. Ce coût comprend en outre le retraitement de ces déchets. Et ce coût est pris en compte dans le coût du kWh vendu par EDF, donc provisionné.

        J’espère que ces justifications répondent pleinement à votre demande
        Cdt

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.