Stinger : un nouveau robot aquatique dédié à la maintenance nucléaire - L'EnerGeek

Stinger : un nouveau robot aquatique dédié à la maintenance nucléaire

robot_stinger_photo_GE_HitachiZone hautement sensible et radioactive, le cœur des réacteurs nucléaires doit pourtant, comme l’ensemble des équipements, être inspecté lors des opérations de maintenance et de contrôle de sécurité. Une opération fastidieuse et délicate pour les équipes qui interviennent à l’intérieur des zones de confinement. Pour éviter tout risque de radiation, le groupe nord-américain GE Hitachi a mis au point un nouveau robot télécommandé, baptisé Stinger, et destiné à inspecter les installations nucléaires en évitant les interventions humaines dans le cœur des réacteurs.

Immergé dans une piscine d’eau de refroidissement, le cœur d’un réacteur et la piscine elle-même nécessitent un nettoyage et une inspection périodique permettant de veiller au bon fonctionnement de l’installation. Ces opérations sont toutefois très coûteuses en main d’œuvre pour l’exploitant et doivent être menées avec une extrême précaution.

Ce type d’opération nécessite en effet l’installation d’un pont sur la piscine duquel les techniciens inspecteront la zone en question à l’aide de tiges et d’instruments.

Selon GE Hitachi, le robot aquatique Stinger, sorte d’hippocampe mécanique géant, permet de simplifier l’opération de maintenance par le remplacement de toute l’équipe et du pont d’inspection. Ce dernier est capable de se déplacer avec précision dans l’eau, évitant l’installation de rails, et de filmer grâce à une technologie de positionnement à distance. L’opérateur de l’appareil est quant à lui installé dans un bâtiment loin de la zone de rayonnement.

Comme l’explique à Gizmag Jerry Dolan, directeur des équipements chez GE Hitachi, “Stinger effectue des inspections de soudures dans les réacteurs nucléaires. Il est commandé à distance et nage jusqu’à ces soudures dans des zones hautement irradiées”. Ce robot dispose de plusieurs propulseurs pour naviguer et se diriger en profondeur sur le terrain, et de capteurs de stabilisation pour se positionner, ajoute Jerry Dolan.

Il permettrait au final de remplacer une équipe de huit techniciens, d’éviter les interruptions liées à la complexité des opérations et de gagner en précision. Une économie pour l’exploitant qui réduit par la même occasion les doses de rayonnement pour son personnel, ces dernières étant scrupuleusement mesurées afin de ne pas dépasser un certain seuil.

Crédits photo : GE Hitachi

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
jeu 27 Juin 2013
La création de la Force d'action rapide nucléaire (Farn) a été décidée par EDF pour renforcer la sûreté nucléaire suite à la catastrophe de Fukushima. Cette force de 300 individus répartis sur 4 bases (Civaux, Dampierre, Paluel et Bugey) et…
mer 19 Déc 2018
Ce mardi 18 décembre 2018, au lendemain de la COP24, l’Energeek publie une dataviz pour faire le point sur la répartition des efforts climatiques des différents blocs régionaux identifiés par l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), tout en se focalisant sur…
lun 16 Fév 2015
Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire du Tricastin, située à Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme, vient de recevoir l'autorisation de fonctionner 10 années supplémentaires. Une permission accordée par l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui permettra à cette tranche mise en service en…
lun 18 Fév 2013
A l’occasion de son déplacement en Inde, la semaine dernière, le président François Hollande a discuté avec le premier ministre Manmonhan Singh les conditions d’une coopération entre les deux pays pour la construction d’une centrale nucléaire. La centrale de Jaitapur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.