Stinger : un nouveau robot aquatique dédié à la maintenance nucléaire - L'EnerGeek

Stinger : un nouveau robot aquatique dédié à la maintenance nucléaire

robot_stinger_photo_GE_HitachiZone hautement sensible et radioactive, le cœur des réacteurs nucléaires doit pourtant, comme l’ensemble des équipements, être inspecté lors des opérations de maintenance et de contrôle de sécurité. Une opération fastidieuse et délicate pour les équipes qui interviennent à l’intérieur des zones de confinement. Pour éviter tout risque de radiation, le groupe nord-américain GE Hitachi a mis au point un nouveau robot télécommandé, baptisé Stinger, et destiné à inspecter les installations nucléaires en évitant les interventions humaines dans le cœur des réacteurs.

Immergé dans une piscine d’eau de refroidissement, le cœur d’un réacteur et la piscine elle-même nécessitent un nettoyage et une inspection périodique permettant de veiller au bon fonctionnement de l’installation. Ces opérations sont toutefois très coûteuses en main d’œuvre pour l’exploitant et doivent être menées avec une extrême précaution.

Ce type d’opération nécessite en effet l’installation d’un pont sur la piscine duquel les techniciens inspecteront la zone en question à l’aide de tiges et d’instruments.

Selon GE Hitachi, le robot aquatique Stinger, sorte d’hippocampe mécanique géant, permet de simplifier l’opération de maintenance par le remplacement de toute l’équipe et du pont d’inspection. Ce dernier est capable de se déplacer avec précision dans l’eau, évitant l’installation de rails, et de filmer grâce à une technologie de positionnement à distance. L’opérateur de l’appareil est quant à lui installé dans un bâtiment loin de la zone de rayonnement.

Comme l’explique à Gizmag Jerry Dolan, directeur des équipements chez GE Hitachi, “Stinger effectue des inspections de soudures dans les réacteurs nucléaires. Il est commandé à distance et nage jusqu’à ces soudures dans des zones hautement irradiées”. Ce robot dispose de plusieurs propulseurs pour naviguer et se diriger en profondeur sur le terrain, et de capteurs de stabilisation pour se positionner, ajoute Jerry Dolan.

Il permettrait au final de remplacer une équipe de huit techniciens, d’éviter les interruptions liées à la complexité des opérations et de gagner en précision. Une économie pour l’exploitant qui réduit par la même occasion les doses de rayonnement pour son personnel, ces dernières étant scrupuleusement mesurées afin de ne pas dépasser un certain seuil.

Crédits photo : GE Hitachi

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
Depuis ce lundi 8 janvier, une vague de froid s'est abattue sur la France. Devons-nous nous attendre à des coupures d'électricité en cas de pics de consommation ? Pas d'après le gestionnaire de réseau électrique RTE ni la ministre de…
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
mar 8 Nov 2022
Quel est le bon prix pour les actions d’EDF ? Selon plusieurs fonds américains, il serait plus proche des 15 euros, que des 12 euros proposés par le gouvernement français dans le cadre du plan de nationalisation d'EDF.   15,80…
lun 6 Sep 2021
L’arrêt des dernières activités d’exploitation minière de l’uranium sur le sol français date de 2001.  Les anciens sites miniers font aujourd’hui l’objet d’un suivi et d’une surveillance environnementale poussés, menés par Orano sous le contrôle de l’Etat, et en lien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.