Nucléaire brésilien : le rôle du secteur privé sera étendu - L'EnerGeek

Nucléaire brésilien : le rôle du secteur privé sera étendu

centrale_angra_bresil_photo_IAEA ImagebankA l’occasion d’une conférence sur l’énergie, le ministre brésilien de l’Énergie a indiqué mercredi 27 mai vouloir étendre le rôle du secteur privé dans la production d’énergie nucléaire. L’objectif ? Répondre à la croissance de la demande d’électricité dans le pays.

A ce jour, le Brésil est le pays industrialisé qui utilise le plus d’énergies renouvelables pour produire de l’électricité. Si le nucléaire et les énergies fossiles réunis ne représentent que 12% du mix électrique brésilien (contre presque 90% en moyenne pour l’ensemble des pays industrialisés), la part de l’hydroélectricité dépasse quant à elle les 80%.

Seulement, les centrales hydroélectriques ne permettent plus de répondre de manière continue à la demande croissante en électricité. Certes, de nouvelles unités sont construites dans la région de l’Amazonie, mais celles-ci sont dotées de réservoirs plus petits que ceux qui équipaient les anciennes centrales. Fatalement, en période de sécheresse, la production hydroélectrique chute.

Pour soutenir la production hydroélectrique, le gouvernement brésilien envisage donc de construire de nouveaux réacteurs nucléaires – quatre au moins – et de déléguer des responsabilités plus importantes au secteur privé.

Aujourd’hui, le Brésil ne compte qu’une seule centrale nucléaire, celle d’Amiral Alvaro Alberto, à l’Ouest de l’État de Rio de Janeiro. Pour l’heure, deux réacteurs sont actifs, et un troisième (Angra 3) est en construction. Sa mise en service est prévue pour décembre 2015.

“La tranche nucléaire d’Angra 3 sera la dernière à être construite en tant que projet public”, a déclaré Eduardo Braga, ministre brésilien de l’Énergie. “La prochaine centrale sera construite par des opérateurs privés”, a-t-il ajouté. Pour l’instant, les centrales nucléaires demeurent la propriété exclusive d’Electronuclear, une filiale du groupe public Centrais Electricas Brasileiras SA.

Le gouvernement examine actuellement 21 sites sur lesquels pourraient potentiellement être construits les quatre prochains réacteurs nucléaires du pays. M. Braga par ailleurs indiqué que le Brésil, qui est l’un des pays les plus dotés en ressources d’uranium, pourrait devenir auto-suffisant pour alimenter ses propres centrales nucléaires en combustible.

Crédit photo : Agence internationale de l’énergie atomique

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
jeu 4 Sep 2014
La préfecture de Fukushima et les deux communes sur lesquelles se trouve la centrale, ont annoncé le lundi 1er septembre 2014 avoir finalement accepté le projet gouvernemental de construction de sites de stockage temporaire de détritus radioactifs. Un accord que…
mer 29 Juin 2022
Ce 28 juin 2022, la société énergétique de Tchéquie ČEZ a signé un contrat avec l’américain Westinghouse et le français Framatome pour la livraison d’assemblages de combustible destinés à la centrale nucléaire de Temelín, à partir de 2024, en remplaçant…
lun 6 Mai 2019
En Belgique, plusieurs partis politiques militent activement pour une prolongation du parc nucléaire. Si le pays valide cette nouvelle stratégie énergétique, les sept réacteurs belges seront en activité au-delà de 2025. Et la décision serait notamment profitable à Electrabel, la…
lun 28 Juin 2021
Suite à l'annonce par GE, fin mai 2021, de plus de 1 000 licenciements en France, notamment sur le site industriel de Belfort, les syndicats et les entrepreneurs locaux, réunis au sein d'une association, Apsiis, travaille sur des projets de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.