La Réunion sur la (longue) voie de son indépendance énergétique - L'EnerGeek

La Réunion sur la (longue) voie de son indépendance énergétique

canne_a_sucre_reunion_photo_MiwokSi le mix électrique de la Réunion est toujours dominé par des ressources fossiles polluantes, la part des énergies renouvelables ne cesse cependant d’augmenter au fil des années. En 2014, les énergies vertes ont notamment permis de répondre à plus d’un tiers des besoins en électricité des habitants de cette île française située dans le Sud-Ouest de l’océan Indien.

Selon le bilan énergétique 2014 révélé par EDF vendredi 20 février, la production d’électricité de l’île de la Réunion a connu une croissance modérée de 1,78% au cours de l’année 2014. 12 mois pendant lesquels l’électricien français a généré 2.857.193 MWh d’électricité et procédé à 4.700 nouveaux raccordements destinés à alimenter 8.013 nouveaux clients.

Système électrique insulaire qui ne bénéficie évidemment pas de connexion au réseau électrique continental, la Réunion voit son mix électrique majoritairement dominé par le charbon et le diesel, qui ont respectivement permis de produire 42,4% et 24,4% de l’électricité consommée en 2014.

Toutefois, les énergies renouvelables garanties (celles facilement stockables, comme l’hydraulique, la biomasse…) et intermittentes (solaire et éolien) voient leur niveau de production augmenter chaque année pour atteindre, en 2014, une part de 33% du mix électrique de l’île.

Malgré la forte sécheresse qui a frappé l’île l’année dernière, le parc hydraulique d’EDF a permis de répondre à 15% des besoins électriques des réunionnais (soit une production s’élevant à 424.760 MWh). La seconde source renouvelable de l’île est la bagasse (résidu fibreux de la canne à sucre), qui a permis de répondre à 8,8% de la demande électrique grâce à 251.206 MWh d’électricité généré dans des centrales thermiques. Enfin, le photovoltaïque a généré quelques 235.944 MWh d’électricité.

L’éolien et la biomasse ne représentent pour l’instant qu’une petite part du mix de la Réunion (0,5% chacun). 15.684 MWh d’électricité ont cependant été générés par les aérogénérateurs de l’île alors que la valorisation de sources d’origine végétales a permis de produire 13.142 MWh.

“Si l’on veut arriver à ces taux de 50% [d’énergie renouvelable] ou cette autonomie énergétique plus tard en 2030, il faut progresser sur l’ensemble des énergies renouvelables. En tout cas ce qui est sûr c’est que la biomasse est un axe intéressant. Aujourd’hui La Réunion est en avance avec les deux usines qui brûlent de la bagasse”, a notamment souligné Michel Magnan, directeur général d’EDF Réunion.

Crédit photo : Miwok

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
jeu 20 Mai 2021
La mise en service de la centrale électrique du Larivot, qui répond à la nécessité de sécuriser l’approvisionnement électrique de la Guyane, département français où la demande énergétique devrait croître à une cadence d’environ 3 % par an dans les…
jeu 18 Avr 2024
Le marché des panneaux solaires est dominé par l’Asie. Les entreprises françaises ou européennes sont en difficulté. L’une des plus importantes de France, Systovi, met la clé sous la porte. Systovi, la fin d’un pionnier des panneaux solaires Créée en…
ven 3 Mai 2024
Les projets liés à l’hydrogène commencent à se développer en Europe. Pour accélérer leur réalisation, l’Europe participe activement au financement. De nouveaux projets à l'hydrogène L’Europe court après l'objectif ambitieux de la neutralité carbone pour 2050. De fait, la Banque…
mar 11 Juin 2024
Une étude récente de l'institut de recherche néerlandais TNO a mis en lumière des résultats inattendus concernant le coût de production de l'hydrogène renouvelable aux Pays-Bas. Selon cette étude, le prix de production de l'hydrogène vert dépassera les 13 €/kg,…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.