Mécanisme de capacité et prime à l’effacement : pourquoi et comment ? - L'EnerGeek

Mécanisme de capacité et prime à l’effacement : pourquoi et comment ?

Lignes_HT001Afin de garantir le bon approvisionnement du pays en électricité lors des pics de consommation, la Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, vient d’adopter deux dispositions visant, d’une part, à augmenter ponctuellement la production et, d’autre part, à accorder une prime à l’effacement pour les consommateurs (particuliers ou petites entreprises) qui acceptent de réduire leur consommation. Cette dernière disposition fait toutefois l’objet de vifs débats, notamment concernant le montant de la prime.

 

Mise en place du mécanisme de capacité

L’Europe est fréquemment touchée, l’hiver, par une surconsommation d’électricité nécessaire pour alimenter les chauffages des particuliers. Pour faire s’éloigner le risque de blackout dû à une trop grande demande sur le réseau, le gouvernement et tout particulièrement la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal viennent de mettre en place plusieurs dispositifs.

Un arrêté ministériel en date du 23 janvier fixe les règles du futur « mécanisme de capacité », qui consiste à rémunérer les capacités de production d’électricité disponibles mais inactives faute d’une rentabilité suffisante. En cas de pics de consommation, ces capacités supplémentaires permettent de ne pas subir de coupures sur le réseau.

Le mécanisme de capacité vise donc à maintenir les infrastructures de production inactives en état de marche et éviter leur fermeture faute de rentabilité sur l’ensemble de l’année. En contrepartie de cette rémunération les propriétaires devront s’engager sur la disponibilité de ces centrales, principalement des centrales thermiques très réactives mais qui souffrent de la concurrence des énergies renouvelables subventionnées mais moins disponibles en raison de l’intermittence. Les centrales à gaz modernes notamment (comme les CCG) sont capable de produire de l’électricité à pleine puissance en moins d’une demie-heure .

Prime à l’effacement : la ministre a tranché

En parallèle du mécanisme de capacité le Ministère de l’Ecologie vient de mettre en place un dispositif de prime à l’effacement pour les consommations électriques, financée via une taxe (la CSPE) sur la facture d’électricité.

Réservée aux petits consommateurs (particuliers ou entreprises), cette disposition consiste à réduire volontairement sa consommation d’électricité pour diminuer la tension sur le réseau électrique. En échange de cette démarche, une prime sera versée, pour un montant de 16 euros par MWh en heures pleines et 2 euros par MWh en heures creuses. Par ailleurs, le volume d’effacement est limité à 250GWh.

La prime à l’effacement et surtout son montant ont fait l’objet de vifs débats durant ces derniers mois. En effet, cette disposition pose la question du prix de l’électricité non consommée mais aussi celle des intérêts des différents intermédiaires organisant cette mesure. Le montant de la prime a été divisé par deux par rapport aux intentions de départ du Ministère. L’arrêté fixant la prime concerne, pour l’heure, les effacements réalisés jusqu’au 31 décembre 2015.

Crédit photo : Spedona

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 20 Avr 2017
Handicapé par des années de crise énergétique, le Ghana se tourne désormais vers les énergies d'avenir. Le nouveau gouvernement au pouvoir depuis décembre 2016, entend mettre fin aux délestages réguliers qui touchent les grandes agglomérations, et a dévoilé fin mars…
ven 30 Juin 2017
Selon le dernier aperçu mensuel sur l’énergie électrique publié lundi 26 juin 2017 par RTE, la consommation française d'électricité aurait légèrement augmenté de 0,9% en mai 2017, par rapport au même mois de 2016, avec des températures moyennes plus élevées…
mar 14 Mar 2017
L’entreprise américaine Tesla affiche plus que jamais sa position d’entreprise à la pointe des nouvelles technologies. Après avoir inauguré en janvier dernier sa Gigafactory, la plus grande usine de fabrication de batteries au monde, Tesla veut désormais s’imposer comme le…
jeu 2 Juil 2015
La hausse soudaine des températures en France métropolitaine enregistrée depuis ce mardi 30 juin a entraîné quelques perturbations dans la distribution d'électricité et sur les réseaux de transport ferroviaire. Pannes d'électricité géantes, trains au ralenti, les effets de la canicule…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.