Japon : les courants océaniques comme énergie d'avenir - L'EnerGeek

Japon : les courants océaniques comme énergie d’avenir

NEDO_turbine_océanSi les énergies renouvelables telles que le solaire et l’éolien sont sans conteste des énergies d’avenir, elles restent malgré tout dépendantes des conditions météorologiques et de l’avancée des technologies de stockage de l’électricité. En phase de développement, les énergies marines pourraient quant à elle offrir les avantages environnementaux des énergies renouvelables sans les inconvénients liés à l’intermittence de la production. C’est notamment le cas de l’énergie des courants marins et océaniques étudiée actuellement par une équipe de recherche japonaise composée du NEDO et des groupes IHI Corporation et Toshiba Corporation.

Un programme de recherche dédié aux énergies marines

L’ensemble des énergies marines, qu’il s’agisse des énergies produites par les courants marins, les différences de températures, les vagues ou les mouvements de marées sont actuellement en voie d’expérimentation dans de nombreuses régions du monde et pourraient à terme se poser comme la solution pour lutter contre le réchauffement climatique. Le Japon, au même titre que l’Europe et les Etats-Unis mise donc beaucoup sur ces nouvelles technologies et multiplie les programmes de recherche.

L’Organisation japonaise pour le développement des technologies industrielles et énergétiques (NEDO) a donc lancé récemment un nouveau programme de recherche et de développement dédié aux énergies marines et a sélectionné dans ce cadre, en tant que collaborateurs, les groupes IHI Corporation et Toshiba Corporation.

Réalisé en partenariat avec l’Université de Tokyo et l’Institut d’étude stratégique Mitsui, ce projet vise à prouver la viabilité de la production d’électricité via un nouveau dispositif de production d’énergie sous-marine capable de contribuer à l’amélioration de la sécurité énergétique nationale et de créer le cadre d’une filière industrielle d’avenir.

Exploiter les courants océaniques japonais

Les courants océaniques, comme le courant de Kuroshio (second plus grand courant marin au monde, après le Gulf Stream), sont une source d’énergie naturelle disposant d’un débit relativement régulier et cela quelque soit l’heure ou la saison. Une énergie qui dans le cas du Japon, nation insulaire, pourrait fournir une source d’énergie stable et à grande échelle.

Dans ce cadre, le programme de recherche NEDO entend ici s’adapter aux spécificités nationales et développer des technologies capables de convertir la puissance massive du courant marin. En cours d’étude depuis 2011, ces équipes de recherche ont déjà trouvé le moyen de fixer leurs équipements au fond des océans permettant ainsi de mettre en place des phases de tests en milieu naturel.

Le système de turbine à la fois sous-marin et flottant sera développé au cours des prochaines années, et devrait être opérationnel à l’horizon 2017. Il repose sur un dispositif de deux turbines à contre-rotation lui permettant d’exploiter la force des courants. Comme l’explique NEDO, “elles sont ancrées au fond de la mer et flottent comme un cerf-volant entraîné par les courants océaniques”.

IHI sera chargé ici de la fabrication de la turbine et du dispositif de flottaison tandis que Toshiba gérera toute la partie alimentation des dispositifs électriques tels que le générateur et le transformateur.

Crédits photo : Toshiba

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 10 Avr 2015
Le groupe français Steadysun a signé récemment un accord de recherche et de développement avec le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique et aux énergies renouvelables) afin d'améliorer ses outils et services prévisionnels en matière de production d'énergie solaire. Une filière…
mar 19 Avr 2016
Grâce à une politique environnementale axée depuis de nombreuses années sur les énergies renouvelables, Besançon a été la première commune de France à obtenir le label européen Cit'ergie GOLD en 2012. Une reconnaissance qui n'a pas empêché la préfecture du…
jeu 7 Fév 2013
Depuis 4 ans, l’Empire du milieu est devenu le premier marché mondial dans la production d’électricité éolienne. Une nouvelle éolienne sur trois est ainsi érigée en Chine. 80% de l’électricité chinoise provient du charbon, le combustible fossile le plus polluant…
lun 25 Jan 2016
Peu de temps après le lancement de l’appel à projets « Energies renouvelables en mer et fermes pilotes hydroliennes fluviales », OpenHydro/DCNS et EDF viennent d’immerger la première hydrolienne du parc démonstrateur de Paimpol-Bréhat. Avec le succès de cette étape,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.