Des émissions de CO2 records pour un Japon sans nucléaire - L'EnerGeek

Des émissions de CO2 records pour un Japon sans nucléaire

japon_photo_white.mothLe Ministère japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie a annoncé lundi 17 novembre que les émissions de gaz à effet de serre du Japon avaient atteint un volume alarmant au cours de la dernière année fiscale : 1.224 milliards de tonnes métriques. Un volume de CO2 en hausse de 1,4% par rapport à l’année fiscale précédente, et de 16% par rapport à 1990 (année prise comme référence par la Convention des Nations Unies sur le Changement Climatique lors des calculs liés aux objectifs de réduction d’émissions).

En 2010, le Japon annonce son ambition de réduire ses émissions de CO2, notamment grâce au développement de son parc nucléaire. Tokyo vise alors une part de 50% du mix électrique pour l’énergie nucléaire. Un objectif qui ne sera jamais atteint en raison de l’accident nucléaire de Fukushima, qui entraîne la fermeture à titre préventif des 48 réacteurs du Pays du Soleil Levant.

Depuis, les émissions de CO2 du Japon n’ont cessé d’augmenter. Les énergies fossiles, vers lesquelles le gouvernement japonais s’est tourné pour pallier l’arrêt des réacteurs nucléaires, sont désormais pointées du doigt.

Selon le gouvernement de Shinzo Abe, l’utilisation du gaz naturel et du charbon, nécessaire au fonctionnement des centrales thermiques, sont responsables de 90% des émissions de CO2 du Japon. Les importations de gaz naturel et de charbon ont respectivement augmentées de 24 et de 4.8% au cours de l’année dernière.

Pour cette raison environnementale, mais aussi pour des raisons économiques (la déficit commercial du Japon s’est empiré avec la hausse des importations de fossiles)  Le gouvernement japonais est favorable à la remise en service des réacteurs nucléaires, sous condition que leur sécurité soit certifiée par l’autorité de régulation nucléaire. Des spécialistes ont indiqué que la relance des 2 réacteurs de la centrale de Sendai (dans la préfecture de Kagoshima), en bonne voie, ne serait pas une action suffisante pour ralentir significativement les émissions de gaz à effet de serre. Mais au total, des dossiers de redémarrage sont à l’étude pour pas moins de 17 réacteurs.

Crédit photo : white.moth

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 15 Oct 2013
Selon Ed Davey, le ministre britannique de l’Energie, Londres et Electricité de France sont proches d’un accord en vue de la construction de deux réacteurs EPR sur le site de la centrale nucléaire d’Hinkley Point. Si un accord définitif est…
mar 4 Juin 2013
L’actualité de ces derniers jours a été marquée par la crue du Rhin. Sans précautions nécessaires, ce phénomène naturel pourrait menacer l’intégrité de certaines installations productrices d’électricité et poser des problèmes de sécurité. L’anticipation des crues constitue donc un enjeu…
jeu 10 Juil 2014
EDF Energy (filiale britannique de l'électricien français) a été choisi par l'Institut des technologies de l'énergie (ETI) du Royaume-Uni dans le cadre d'un projet d'expertise visant à évaluer au mieux les risques naturels qui pèsent à ce jour sur le territoire britannique…
mar 17 Fév 2015
La multinationale française Areva et le producteur d'électricité américain Exelon ont annoncé la signature d'un contrat, lundi 9 février. Cet accord va permettre à Exelon de prolonger la durée d'utilisation de certains composants de ses réacteurs nucléaires grâce à l'adoption…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.