Redémarrage des réacteurs nucléaires de Sendai : feu vert des autorités locales - L'EnerGeek

Redémarrage des réacteurs nucléaires de Sendai : feu vert des autorités locales

reacteurs_sendai_photo_goodplanetLe verdict est tombé : le gouverneur de la préfecture japonaise de Kagoshima a accordé son feu vert pour la remise en service début 2015 des réacteurs nucléaires de Sendai 1 et 2, jugés conformes aux normes durcies mises en place après l’accident survenu à la centrale de Fukushima en 2011.

“J’ai décidé qu’il est inévitable de relancer les réacteurs n°1 et n°2 de Sendai”. C’est par ces mots que le gouverneur Yuichiro Ito a autorisé la relance de l’activité nucléaire au Japon, à l’issue d’un vote favorable de l’assemblée régionale (38 voix sur 47).

Depuis l’an dernier, les 48 réacteurs nucléaires que compte le Japon (à l’exception des 6 tranches de la centrales de Fukushima) sont à l’arrêt. Une mesure drastique, qui plombe les finances et l’autonomie énergétique nippones, puisque l’archipel doit importer des hydrocarbures polluants (pétrole, charbon, gaz) pour compenser la production d’électricité d’origine nucléaire, qui représentait jusqu’alors un tiers du mix électrique.

En effet, le Japon, traditionnellement excédentaire, doit faire face à des déficits commerciaux abyssaux. Et le prix de l’électricité a augmenté de 20% pour les particuliers et de 30% pour les sociétés en trois ans. Pour ces raisons économiques, mais aussi pour un motif écologique, à savoir limiter les émissions de CO2 entraînées par l’exploitation des énergies fossiles, le Premier ministre Shinzo Abe est un fervent partisan d’une relance du nucléaire.

Au mois de septembre, après 14 mois d’enquêtes et d’examens, l’Autorité japonaise de sûreté nucléaire, créée en 2012 pour durcir les normes de sécurité du parc nucléaire nippon, avait validé la sûreté des réacteurs de Sendai 1 et 2. Le feu vert du gouverneur local est l’avant-dernière étape, puisque seul l’accord du gouvernement de Shinzo Abe  est encore nécessaire à un redémarrage des réacteurs. Un aval logiquement escompté : pour preuve, le ministre de l’Industrie, Yoichi Miyazawa, s’est rapidement félicité de la décision du gouverneur Yuichiro Ito.

Avant la remise en service début 2015, toutefois, quelques procédures techniques devront être effectuées. Mais le redémarrage des deux réacteurs ouvre la voie à une reprise de la production nucléaire. L’autorité de sûreté nucléaire étudie actuellement les dossier de redémarrage de 17 réacteurs.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mer 15 Mai 2013
Créée suite à la catastrophe de Fukushima, la nouvelle autorité garante de la sureté nucléaire au Japon devrait, selon les médias nippons, confirmer aujourd’hui la présence d’une faille active sous le réacteur 2  de Tsuruga. En cas de confirmation, ce…
jeu 9 Oct 2014
La Commission européenne a validé ce mercredi 8 octobre le projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point C. Elle aura donc suivi les recommandations du président du Commissariat à la concurrence, Joaquim Almunia, qui s'était prononcé il y a quelque semaines en…
lun 26 Mai 2014
Le directeur général de la filiale allemande de Veolia, Etienne Petit, a expliqué à l'hebdomadaire WirtschaftsWoche, que Veolia Environnement s’intéresse à une partie du juteux marché du démantèlement de centrales nucléaires en Allemagne. Dans ce but, le groupe a engagé…
mer 16 Avr 2014
Les récentes déclarations de la Ministre déléguée marocaine chargée de l’Eau ont relancé les débats sur une possible désalinisation de l’eau de mer par énergie nucléaire. Confronté à un problème majeur de « Stress Hydrique », le Maroc voit en…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.