Le mollusque, un modèle de technologie photovoltaïque - L'EnerGeek

Le mollusque, un modèle de technologie photovoltaïque

Mollusque_ photovolataiqueLes tridacnes, espèce de mollusques géants, plus connus sous le nom de “bénitiers” pourraient, selon des chercheurs de l’Université de Californie à Santa Barbara, permettre d’améliorer sensiblement la technologie des cellules photovoltaïques. Ces mollusques bivalves sont en effet capables de réfléchir dans leurs tissus la lumière du soleil au profit d’algues photosynthétiques.

Plus concrètement, la structure biologique de ces bivalves est constituée en surface de cellules iridescentes vivantes appelées “iridocytes”, qui captent les rayons du soleil et renvoient la lumière à l’intérieur du mollusques où sont abrités des millions de micro-organismes photosynthétiques. Ces algues pratiquent ainsi leur activité de photosynthèse et produisent les nutriments qui nourriront le bénitier. Une entente cordiale pourrait-on dire, basée sur un système de captation de l’énergie solaire des plus sophistiqués et dont les nouvelles technologies énergétiques pourraient s’inspirer.

En effet, dans cette étude publiée dans le journal de la Royal Society et relayée par Futura Sciences, le professeur Amanda Holt et son équipe, ont évalué à l’aide d’une sonde à fibre optique la quantité de lumière solaire récupérée par trois espèces de tridacnes différentes lors d’une excursion aux Palaos, à l’Est des Philippines. Des expertises qui ont permis de mettre en évidence tout l’intérêt de ces bivalves pour l’avenir de la technologie solaire.

Selon ces observations, le flux de photons est ici cinq fois plus élevé que dans des espèces de mollusques bivalves dépourvues d’iridocytes. Une captation optimale réalisée en toute sécurité puisque ces cellules protègent également les algues d’un risque de brûlure en réfléchissant la lumière solaire dans les tissus profonds du tridacne.

Ajoutée à cela, l’organisation spatiale des mollusques qui s’installent en colonne et s’empilent les uns sur les autres permet une réflexion latérale alimentant ainsi toutes les cellules en photons. Un système qui explique notamment les différentes couleurs du manteau dont les cellules inutiles pour la photosynthèse sont reflétées (vert et jeune) et celles utiles, sont diffusés à l’intérieur (rouge et bleu).

Selon les auteurs de l’étude, ce “système biophotonique” en trois dimensions pourrait donc inspirer la conception de matériaux photovoltaïques plus solides et plus efficaces et être utilisé pour concevoir des procédés efficients de production d’algues, nécessaires à la fabrication de biocarburants, d’aliments ou de produits chimiques.

Crédits photo : Ahmed Abdul Rahman

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 31 Mar 2016
Avec la fusion des régions, la nouvelle entité Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine rassemble des territoires très hétéroclites en matière de politique énergétique. Ainsi, s'agissant des éoliennes, on constate que l'ancienne région Champagne-Ardenne est la première de France avec 270 parcs, tandis que l'Alsace se situe…
mer 20 Avr 2016
Grâce à une puissance installée totale de 2.600 MW et une position géographique stratégique, la centrale de Cordemais joue un rôle important dans le maintien de l’équilibre du réseau électrique breton. Comme toutes centrales thermiques en activité sur le territoire…
jeu 7 Avr 2016
Si l'objectif de 40 % d'électricité renouvelable en 2030 prévu dans la loi de transition énergétique reste tout à fait possible aujourd'hui, il nécessitera néanmoins un développement rapide de l'énergie éolienne marine, plus coûteuse, mais aussi plus régulière dans la production d'électricité…
mar 17 Juin 2014
Avec les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de football organisée tous les 4 ans par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) est l'évènement sportif le plus regardé dans le monde. Depuis le 12 juin, et pendant un mois,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.