Le mollusque, un modèle de technologie photovoltaïque - L'EnerGeek

Le mollusque, un modèle de technologie photovoltaïque

Mollusque_ photovolataiqueLes tridacnes, espèce de mollusques géants, plus connus sous le nom de “bénitiers” pourraient, selon des chercheurs de l’Université de Californie à Santa Barbara, permettre d’améliorer sensiblement la technologie des cellules photovoltaïques. Ces mollusques bivalves sont en effet capables de réfléchir dans leurs tissus la lumière du soleil au profit d’algues photosynthétiques.

Plus concrètement, la structure biologique de ces bivalves est constituée en surface de cellules iridescentes vivantes appelées “iridocytes”, qui captent les rayons du soleil et renvoient la lumière à l’intérieur du mollusques où sont abrités des millions de micro-organismes photosynthétiques. Ces algues pratiquent ainsi leur activité de photosynthèse et produisent les nutriments qui nourriront le bénitier. Une entente cordiale pourrait-on dire, basée sur un système de captation de l’énergie solaire des plus sophistiqués et dont les nouvelles technologies énergétiques pourraient s’inspirer.

En effet, dans cette étude publiée dans le journal de la Royal Society et relayée par Futura Sciences, le professeur Amanda Holt et son équipe, ont évalué à l’aide d’une sonde à fibre optique la quantité de lumière solaire récupérée par trois espèces de tridacnes différentes lors d’une excursion aux Palaos, à l’Est des Philippines. Des expertises qui ont permis de mettre en évidence tout l’intérêt de ces bivalves pour l’avenir de la technologie solaire.

Selon ces observations, le flux de photons est ici cinq fois plus élevé que dans des espèces de mollusques bivalves dépourvues d’iridocytes. Une captation optimale réalisée en toute sécurité puisque ces cellules protègent également les algues d’un risque de brûlure en réfléchissant la lumière solaire dans les tissus profonds du tridacne.

Ajoutée à cela, l’organisation spatiale des mollusques qui s’installent en colonne et s’empilent les uns sur les autres permet une réflexion latérale alimentant ainsi toutes les cellules en photons. Un système qui explique notamment les différentes couleurs du manteau dont les cellules inutiles pour la photosynthèse sont reflétées (vert et jeune) et celles utiles, sont diffusés à l’intérieur (rouge et bleu).

Selon les auteurs de l’étude, ce “système biophotonique” en trois dimensions pourrait donc inspirer la conception de matériaux photovoltaïques plus solides et plus efficaces et être utilisé pour concevoir des procédés efficients de production d’algues, nécessaires à la fabrication de biocarburants, d’aliments ou de produits chimiques.

Crédits photo : Ahmed Abdul Rahman

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 14 Juil 2016
Le vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), Jean-Yves Le Déaut, se félicite de l’adoption de la nouvelle loi sur Cigéo. Avec ce texte, qui prévoit l’arrivée des premiers colis sur le site de Bure en…
mer 24 Juil 2019
Le 22 juillet 2019, GE Renewable Energy a dévoilé sa nouvelle éolienne marine : Haliade X. Avec 12 MW de puissance, c'est actuellement la machine la plus puissante du marché mondial. Fabriquées en France pour le moment, les nouvelles éoliennes…
jeu 1 Août 2019
Alors que l'été 2019 a été le théâtre de deux épisodes de canicule, les solutions pour supporter autant que faire se peut des températures de plus en plus chaudes sont à l’étude. Les grands centres urbains peuvent développer certaines techniques…
ven 9 Sep 2016
C'est à Abou Dhabi qu'a commencé et s'est terminée l'aventure de Solar Impulse 2. Le 26 juillet dernier, cet avion à propulsion électrique terminait en effet avec succès un périple tout aussi ambitieux qu'improbable : un tour du monde en avion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.