Un nouveau partenariat nucléaire entre la Russie et l'Afrique du Sud - L'EnerGeek

Un nouveau partenariat nucléaire entre la Russie et l’Afrique du Sud

Russie_Afrique_du_sud_nucléaireLa Russie a annoncé ce lundi 22 septembre 2014 via un communiqué de l’Agence russe de l’énergie atomique Rosatom, la signature d’un protocole d’accord avec l’Afrique du Sud dans le cadre d’une nouvelle coopération nucléaire entre les deux pays. Un collaboration qui prévoit notamment la livraison de huit réacteurs nucléaires d’ici 2023 et installe de ce fait la Russie comme partenaire privilégié du gouvernement sud africain dans le domaine de l’énergie nucléaire, au détriment du groupe français Areva.

Entre 40 et 50 milliards de dollars“, c’est la valeur estimé du montant de l’accord annoncé par le directeur de Rosatom, Sergueï Kirienko, entre la Russie et l’Afrique du Sud. Un accord intergouvernemental qui confirme les ambitions élevées du gouvernement sud africain en matière d’énergie nucléaire et qui devrait se transformer prochainement en contrat pour la commande de huit réacteurs nucléaires.

Comme l’a déclaré la ministre sud-africaine de l’Énergie, Tina Joemat-Pettersson, “je suis convaincue que le partenariat avec la Russie permettra à l’Afrique du Sud de réaliser son ambitieux programme de création d’ici à 2030 de nouvelles centrales nucléaires sur la base d’une technologie moderne et fiable“.

L’Afrique du Sud compte en effet sur le développement de l’énergie nucléaire pour réduire sa dépendance au charbon et stabiliser l’approvisionnement du réseau électrique national, régulièrement saturé depuis plusieurs années. Le gouvernement prévoyait dans ce cadre la mise en service d’ici 2030, de 9.600 MW de puissance supplémentaire, ajoutés à l’unique centrale nucléaire existante actuellement.

Un marché prometteur sur lequel le groupe Areva, fournisseur de la centrale de Koeberg, tente de se positionner depuis 2008. Ce nouvel accord avec la Russie semble néanmoins sonner la fin des espoirs du groupe français.

Outre la mise en service de ces huit réacteurs, cette nouvelle collaboration nucléaire actée lors d’une conférence de l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) à Vienne, prévoit également la construction d’infrastructures en Afrique du Sud et la formation de techniciens et scientifiques nucléaires dans les universités russes.

Crédits photo : Government ZA

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 27 Déc 2018
Après l'annonce de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, la fermeture de certaines centrales nucléaires est désormais envisagée. Pour cela, le gouvernement bénéficiera de l'expertise de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). De nombreuses questions se posent donc sur la manière dont…
jeu 25 Sep 2014
Si l'on sait aujourd'hui que le stockage des combustibles nucléaires irradiés peut être opéré en profondeur dans des environnements riches en schiste ou autres roches argileuses, permettant d'éviter ainsi une propagation de la contamination pour plusieurs millions d'années, une autre…
mar 15 Jan 2013
Les investissements du groupe EDF dans le parc nucléaire britannique n’auront pas été vains. En 2012, la production des centrales nucléaires exploitées par l’électricien français outre-Manche a atteint son plus haut niveau depuis 2005 (60,8 térawattheures produits). Les huit centrales…
lun 18 Avr 2016
Avant le conseil d’administration d’EDF du 22 avril prochain, le président de la République a annoncé qu'il allait se pencher sur le financement de l’électricien. Avec le grand carénage, le projet Hinkley Point en Angleterre et le développement des énergies renouvelables,…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.