Les capacités européennes de production à 60% renouvelables en 2030  - L'EnerGeek

Les capacités européennes de production à 60% renouvelables en 2030 

Offshore Wind Farm walp twSelon les prévisions de Bloomberg Energy Finance, les énergies renouvelables (énergies nouvelles et hydraulique confondues) représenteront 60% des capacités de production d’électricité en Europe d’ici à 2030. En revanche, compte tenu de l’intermittence de l’éolien et du solaire, elles ne représenteront pas 60% de l’électricité produite à cette échéance, comme l’affirment à tord plusieurs médias.

Grâce à quelques 1.000 milliards  de dollars d’investissements, le renouvelable devrait représenter 60% des capacités européennes de production d’électricité  en 2030. Quelques 557 GW de capacités renouvelables nouvelles seront d’ici là raccordés au réseau électrique européen.

Mais le renouvelable ne permettra pas de produire 60% de l’électricité nécessaire aux besoins des européens, une grande partie de ces nouvelles capacités délivrant une production intermittente conditionnée aux aléas climatiques.

A ce sujet, rappelons que les énergies renouvelables représentent d’ores et déjà plus de 40% des capacités européennes, mais que leur production ne fournit aujourd’hui que 14 % de l’électricité consommée dans les 28 Etats membres.

A elles seules, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, deux pays encore fortement dépendants des centrales thermiques mais qui mènent des politiques très volontaristes, devraient concentrer un tiers des nouvelles capacités renouvelables européennes.

En parallèle de ce développement rapide des enneiges renouvelables, Bloomberg remarque justement que des moyens additionnels particulièrement flexibles devront être raccordés au réseau pour pallier l’intermittence de l’éolien et du solaire. L’étude cite évidemment le stockage de l’énergie, mais aussi les unités de production thermique capables de générer de l’énergie très rapidement pour ajuster la production à la demande (on pense aux turbines à combustion qui peuvent produire de l’électricité en seulement quelques minutes).

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
ven 6 Juil 2018
L’île de la Martinique est actuellement en pleine réflexion pour définir son futur modèle énergétique. Une réflexion qui a pris la forme d’une consultation populaire jusqu'au 6 juillet 2018, et qui doit déboucher sur une toute nouvelle Programmation pluriannuelle de…
mar 20 Juin 2017
De plus en plus compétitives, les énergies éolienne et solaire devraient remplacer progressivement le charbon dans le mix énergétique mondial. Selon un nouveau rapport réalisé par Bloomberg New Energy Finance (BNEF) et publié jeudi 15 juin 2017, la baisse continue…
mer 14 Nov 2018
Avant la publication de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) en France, les problématiques énergétiques sont à l'ordre du jour au niveau européen. Le Parlement européen a voté trois textes, ce mardi 13 novembre 2018, en faveur de la transition énergétique. Ils…
jeu 27 Avr 2017
En accord avec sa stratégie de développement accéléré dans les énergies renouvelables en France et à l'international, EDF EN, filiale du groupe français spécialisée dans les énergies vertes, a annoncé mardi 25 avril 2017 être entré en négociations exclusives dans…

COMMENTAIRES

  • Selon Bloomberg les EnR (solaire, éolien, hydro, bioélectricité) répondront à 50% de la demande électrique européenne en 2030, et non 60% comme l’a affirmé par erreur l’AFP en mélangeant puissance et énergie électrique, vous avez raison de le souligner.
    En revanche la nature fluctuante du solaire et de l’éolien n’est pas un obstacle pour y parvenir. L’Espagne et le Portugal, dont le système électrique est relativement isolé, produisent déjà plus de 50% de leur électricité à partir des EnR.

    “(…) renewables will make up over 50% of Europe’s generation mix by 2030.
    Renewables capacity in Europe will climb from 41% in 2012 to 60% in 2030 (…)”
    http://bnef.folioshack.com/document/v71ve0nkrs8e0/15lzp6

    Répondre
        • Il faut voir la consommation globale d’énergies fossiles pour tous usages et non seulement pour l’électricité, voila votre problème.

          Répondre
          • j’ai pas de problème moi zada, nada de nada; cela fait plus de 10 ans que j’étudie au quotidien ces problématique
            Vous faites un bon début de raisonnement mais vous n’allez pas assez loin, mais alors vraiment pas assez loin; la meme erreur que ceux qui critiquent la transition énergetique allemande (d’ailleurs ils oublient que dans “transition énergetique” … il y a le mot “transition” …. qui veut bien dire ce qu’il veut dire; mais encore faut il vouloir (et pouvoir) voir plus loin, bcp plus loin

  • Au contraire, dans tous les pays qui ont bien développé les énergies renouvelables, la part des fossiles (et du nucléaire lorsqu’il existe) a reculé. Mieux vaut consulter les statistiques que se répandre en rumeurs.

    http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

    Et au Portugal, avec 0% de nucléaire, le prix de l’électricité est inférieur à celui de la Belgique avec 51% de nucléaire : 11,7 c€/kWh hors taxes (20,6 ttc) contre 16,8 c€/kWh hors taxes (22,2 ttc).

    Comme dit Blooberg “By 2030, Europe will have slashed its power sector carbon emissions by half, from around 1.3GtCO2 in 2013 to 0.6GtCO2 in 2030. The 5% average annual reduction in emissions is driven mostly by the rise in renewable capacity …”.

    Répondre
  • Que se cache -t-il alors derrière le terme “transition”? Rien de bien concret, on reste dans le flou le plus total. Mois aussi depuis plus de 10 ans je suis de près ce sujet et c’est encore de plus en plus flou et impréci et on consomme encore plus d’énergies fossiles (du moins en Allemagne, au Dannemark et ailleurs)

    Répondre
  • Transition : “Nom féminin : Passage graduel d’un état à un autre, état intermédiaire”
    La transition des Allemand est tout sauf “rien de bien concret”; ce n’est pas flou, c’est juste qu’ ils avancent pas à pas et vue qu’ils sont les premiers ils découvrent forcément les problèmes inattendus qu’ils doivent résoudre au fur et à mesure; ils ajustent donc leur position régulièrement ce qui est normal lorsque l’on défriche un domaine. “Wait and see” comme on dit; dans 20 ans ils auront :
    1. finis leur transition (et là c’est nous qui rirons jaune)
    2. cumulés tellement de savoir faire dans ce domaine qu’ils viendront nous vendrons leur compétence !

    Répondre
    • Toujours dans le flou, pas de définition précise. La réalité, c’est moins de nucléaire et c’est incontestable, mais plus de CO2 et tous les chiffres l’attestent; c’est mathématique avec les renouvelables intermittents à cause de leur faible facteur de charge .(compensation par du fossile pour réguler le réseau) et leur coûts en CO2 de fabrication. Croire le contraire c’est prendre ses désirs pour la réalité.

      Répondre
  • Bon, que dire ? Comment expliquer une démarche qui s’inscrit sur du -très- long terme ?
    Et bien, on va dire que vous avez raison, ce sera plus simple
    RDV dans 10 et 20 ans pour faire le point

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.