Hydraulique et hydrocarbures dominent le mix-électrique du Venezuela - L'EnerGeek

Hydraulique et hydrocarbures dominent le mix-électrique du Venezuela

drapeau_venezuela_photo_Alex LanzLa République bolivarienne du Venezuela est un pays d’Amérique du Sud partageant ses frontières avec la Colombie, le Brésil et la Guyanne. En raison d’une forte croissance démographique (la population approche aujourd’hui les 30 millions d’individus), la demande en électricité du pays n’a de cesse d’augmenter. Les 29,9 millions d’habitants de cette république ont consommé, au cours de l’année 2012, plus de 129 TWh d’électricité.

Pour répondre à cette forte demande, le Venezuela s’appuie principalement sur ses ressources hydrauliques ainsi que sur ses réserves d’hydrocarbures. Des réserves dont le volume pourrait bien être revu à la hausse en raison des forages exploratoires de gaz de schiste lancés récemment par le Ministre en charge de l’énergie.

[stextbox id=”info”]D’importantes réserves d’hydrocarbures[/stextbox]

Le Venezuela possède les 8èmes réserves mondiales de gaz et les plus importantes réserves de pétrole au monde (dont des réserves prouvées de 297,6 milliards de barils de sables bitumineux). La particularité du pays est d’utiliser le premier pour améliorer la production du second : en effet, une grande partie du gaz extrait des sous-sols vénézuéliens est injectée dans les gisements pétroliers matures pour améliorer leur taux de récupération.

C’est ainsi que la production d’origine fossile a fortement progressé au cours de la dernière décennie : entre 2002 et 2012, elle a augmenté de 3,9% en moyenne chaque année. Les énergies fossiles représentent donc 36,4% du mix-électrique du Venezuela (pour une production de 47,2 TWh en 2012).

La part des énergies fossiles dans le mix-électrique vénézuélien devrait d’ailleurs être confortée suite à l’annonce faite par Miguel Rodríguez, Ministre de l’Environnement, et Rafael Ramirez, président de la compagnie pétrolière publique PDVSA, le 21 mai dernier. Des forages exploratoires des gaz de schiste vont être effectués sur le lac Maracaibo. Ce lac, le plus grand d’Amérique du Sud, est également une importante zone d’exploitation pétrolière qui a fourni la moitié de la production du pays.

[stextbox id=”info”]Quelle place pour les énergies renouvelables ?[/stextbox]

Malgré l’importance des hydrocarbures dans son secteur énergétique (et économique), le Venezuela tire la majorité de son électricité de ses ressources hydrauliques : 63,6% de son mix-électrique. En 2012, la production des installations hydroélectriques du pays s’est élevée à 82,4 TWh. Si ce volume traduit une légère baisse par rapport à 2011 (-1,5%), la puissance cumulée du parc n’a cependant pas cessé d’augmenter ces dernières années. Elle approchait les 20.000 MW début 2013.

Grâce à une puissance de 10.235 MW, le barrage de Guri, également appelé centrale hydroélectrique Simón Bolívar, assure 90% de la production de la filière hydraulique vénézuélienne. 3ème plus grand barrage du monde, il est situé dans le nord-est du pays, dans l’État de Bolívar sur la rivière Caroní. Fin 2012, le Venezuela comptait 2.700 MW de projet hydraulique en construction et 8.000 MW planifiés.

Le Venezuela souhaite néanmoins diversifier son mix-électrique en développant l’énergie éolienne et le nucléaire. Le parc éolien Los Taques, d’une puissance de 100 MW, a été lancé fin 2012 dans la péninsule de Paraguana. Première installation éolienne du pays, il se verra bientôt secondé par le parc (75 MW) de l’île Margarita et le parc de la région semi-désertique de la Guajira (100 MW). En ce qui concerne l’énergie nucléaire, le Venezuela a signé des accords avec la France et le Portugal alors qu’un contrat a d’ores et déjà été signé avec la Russie. Ce contrat porte sur la construction de deux réacteurs nucléaires d’une puissance unitaire de 1.200 MW.

Crédit photo : Alex Lan

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 4 Juil 2013
Après l'incident de septembre, qui avait conduit à sortir l'hydrolienne "Arcouest" de l'eau en mars dernier, celle-ci vient d'être remise sur sa barge-support, le bateau "Openhydro Triskell". Sa prochaine immersion est prévue cet automne. L'hydrolienne est une turbine qui utilise…
lun 9 Sep 2013
Le « repowering » consiste à moderniser une installation électrique pour augmenter son rendement. Cette technique est de plus en plus utilisée car elle est permet notamment de faire des économies par rapport au coût d'une nouvelle installation. Concrètement, on remplace d'anciennes…
jeu 3 Avr 2014
Permettant d’alimenter environ 340.000 personnes en électricité sans émissions de CO2, le barrage de Tignes (Savoie) est un outil de production auquel EDF n’a aucune raison de renoncer. Une particularité géologique a toutefois rapidement perturbé le bon fonctionnent de cette…
ven 8 Jan 2016
Pour le Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme, « le biomimétisme consiste in fine à faire de la recherche autrement, en s’inspirant du vivant pour tirer parti des solutions et inventions produites par la nature ». C’est justement sur ce principe que se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.