La Corée du Sud redéfinit sa politique énergétique - L'EnerGeek

La Corée du Sud redéfinit sa politique énergétique

centrale_corée_du_sud_photo_Rowan PeterLe gouvernement sud-coréen a présenté mardi 10 décembre, les premières orientations de sa future politique énergétique. Face à la forte augmentation de la demande d’électricité, qui devrait doubler d’ici 20 ans, le gouvernement de Park Geun-hye a décidé de mettre en place des mesures visant à limiter la consommation globale de son pays. Le nouveau plan énergétique redéfinit également la part du nucléaire dans le mix électrique du pays du Matin clair. L’atome devrait voir sa capacité installée globale augmenter afin de maintenir sa part dans le secteur de la production électrique.

En 2011, le mix électrique de la Corée du Sud était dominé par les sources énergétiques conventionnelles : elle tirait 68,9% de son électricité des combustibles fossiles et 29% du nucléaire. Contrairement à une grande majorité de ses voisins, le potentiel hydroélectrique du pays est peu développé, expliquant la faible part des sources renouvelable dans la production d’électricité (2%).

[stextbox id=”info”]Contrôler l’évolution de la demande d’électricité[/stextbox]

Selon les estimations officielles du ministère sud-coréen de l’Energie, la consommation d’électricité devrait doubler entre 2011 et 2035. Les sud-coréen ont consommé, en 2011, 39,1 millions de tonnes équivalent pétrole d’électricité, un volume qui devrait passer à 70,2 millions en 2035.

En outre, la consommation énergétique totale de la Corée du Sud devrait augmenter en moyenne de 0,9% par an. Evaluée à 205,9 millions de tonnes équivalent pétrole en 2011 elle devrait passer à 254,1 en 2035. La consommation de pétrole devrait cependant diminuer sur cette même période.

Selon un rapport destiné à la Commission Parlementaire du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie, le gouvernement va tenter de minimiser cette croissance en “améliorant le système de prix et en rationalisant les prix de l’électricité”. “Le gouvernement a l’intention de réduire la consommation en électricité du pays de 13,3% par rapport au niveau moyen de 2035 grâce à la réduction de la consommation dans les grands bâtiments et dans le secteur des transports”, est-il précisé dans le rapport.

[stextbox id=”info”]Limiter la part du nucléaire à 29% [/stextbox]

Le rapport recommande également de fixer “entre 22% et 29%” la part du nucléaire dans le mix électrique du pays d’ici 2035. Alors que les estimations de 2012 indiquent que les réacteurs du pays ont couvert 26,3% des besoins en électricité du pays, le gouvernement devrait suivre cette recommandation. Le précédent plan énergétique prévoyait une part d’environ 40%, mais la part de l’atome devrait finalement être limitée à 29%.

Colosse aux pieds d’argile, le secteur nucléaire sud-coréen fait face à une perte de confiance de la part de l’opinion publique en raison du scandale des faux certificats : des sous-traitants sont en effet accusés d’avoir fourni des pièces non-conformes à diverses centrales nucléaires du pays grâce à des autorisations falsifiées. Déjà ébranlé par la catastrophe de Fukushima dans le Japon voisin en mars 2011, le secteur atomique sud-coréen n’a donc pas le vent en poupe.

Le pays abrite actuellement 23 réacteurs nucléaires d’une puissance cumulée totale de 21 GW. Cinq chantiers de construction de réacteurs nucléaires sont actuellement en cours alors que six autres projets ont reçu l’accord des autorités pour débuter les travaux. Des projets qui permettront d’atteindre 36 GW en 2025.

[stextbox id=”info”]Vers plus de centrales nucléaires ?[/stextbox]

Afin de pouvoir faire face à la croissance de la demande électrique, et pour maintenir à 29% la part du nucléaire, le gouvernement sud-coréen cherche à augmenter la capacité de production globale de ses centrales.

“En nous basant sur les perspectives selon lesquelles la demande d’électricité augmentera de 2,5% par an jusqu’en 2035, nous prévoyons qu’il sera nécessaire d’assurer une capacité de production globale des centrales nucléaires de 43 GW”, a déclaré le directeur du bureau de la politique énergétique du ministère, Song Yu-jong.

Selon ces propos, les responsables sud-coréens devraient donc augmenter de 7 GW la puissance cumulée de leurs centrales. “Le nombre de nouveaux réacteurs nucléaires sera probablement connu dans le septième plan d’approvisionnement en électricité qui sera dévoilé en 2015”, a déclaré Song Yu-jong.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 9 Juil 2013
L'EPR de Flamanville est un chantier colossal : près de 3000 personnes travaillent sur la construction de cette centrale. A l'heure actuelle, le réacteur attend son dôme, qui sera déposé en juillet par l'une des plus grosses grues du monde.…
mer 20 Déc 2017
La phase de construction terminée, l’équipe du chantier de l’EPR de Flamanville a débuté, lundi 18 décembre 2017, les essais à « froid » du réacteur, conformément au calendrier établi en 2015. Une étape déterminante qui permettra notamment de vérifier…
L’objectif du Pakistan est de mettre fin aux coupures de courant à répétition qui frappent le pays et de réduire le déficit énergétique, qui est de plus de 4000 mégawatts. Pour cela, le gouvernement a opté pour différentes solutions. Tout d’abord, une…
mer 18 Mai 2016
Une proposition de loi vient d’être adoptée au Sénat dans le but de délivrer l’autorisation administrative nécessaire à la poursuite du projet Cigéo. Avec ce centre de stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde, la France prépare l’avenir de son industrie nucléaire.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.