Coûts et financements du projet Cigéo - L'EnerGeek

Coûts et financements du projet Cigéo

cigeo Le projet Cigéo consiste en la construction d’un futur centre de stockage pour les déchets radioactifs français à 500 mètres sous terre, à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne. La faisabilité de ce type de stockage pour les déchets les plus radioactifs a été étudiée in situ par le laboratoire Andra de Bure-Saudron depuis 2000 et validée par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Alors que le projet fait l’objet d’un débat public avant que l’Etat ne se prononce sur son autorisation, la question de son coût et de son financement devient de plus en plus d’actualité.

La loi de juin 2006 a prévu la création, d’ici à l’année 2025, du centre de stockage sous-terrain à long terme Cigéo. La construction de ce site nucléaire nécessite la réalisation d’infrastructures complexes et d’aménagements locaux importants. Combien ce projet va-t-il coûter ? Qui va le financer ?

[stextbox id=”info”]Un coût difficile à établir pour le moment[/stextbox]

En 2005, l’Andra avait rendu une première estimation des coûts de Cigéo. Evalué à 15 milliards d’euros, ce coût prenait en compte l’ensemble des dépenses nécessaires, pendant 100 ans, pour la construction et l’exploitation et la fermeture de Cigéo, dont la géologie doit isoler les déchets de l’homme et de l’environnement pendant des millénaires.

Etudes des experts en amont, construction des installations en surface et souterraines, équipements, personnel, maintenance, électricité, assurances, impôts, taxes : toutes les dépenses induites par Cigéo était comprises dans cette première estimation.

En 2009, l’Andra a réalisé un nouveau chiffrage, d’environ 35 Md€, sur la base d’une conception préliminaire. Puis, en 2012, l’Andra a lancé la phase d’étude de conception industrielle du projet. Les échanges avec les ingénieurs d’EDF, du CEA et d’AREVA ont permis d’identifier différentes pistes d’optimisation des coûts. Cette étude est toujours en cours et devrait se poursuivre durant une partie de l’année prochaine.

Il est donc trop tôt pour connaître le coût de ce projet qui viendra compléter le dispositif de gestion des déchets radioactifs français.

Selon la loi de 2006, c’est l’Etat qui tranchera : « l’Andra propose au ministre chargé de l’énergie une évaluation des coûts (…). Après avoir recueilli les observations des producteurs de déchets et l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire, le ministre chargé de l’énergie arrête l’évaluation de ces coûts et la rend publique. » Cette publication du coût ne devrait pas avoir lieu avant le premier trimestre 2014.

Pour l’heure, seule la première évaluation, celle de 2005, permet aux organismes qui financeront Cigéo de baser leurs prévisions de financement.

 

[stextbox id=”info”]Plusieurs payeurs épargnent déjà pour Cigéo[/stextbox]

Afin de financer Cigéo, trois organismes ont déjà commencé à épargner d’importantes sommes, sur la base de l’étude de 2005 de l’Andra, retenue par l’état : EDF, le CEA et AREVA.

En effet, l’intégralité du projet Cigéo sera financée par les exploitants nucléaires français qui produisent les déchets qui y seront stockés. La loi prévoit que ces trois exploitants provisionnent des sommes permettant de financer Cigéo. Au-delà des sommes mises de côtés, les intérêts perçus par ces sommes au fil des dizaines d’années d’épargne, participeront également au financement.

Ces démarches financières se font avec un contrôle assidu du Parlement, à qui les exploitants doivent envoyer des rapports détaillés sur les placements dédiés aux futurs investissements du projet Cigéo. Avec un objectif clair : que l’argent voulu soit disponible le moment venu, et que le financement de Cigéo ne repose pas sur les générations futures alors qu’une grande partie des déchets qui y seront stockés ont déjà été produits. C’est pour cette raison qu’EDF, par exemple, répercute depuis de nombreuses années les futurs coûts liés à Cigéo dans la facture d’électricité de ses clients.

Rédigé par : jacques-mirat

lun 16 Déc 2013
A la suite de sa rencontre avec la présidente brésilienne lors de son récent déplacement en Amérique du Sud, François Hollande a assuré que « Dilma Roussef est déterminée à ce que le nucléaire prenne une part plus importante de production…
lun 30 Sep 2013
Alors que le Japon vient de rentrer dans une nouvelle période zéro nucléaire, l’opérateur Tepco (Tokyo Electric Power, l’exploitant de la centrale de Fukushima) vient d’obtenir, auprès des autorités locales de la préfecture de Niigata, l’autorisation  de demander la relance de…
lun 30 Oct 2017
Outre la prolongation de la durée d’exploitation des centrales en activité et la conception de réacteurs plus sûrs et plus performants, l’industrie nucléaire doit également s’adapter au vieillissement des centrales anciennes générations et organiser leur déconstruction progressive dans des conditions…
sam 7 Oct 2017
Quelques mois seulement après avoir relancer officiellement son cinquième réacteur (le 6 juin 2017), le Japon poursuit lentement mais surement son retour sur la voie du nucléaire. L'autorité japonaise de régulation (NRA), seule apte à autoriser le redémarrage des réacteurs,…

COMMENTAIRES

  • En Italie le project Sogin avait un cout de plus de 100 billion pour creer une ministere de haut burocratie de papier radioactive avec 700 personne.Je dit a le Gouvern d’Italie de faire un Accord Italie-France pour le dechet vraiment radioactive et mettre term a le scandale Sogin.Le cout francaise c’est de 15 billions,le cout italienne c’est plus de 100 billion pour 4 centrales et apres 40 ans de travail tres fatigant le 4 centrales sont encore en travail permanent pour la meilleure burocrazie papier de dechet au monde.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.