Indiscrétion : Nicolas Sarkozy soutient la « pauvre filière nucléaire française » - L'EnerGeek

Indiscrétion : Nicolas Sarkozy soutient la « pauvre filière nucléaire française »

sarkozy_nicolas_photoWorld Economic ForumLe débat actuel sur la transition énergétique française semble ne pas laisser insensible l’ancien Président Nicolas Sarkozy. Malmenée par ceux qui veulent en faire un symbole du tournant énergétique, la filière nucléaire peut compter sur le soutien de Nicolas Sarkozy.

A l’occasion d’une cérémonie de remise d’une légion d’honneur en Haute-Savoie, l’ancien Président a déclaré, devant un correspondant de l’AFP :

« Pauvre filière nucléaire française dont nous devrions être si fiers, à laquelle notre pays doit son indépendance énergétique ».  Nicolas Sarkozy a semblé surpris que cette filière, qui « a fait durant toute la 5ème République l’objet d’un consensus politique et cela jusqu’à une date très récente », se retrouve aujourd’hui « menacée comme si la France n’avait pas assez de problèmes, qu’il fallait qu’elle détruise l’atome ».

Une volonté de destruction selon lui guidée « par le seul souci d’intérêts partisans », et au détriment de l’intérêt économique et social de la France : « Je me sens solidaire de ces milliers d’ingénieurs, d’électriciens, de chercheurs qui ne veulent pas voir le travail de plusieurs générations détruit ».

Parler de « destruction de la filière nucléaire » peut toutefois sembler prématuré. Le gouvernement a certes annoncé la fermeture de la centrale de Fessenheim d’ici la fin du mandat de François Hollande, mais sa priorité affichée pour la transition énergétique est la rénovation thermique des bâtiments (44% de l’énergie consommée en France). Quant à la réduction de la part du nucléaire de 75 à 50% d’ici 2025, elle pourrait se faire mécaniquement avec l’augmentation de la demande en électricité qui pourrait compenser la baisse de la consommation des énergies fossiles, par exemple avec le développement de la mobilité électrique.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
mar 12 Jan 2016
La campagne iode 2016, organisée conjointement par les services de l'Etat, l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) et Electricité de France (EDF) et qui a débuté hier, a pour objectif de renforcer la culture de "radioprotection" des riverains et des établissements…
lun 15 Fév 2016
La fusion nucléaire ne cesse de progresser. Après la France, les Etats-Unis et l'Allemagne, la Chine, dans le cadre du programme EAST de l’Académie Chinoise des Sciences, a réussi à maintenir un plasma d'hydrogène à 50 millions de degrés durant plus…
lun 25 Fév 2013
Le réseau européen des organismes techniques de sûreté ETSON vient de publier quatre guides destinés à promouvoir de meilleures pratiques pour l’évaluation de la sûreté nucléaire, et les diffuser à l’échelle européenne et mondiale. Ces guides ont été rédigés à…
mer 4 Déc 2013
La toiture d’un bâtiment de la tranche nucléaire numéro 3 de la centrale de Gravelines (Nord) a été le théâtre d’un départ de feu, mardi aux alentours de 16h50.  Le feu a été maîtrisé à 18h02, grâce à l’intervention des…

COMMENTAIRES

  • “Quant à la réduction de la part du nucléaire de 75 à 50% d’ici 2025, elle pourrait se faire mécaniquement avec l’augmentation de la demande en électricité qui pourrait compenser la baisse de la consommation des énergies fossiles, par exemple avec le développement de la mobilité électrique.”

    Cette phrase est pour moi tout à fait erroné. En France, augmenter l’électricité (80% de nucléaire en 2012: http://fr.edf.com/autres-pages-53295.html) tout en baissant la consommation d’énergie fossiles, cela n’implique pas la diminution du nucléaire. Il faut développer la part des énergies renouvelables, fermer des centrales nucléaires et sans doute beaucoup diminuer notre consommation d’électricité pour cela.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.