Test grandeur nature pour la Farn à la centrale nucléaire de Chinon - L'EnerGeek

Test grandeur nature pour la Farn à la centrale nucléaire de Chinon

La création de la Force d’action rapide nucléaire (Farn) a été décidée par EDF pour renforcer la sûreté nucléaire suite à la catastrophe de Fukushima. Cette force de 300 individus répartis sur 4 bases (Civaux, Dampierre, Paluel et Bugey) et un état-major national sera pleinement opérationnelle à partir de 2015. En attendant, l’exploitant des centrales françaises teste cette nouvelle organisation qui serait capable d’apporter, en cas d’accident, des renforts sur n’importe quelle centrale française en moins de 24 heures. Les 24, 25 et 26 juin, la Farn réalise un exercice d’entrainement sur la centrale de Chinon, en Indre-et-Loire.

Pendant ces trois jours, EDF évalue les capacités logistiques et de transport de sa nouvelle organisation. Les exercices de déploiement des hommes et du matériel lui permettront de valider son organisation d’urgence.

Hier, mercredi 26 juin, l’exercice consistait à pomper l’eau d’un canal et à la transporter dans un tuyau de 600 mètres afin d’alimenter le circuit de refroidissement de l’un des réacteurs de la centrale de Chinon. Une mission accomplie en moins de deux heures.

Ce type d’exercice sera bientôt habituel pour les membres de la Farn (qui compte actuellement une cinquantaine d’hommes et de femmes) puisque vingt semaines par an seront consacrées à des formations, des entrainements et des mises en situation.

Le reste de leur temps sera dédié à des activités opérationnelles, « afin de rester en contact avec l’exploitation quotidienne des centrales nucléaires ».

La Farn aura à sa disposition des matériels mobiles qui lui permettraient de rétablir l’alimentation en eau et en électricité d’un réacteur en cas d’accident grave : groupes électrogènes, pompes, compresseurs.

Sur le plan logistique, l’organisation disposera, entre autres, de camions, d’hélicoptères, d’engins de levage tout-terrain, de moyens de communication et de moyens de protection.

La création de la Farn ne fut pas la seule mesure décidée par EDF pour renforcer la sûreté nucléaire dans le cadre des enseignements post-Fukushima : d’ici 2020, toutes les centrales nucléaires françaises seront dotées d’appoints en eau complémentaires et de groupes électrogènes de fortes puissance (3,5 MW) protégés des risques d’inondations et de séismes. En attendant la réalisation complète de ces travaux, des moyens mobiles complémentaires seront installés sur chaque site.

Rédigé par : jacques-mirat

jeu 18 Août 2016
Pour le chercheur du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS), Franck Courchamp, l’énergie atomique est une solution d’avenir. En effet, il considère que le nucléaire nous permet non seulement de supprimer le CO2 de notre mix énergétique mais aussi de préserver…
lun 20 Nov 2017
En cette fin de COP23, la trajectoire pour limiter le réchauffement climatique sous la barre des 2°C semble de plus en plus difficile à atteindre. Volontariste, la France s’évertue pourtant à mettre en œuvre sa transition écologique, au moment où…
mar 4 Juin 2013
Areva et Hitachi-GE ont annoncé aujourd’hui un partenariat pour la sûreté nucléaire au Japon : les systèmes de ventilation des enceintes de confinement japonaises utiliseront ainsi la technologie française. Hitachi-GE adoptera donc la technologie Areva pour la conception, la fabrication et…
lun 8 Jan 2018
En décidant vendredi 22 décembre 2017, de poursuivre la construction de deux réacteurs nucléaires sur le site de Vogtle, dans le sud-est des Etats-Unis, la Commission des services publics de l’Etat de Géorgie s’est clairement positionnée en faveur d’une industrie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.