Le mix électrique de la Nouvelle-Zélande : 75% de renouvelable - L'EnerGeek

Le mix électrique de la Nouvelle-Zélande : 75% de renouvelable

Le mix électrique de la Nouvelle-Zélande est dominé par les énergies renouvelables. La filière hydraulique est la première source d’électricité du pays. La géothermie est aussi fortement exploitée comme le stipule le 14ème inventaire des énergies renouvelables Observ’ER.

Plus des trois quarts de la production d’électricité en Nouvelle-Zélande est issue des énergies renouvelables. En 2011, les sources renouvelables ont permis de produire 75,9% de l’électricité néo-zélandaise alors qu’elles représentaient 63% de l’énergie en 2001.

A l’inverse, les combustibles fossiles ne représentent que 24,1% du mix électrique.

La production hydroélectrique est en légère hausse en 2011. Elle gagne 1.5% par rapport à 2010 et atteint 25,1 TWh. Le gouvernement néo-zélandais souhaite augmenter la capacité de production d’ici à 2030 (+350 MW) en construisant de nouvelles structures de petite échelle.

[stextbox id=”info”]La géothermie, une filière en croissance [/stextbox]

La géothermie est la deuxième source renouvelable du pays avec 6,1 TWh produits en 2011. Actuellement, la puissance totale installée s’élève à  775 MW. L’archipel est ainsi le cinquième pays producteur d’électricité d’origine géothermique au monde.

La Nouvelle-Zélande fut l’un des premiers pays au monde à exploiter son potentiel géothermique. C’est à Wairakei, en 1958, que la première centrale fut mise en service. A la fin des années 80, la majorité des gisements étaient déjà considérés comme exploités. Sur les 129 trouvés, 14 étaient dans la tranche 70-140°C, 7 dans celle 140-220 °C et 15 gisements étaient d’une température supérieure à 200°C.

Mais la géothermie est une filière encore en croissance : +8% par an en moyenne depuis 2001. Et elle devrait continuer à croître. Plusieurs projets sont en effet en cours comme celui de la centrale de Te Mihi, au nord-est de la ville de Taupo, dont la mise en service est prévue pour 2013. D’ici à 2015, la capacité cumulée de la filière augmenterait de 612 MW.

L’éolien connaît également une croissance continue de 30,4% par an en moyenne depuis 2001. Le parc éolien néo-zélandais compte désormais 622 MW de puissance cumulée, qui ont produit 6,1 TWh en 2011. Au cours des dernières années, des permis ont été délivrés pour des projets représentant 1700 MW supplémentaires d’énergie éolienne. Mais aucune date n’a encore été annoncée pour leur construction.

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 18 Juin 2021
Stellantis, le groupe automobile né de la fusion de PSA et de Fiat-Chrysler, veut largement développer ses capacités de production de batteries pour ses véhicules électriques. Déjà partenaire de l'Airbus des batteries européen, le groupe entend disposer aussi de sa…
mer 15 Août 2018
La canicule a causé un pic de consommation pendant les premiers jours du mois d’août 2018. Une pointe plutôt inhabituelle à cette période de l’année qui s’explique notamment par le recours à la climatisation pour rafraîchir les bureaux, les transports…
lun 24 Juil 2017
Sources de désaccords entre Paris et la Commission européenne, qui exige plus de concurrence sur le marché de l’énergie français, la fin des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité et l’ouverture des concessions des barrages hydroélectriques devraient finalement s’appliquer…
jeu 14 Juin 2018
En tant que région la plus riche et la plus densément peuplée de France, l'Île-de-France est particulièrement scrutée en matière de stratégie énergique. A l'heure de la transition énergétique, le territoire va devoir s'adapter et revoir son approvisionnement s'il veut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.