Hillary Clinton plaide pour le nucléaire contre le changement climatique - L'EnerGeek

Hillary Clinton plaide pour le nucléaire contre le changement climatique

Sur son site internet, la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton, a précisé sa stratégie pour l’énergie. Afin de lutter contre le réchauffement climatique, elle propose notamment d’investir massivement dans les énergies propres, dont le nucléaire.

Pour Hillary Clinton, le changement climatique est la principale menace de notre époque, puisqu’elle concerne l’ensemble de la planète à brève échéance. De surcroît, celle-ci est de plus en plus préoccupante car entre 2001 et 2016 on a connu 15 des 16 années avec les températures les plus élevées jamais enregistrées. C’est pourquoi, dans le cadre de l’élection présidentielle 2016, elle suggère de faire de l’Amérique la superpuissance mondiale de l’énergie propre.

Parallèlement, l’ancienne Secrétaire d’Etat commence par rappeler que les émissions de carbone aux Etats-Unis sont à leur plus bas niveau depuis deux décennies, grâce notamment au développement de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne sous la présidence de Barack Obama. Pour continuer les efforts en faveur d’un développement plus durable, elle souhaite si elle est élue installer un demi milliard de panneaux solaires pour produire suffisamment d’énergie renouvelable pour chaque Américain avant la fin de son mandat.

Lire aussi : Les Etats-Unis passent à l’industrie bas carbone

Cependant, soucieuse de conserver une industrie compétitive tout en préservant la planète, la candidate démocrate a également réaffirmé son attachement à l’énergie atomique. En effet, elle a confié son intention d’investir dans de nouvelles centrales nucléaires, mais aussi dans la géothermie, l’hydraulique et les systèmes de stockage de carbone.

Crédit Photo : @LeTemps.ch

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 1 Août 2017
Si le volume des raccordements photovoltaïques a bel et bien ralenti ces derniers mois, le gouvernement semble pourtant mettre toutes les chances de son côté pour encourager les projets solaires dans l’Hexagone et contribuer à donner une nouvelle impulsion au…
jeu 14 Sep 2017
En pleine course à la transition énergétique, les laboratoires sont nombreux à s’intéresser à la mise au point d’une technique pour fabriquer du pétrole synthétique. La formule magique n’est pas encore au point mais on sait déjà qu’elle vaudrait de…
mar 1 Sep 2015
Le gouvernement britannique a décidé de réduire fortement les subventions accordées aux installateurs de petites exploitations solaires, éoliennes et hydrauliques. Ces aides pourraient même purement et simplement disparaître pour les nouveaux exploitants d'énergies renouvelables à partir de janvier 2016.  La…
jeu 13 Oct 2016
Promise à un développement croissant dans les années à venir, l'énergie photovoltaïque n'en est pas moins critiquée pour son caractère intermittent et imprévisible compliquant la tâche des gestionnaires de réseaux. Un inconvénient qui pourrait bientôt devenir de l'histoire ancienne si…

COMMENTAIRES

  • En voilà une(Hillary Clinton) qui n’est pas sectaire,ni archaïque,mais vraiment réaliste et qui comprend l’intérêt qu’il y a d’utiliser le nucléaire dans un mix énergétique polyvalent et sérieusement réaliste.Ce mix sera donc composé de PV,d’éolien,de nouvelles centrales nucléaires,de géothermie, d’hydraulique et même de systèmes de stockage de carbone (au cas où ça fonctionnerait de manière efficace et rentable).Cela nous change des zozos qui essaient de faire croire que le Monde,dont les USA,pourrait vite fonctionner facilement avec du 100% énergies renouvelables et sortir rapidement du nucléaire.De toute façon,que ce soit Clinton ou Trump,les USA construiront encore des réacteurs nucléaires et des centrales aux énergies renouvelables.

    Répondre
  • Si l’on est vraiment « ouvert d’esprit » les scénarii développés notamment par les universités de Stanford par les équipe du Pr Mark Jacobson ou par ailleurs Caltech, Cornell ou MIT entre autres avec 100% d’énergies renouvelables à horizon 2050 sont intéressants aux Etats-Unis car plus de déchets nucléaires de plus de 100.000 ans de durée de vie dont les sites de stockage n’ont pas encore été trouvés satisfaisants, plus de risques, ni démantèlements, des coûts au final réduits, de nombreux emplois comme déjà démontré avec les développements actuels, près de 40 milliards de litres d’eau économisés ce qui n’est pas rien dans de nombreux Etats en manque d’eau chronique, une R&D de pointe à disposition, des marchés à l’export, etc.

    Répondre
  • Les scénarii développés par certaines universités(dont certains membres,à l’esprit fermé,pour ne pas dire sectaire, sont hostiles au Nucléaire) sont une chose.Les décisions des gouvernements et des parlements en sont une autre.Et quand on regarde les projet de Clinton ou de Trump,on voit que dans les deux cas de figure,les USA construiront encore des réacteurs nucléaires( et bien sur,aussi, des centrales aux énergies renouvelables).Et les déchets nucléaires de plus de 100.000 ans de durée de vie avec leurs sites de stockages,certains types de risques , le sujet du démantèlements et des coûts toutes ces choses avec lesquelles les antinucléaires voudraient encore impressionner les américains; ça n’impressionne plus grand monde au états unis,de nos jours,à part les vieux antinucléaires des seventies et une poignée dérisoire de leurs descendants.Plus aucun parti politique sérieux aux USA, n’est en mesure de faire sortir les USA du nucléaire .Les futurs nouveaux réacteurs seront bientôt là aux USA.

    Répondre
    • Les équipes « énergie » des universités de Stanford, Calteh, Ucla, Georgia Tech, Cornell, MIT etc sont nettement plus qualifiées que des politiques ! Et je peux vous assurer qu’il ne sont pas du tout sectaires. Leurs travaux notamment sur le stockage sont très intéressants et ont des retombées proches énormes. C’est vous qui êtes sectaire « open mind » ! Analysez chaque énergie et les différents rapports et constats sans esprit partisan, ce sera plus intéressant.

      Personnellement je ne dénigre pas l’énergie nucléaire, je souligne simplement que la génération 3 et la filière uranium ont et auront toujours ces problèmes de risques, déchets ultra-longue durée, dissémination, coûts qui font qu’elle n’est plus pertinente dans un monde de près de 8 milliards d’habitants avec les tensions et terrorisme en hausse, de même que nombre d’état cherchant à acquérir le nucléaire militaire via le civil (et il n’y a pas que l’Iran concernée).

      Les coopérations (afin d’abaisser les coûts) sur la filière thorium et pour quelques pays les combinaisons de réacteurs qui permettent de réduire fortement les risques comme de réduire la durée de vie des déchets à quelques 300 ans me paraît plus intéressante et mieux vaut aider ces filières que la filière uranium. Je préfère en effet l’utilisation de l’énergie que de laisser à des dizaine de milliers de générations futures des déchets à hauts risques pour une filière uranium qui n’aura procuré de l’énergie que pour une centaine d’année.

      Quant à toutes les renouvelables elles ont un intérêt majeur et peuvent constituer une part très importante avec l’efficacité énergétique dans tous les pays, le nucléaire pouvant être l’appoint quand c’est nécessaire. Les évolutions technologiques à venir dans ce secteur sont encore importantes.

      J. Doyne Farmer (prof « of math & complexity economics » de l’univ. d’Oxford) dont les équipes ont réalisé des études très étayée sur le sujet soulignent à raison que depuis 1956 où les 2 énergies nucléaire et photovoltaïque étaient à leur plus haut, le coût de l’énergie nucléaire a augmenté d’un facteur 3 et le coût du photovoltaïque a chuté d’un facteur 2500 !
      Et ce n’est pas fini !

      Comme tout le monde (non sectaire !) le reconnaît il n’y a pas de loi de Moore pour le nucléaire ! Je n’y peux rien, désolé.

      Officiellement les Etats-Unis sont censés transférer du combustible nucléaire vers une installation de stockage à long terme à Yucca Mountain (Nevada). En réalité le financement de ce projet a été interrompu en 2011, l’installation laissée incomplète. À la suite de cette bataille de nimby, le combustible nucléaire usé est en attente dans des fûts provisoires sur les sites de toutes les 61 centrales nucléaires en exploitation et dans 13 autres endroits qui incluent des centrales déclassées. Chacun de ces sites nécessite sa propre sécurité coûteuse pour protéger les matières nucléaires, ce qui signifie payer des gardes, même si la centrale ne fonctionne plus.

      Il n’y a que 4 centrales à venir aux Etats-Unis avec la très longue réouverture d’une récente en octobre construite en 1985 car le nucléaire n’était pas rentable.

      A présent le secteur nucléaire aux Etats-Unis s’est organisé de façon « verticale » (le prix est fixé par l’opérateur) et en obtenant des aides de certains Etats (alors que le nucléaire a été considérablement subventionné, beaucoup plus que les renouvelables). Pour autant ce n’est pas du tout gagné alors que les prix des renouvelables ne cessent de baisser et le stockage au niveau des réseaux et secondairement chez des particuliers commence à s’étendre vues les technologies disponibles et les prix compétitifs.

      En résumé donc il est convenu par tous les intervenants du secteur que la part du nucléaire restera faible aux Etats-Unis. On pousse au maximum la durée de vie des centrales seul moyen pour que la filière arrive à être encore compétitive mais dans le même temps on augmente statistiquement les risques car tout ne peut être rénové dans un ancien réacteur comme vous le savez sans doute.

      Terra Power où Bill Gates a investi développe ses unités en Chine car aux Etats-Unis on réclame des confinement. Pas en Chine. Si c’est ce type de nucléaire moins sécurisé que vous voulez à tout prix voir se propager dans le monde hors Etats-Unis et Europe çà ne peut que transmettre des problèmes à terme aux pays concernés.

      En Chine les prix sont « dirigés » car les fournisseurs sont des entreprises d’Etats et tout les modèles sont les mêmes donc s’il y a des erreurs et problèmes à terme, ce seront des problèmes et accidents en série.

      La Russie elle fournit d’importantes aides au financement pour soutenir le nucléaire dans le monde via Rosatom comme elle le fait pour manipuler des politiques et partis politiques, afin d’obtenir gain de cause dans de nombreux pays. Dany citait l’autre jour la Bulgarie, c’est un des nombreux exemples. Mais ensuite les pays sont sous dépendance.

      L’opérateur majeur qui a le plus de centrales nucléaires aux Etats-Unis est Duke Energy.

      Pour tenter de vous convaincre qu’il y a un problème de coûts notamment la dirigeante (CEO) du groupe, pourtant très favorable au nucléaire, conclue qu’il n’y aura pas d’évolution majeure dans le nucléaire aux Etats-Unis.

      C’est une réalité lié au marché, à la concurrence, aux problèmes intrinsèques du nucléaire etc. (et ce n’est pas moins qui le dit !)

      http://www.usatoday.com/story/money/columnist/2016/06/22/not-even-duke-energy-going-nuclear-these-days/86098332/

      Bien d’autres études comme celles de l’Agence internationale de l’Energie encore dans un récent rapport souligne la faible part du nucléaire aux Etats-Unis.

      Le développement des renouvelables dans le monde, même à horizon 2030 comme plus loin encore en 2060, comme toutes les études de tous bords et de tous pays le montrent, est bien supérieur à celui du nucléaire dont on espère qu’il va pouvoir laisser rapidement de coté la filière uranium que vous soutenez encore. C’est étonnant pour quelqu’un qui se prétend moderne et pense que les équipes de Stanford et autres universités américaines sont des vieux croutons !

      Répondre
      • Les équipes « énergie » des universités de Stanford, Calteh, Ucla, Georgia Tech, Cornell, MIT etc,ont une bonne crédibilité,sont très remarquables et ont certes de bonnes connaissances en la matière,donnent des avis intéressants mais il y a une choses contre laquelle elles ne peuvent rien: Des centrales pilotables pouvant fournir d’importantes quantité d’énergie,n’étant pas soumise aux aléas de l’intermittence(solaire,éolien),ne dépendant pas des charbons,gaz,fuel,donc produisant très peu de CO2 et quand il n’y a ni vent ni soleil,de jours comme de nuit,auront toujours une place dans la production d’électricité nationale aux USA,à l’avenir,(autour de 20 % +ou – quelques poussières),malgré toutes les belles études que les meilleures universités et instituts pourront produire.Si ce pourcentage d’électronucléaire se réduisait, il serait compensé majoritairement par du charbons,gaz.Mais les antinucléaires sectaires ne manqueraient pas de commander aux universités et instituts des études ad hoc bien structurés pour camoufler tout ça.Ces instituts et universités qui sont bien rémunérées pour ça savent très bien le faire adroitement et présentent suffisamment bien les choses pour qu’elles n’est même pas à en souffrir au niveau de leur crédibilité,si les faits les démentaient plus tard, tant leur expertise pour se dégager de toutes responsabilités est élevée et éprouvée depuis longtemps dans ces cas de figures.
        Quand dans le futur les faits commencent à tourner à leur détriment(toujours plus de fossile pour compenser la baisse du nucléaire,comme en Allemagne),elles savent mieux que personne, faire l’anguille(très grande expertise dans ce domaine),pour se dégager suffisamment de toute accusation d’erreur,et ne jamais,strictement jamais,payer le prix de leurs erreurs,ne serait ce qu’en baisse de crédibilité. Elles sont donc loin d’être une parole de vérité suffisamment crédible pour faire sortir du nucléaire un grand pays comme les USA.Et elles ont souvent toutes sortes de clientèle à satisfaire.Aux USA:Les instituts et universités c’est du financement essentiellement privé,et peu public.Les Lobbys y ont grandes influences sur les études commandées.Et il est vrai que les Lobbys du fossile et ceux du renouvelable,y ont plus d’influences que ceux du nucléaire,d’où les résultats de certaines études,ces derniers temps.

        Répondre
        • A Energie+: Vous dites sur fil de Michael Shellenberger,que vous êtes ouvert à la filière thorium et à la génération 4.Cependant on ne vous voit guerre réagir au post hostile de Gaspar(antinucléaire assumé)à la filière thorium qu’il qualifie de « nouvelle mythologie nucléaire » et dont il rappelle,je le cite: » Un réacteur au thorium (la nouvelle mythologie nucléaire)a besoin de plusieurs tonnes d’uranium très enrichi en U235 ou de plutonium pour démarrer. Il produit aussi du plutonium en sortie, des produits de fission et des actinides mineurs. Avec en particulier de l’uranium 232 dont la chaîne de désintégration produit un rayonnement gamma très puissant et très pénétrant, donc très dangereux ».Voilà ce qu’il en dit,votre ami antinucléaire assumé, Gaspar,de la fameuse filière thorium et la plupart des antinucléaires pensent comme lui. Et curieusement, vous ne vous êtes pas empressé de défendre face à lui, les aspects que vous trouvez positifs dans la filière thorium .Personnellement d’ailleurs,Je la trouve vraiment intéressante mais il reste encore de nombreuses difficultés techniques, puis économiques à résoudre,avant que ce soit généralisable à grande échelle.Tuer la filière Uranium prématurement en croyant que ça va accélerer la mise en place du nucléaire thorium,m’apparrait assez naif.Les choses sont plus compliquées que ça.La substitution ne pourra se faire que progressivement,et en tenant compte des réalités de couts et rendements de la mise en place de cette nouvelle filière.Surtout qu’il faudrait réussir à mettre bien au point le fameux MSFR(molten salt fast réactor),réacteur rapide à sels fondus,d’où les fameuses difficultés techniques, et économiques à résoudre,avant que ce soit généralisable à grande échelle de manière vraiment concurrentielle(notamment face à la filière 3 G) dans le marché de l’énergie. Alors votre attitude,pour le moins déconcertante(ne pas répondre à Gaspar à propos du thorium) me fait penser,que dans le fond, vous adoptez la posture pro-thorium et anti-Uranium, pour en fait, descendre discrètement en flèche, la filière nucléaire toute entière.Et que si la filière thorium(et même plus généralement la 4G) ne devait jamais apparaître,dans le fond,vous vous en fichez complètement.

          Répondre
          • J’ai bien lu tous vos commentaire Open-mind mais vous ne pouvez pas accuser tout le monde de se tromper ou d’être de mauvaise foi face à la filière nucléaire « uranium » et je pense que vous sous estimez l’arrivée actuelle rapide du stockage à haut rendement dans le monde et à des coûts de plus en plus compétitifs qui a de multiples avantages et permet d’accroître le développement des renouvelables, d’optimiser l’utilisation de toutes les énergies (pas seulement les renouvelables et donc de répondre aussi aux importations et dépendance d’énergies fossiles), de sécuriser les réseaux, d’avoir des systèmes sans risques ni déchets, quasiment intégralement recyclables, dont les coûts diminuent régulièrement, avec encore des améliorations techniques, offrant de multiples opportunités d’export et ayant un bilan de Ges encore meilleur que le nucléaire. Par ailleurs j’évoque bien la filière thorium et combinaisons de réacteurs qui réduisent les risques comme le durée de vie ultra-longue des déchets nucléaires (à quelques 300 ans quand même) et qui peut être utile pour des pays comme la France qui ont des quantités de déchets qu’il serait préférable de ne pas enfouir pour plus de 100.000 ans, ou les pays où les renouvelables peuvent avoir des limites. Mais comme vous l’avez relevé il y a encore des problèmes techniques et de coûts donc ce n’est pas mon sujet prioritaire puisque ce n’est pas pour tout de suite. La clé des problèmes actuels de tous les pays c’est le stockage qui permet des avancées notoires y compris dans la mobilité et les transports en général. Beaucoup l’ont enfin compris et çà avance vite. On le voit déjà au niveau des marchés mondiaux. Les chiffres qui s’orientent à la hausse sont également confirmés à moyen terme et au delà par les études spécialisées. Cà change beaucoup de choses et je ne fais donc qu’alerter. Je me permets de remettre le lien que je communiquais à Bachoubouzouc sur le stockage en hausse « fulgurante » pour confirmer ce que je dis et qui ne concerne pas que les Etats-Unis loin s’en faut :

            http://www.energy-storage.news/analysis/the-rise-and-rise-of-us-storage

  • Mais la réalité économique fait sortir les USA du nucléaire.

    Plusieurs réacteurs fermés ces dernières années à 40 ans ou moins de service, dont certains avaient pourtant obtenu une prolongation de licence jusqu’à 60 ans.

    Un autre vient d’être arrêté il y a deux semaines, Fort Calhoun, malgré une licence jusqu’en août 2033.

    Mais sont démantèlement n’est pas prévu avant 60 ans, en 2076.

    D’autres réacteurs sont maintenus artificiellement en vie en recevant des subventions directes de l’état dans lequel ils se trouvent.

    Répondre
  • C’ est justement parce que plusieurs réacteurs ont fermé ces dernières années que cela va permettre au projets des nouveaux réacteurs 3G américains de se concrétiser plus rapidement.
    Et le fait que certains réacteurs ont fermés ces dernières années à 40 ans de service(dont certains avaient pourtant obtenu une prolongation de licence jusqu’à 60 ans)va encore plus inciter les USA à construire les nouveaux réacteurs 3G,car ces nouveaux réacteurs sont conçus pour durer au moins 60 ans,contrairement aux précédents qui n’étaient conçus que pour une trentaine d’années, et qui pour la plupart ont dépassé ces 30 années.Certains mêmes, de ces anciens réacteurs, iront d’ailleurs probablement jusqu’à 50 ou 60 ans(et sont en voie d’y parvenir),alors que d’autres fermeront avant les 50 ou 60 ans.
    Mais ces fermetures des réacteurs 2G,encouragent d’autant plus les USA, à construire la nouvelle génération de réacteurs 3G,plus performante et qui durera plus longtemps que ceux de la génération précédente.Ces constructions de nouveaux réacteurs vont sérieusement commencer dans la décennie suivante, entre 2020 et 2030. D’autant plus que la volonté politique de l’état américain y est sérieusement,et que les USA vont se doter pleinement des moyens financiers qui vont permettre toutes ces constructions.

    Répondre
  • Surtout que les USA veulent absolument pouvoir exporter leurs nouveaux réacteurs 3G américains,et qu’ils pourront démontrer ainsi,sur leur propre sol Américain, à leurs futurs clients , que leurs nouveaux réacteurs sont au niveau de leurs concurrents internationaux. C’ est pour les USA, commercialement stratégique et prioritaire.

    Répondre
  • Intéressante étude qui confirme les propos d’Actini sur le nucléaire aux Etats-Unis, qui n’est pas appelé à se développer hormis des petits petits réacteurs s’ils arrivent à être compétitifs avec les énergies renouvelables dont les prix ne cessent de baisser. Mais le délai de déploiement est vers 2030 donc il y aura encore eu beaucoup de baisses de prix des renouvelables d’ici là et de déploiement de stockage qui a déjà commencé rapidement, et le réchauffement climatique n’attend pas non plus.

    Je cite : « modest-future-us-nuclear-power » et pour « Open mind » Stratfor n’est pourtant pas un groupe d’écologistes chevelu des années 70 hein !

    Il suffit de mettre n’importe quelle adresse mail pour y accéder :

    https://www.stratfor.com/analysis/modest-future-us-nuclear-power

    Répondre
  • Le problème de Stratfor,c’est que comme tout institut,qui veut élargir,plus ou moins discrètement, son audience,il publie de temps en temps, des petits articles de complaisances destinés à être agréable à une certaine clientèle.Cela ne mange pas de pain,et même quand des gens sérieux se rendent compte que cet article ne vaut pas grand chose,ça ne porte même pas préjudice à la crédibilité de l’institut en question,qui n’aura à subir aucun préjudice grave, pour avoir publier de temps en temps, ce genre d’article dérisoire de complaisance,qui lui attire toujours une audience supplémentaire chez ceux à qui on a voulu complaire(antinucléaires et chevelu des seventies,et autres…).Alors Stratfor n’a pas de raison de se gêner,c’est tout bénéfice contre un risque insignifiant.
    L’ état Fédéral des USA veut rester une grande puissance électronucléaire et va y mettre des gros moyens dès la décennie suivante (2020 à 2030)et les études dérisoires de complaisances de toutes sortes d’instituts,seraient ils les meilleurs, n’y pourront rien changer.C’est la volonté de l’état fédéral américain(USA),que ce soit avec les Démocrates ou les Républicains.

    Répondre
  • A Energie+
    Vous évoquez « l’arrivée actuelle rapide du stockage à haut rendement dans le monde et à des coûts de plus en plus compétitifs qui a de multiples avantages et permet d’accroître le développement des renouvelables, d’optimiser l’utilisation de toutes les énergies ,pas seulement les renouvelables,etc…
    Mais vous oubliez qu’il faudrait une véritable découverte(et mise en application à grande échelle)qui soit une rupture technologique,comme un moyen industriel de stockage saisonnier(qui stocke sur plusieurs mois d’affilés)très massif et pas cher(pas plus de 30 à 35 euros /Mwh)pour que soit stockées saisonnièrement d’énormes quantités d’énergies éoliennes et PV,pour remplacer vraiment l’électronucléaire en Europe (France,Angleterre,Allemagne qui n’utiliserait plus du tout le fossile,Europe de l’est…) .Or les moyens de stockages que vous évoquez: « stockage à haut rendement dans le monde et à des coûts de plus en plus compétitifs » sont des stockages de courtes durées(lissage de production intermittentes,ou au mieux,dans le futur, fourniture d’électricité peut être sur 20 à 30 heures,(dans le plus optimiste des cas),c’est à dire que ce ne sont pas des stockages sur d’assez longues durées(durées saisonnières de plusieurs mois)pour nous passer du nucléaire dans les pays tempérés,sans utiliser,au moins, le gaz fossile(quand c’est pas le charbon ou lignite) pour compenser les insuffisances de soleil et de vent sur de trop longues durées.Donc si on veut vraiment chasser les Gaz et Charbons de notre appareil énergétique,on devra faire aussi du Nucléaire,même si vous ne voulez pas en convenir.

    Répondre
  • 1) Les besoins en stockage ne sont pas si élevés que vous pensez. Il ont été étudiés en détail pour de nombreux pays (l’Australie était l’un ayant actuellement le besoin le plus élevé avec 22%). Ci-après une vidéo explicative parmi bien d’autres :

    https://www.youtube.com/watch?v=MsgrahFln0s

    2) Plus d’une centaine de solutions (sur plus de 300) ont été retenues dans le monde. Difficile d’en parler rapidement tellement le sujet et les options sont vastes selon les pays et situations.

    a) L’hydrogène par exemple facile à produire se stocke durablement de multiples manières et combinaisons chimiques et autres (plusieurs dizaines). Le britannique ICI le stocke dans des cavités depuis longtemps (voir aussi programme européen hyunder.eu ) Dans le réseau de gaz çà fait longtemps aux Pays-Bas (comme auparavant en France) jusqu’à 25% (voir Engie et GRHYD). Le réseau c’est 300 fois la capacité de stockage électrique actuelle en France ! Les allemands utilisent notamment les systèmes LOHC (Liquid organic hydrogen carrier) dont les combinaisons chimiques sont multiples selon les usages optimaux que l’on cherche. La densité est souvent de plus de 2 voire 3 KWh/kg et il n’y a aucun danger et strictement aucune perte.

    b) Les procédés LAES (Air liquide etc) sont également connus depuis longtemps et commencent à être employés pour des unités en centaines de MW et à terme en GW avec des coûts compétitifs.

    c) je passe sur le stockage d’air comprimé (de plus en plus adiabatique donc rendement maxi) et step utilisés depuis longtemps dans différents pays (il reste au moins 2 GW de step utilisables naturellement en France et bcp plus avec les nouvelles technologies, sans parler d’amélioration des rendements des anciens réservoirs.

    d) les volants d’inertie coûtent très peu à terme et ont une durabilité de plus de 30 ans (paliers magnétiques donc quasiment pas de frottement). Ils ont désormais des pertes de moins de 5% par jour (donc plusieurs jours de stockage) et tournent à des vitesses d’environ 3000 km/h (plus de 2 fois la vitesse du son ! donc stockage élevé car poids = capacité de stockage X 2 mais vitesse = capacité de stockage x 4 !) EDF par exemple coopère avec Stornetic et Energiestro notamment. Il répondent avec une finesse incroyable au cycling du réseau dont on dit qu’il demande soi-disant le démarrage de centrales gaz (en fait c’est quelques % seulement alors que leur rendement au démarrage à froid est moins bon). Les volants d’inertie ont donc un intérêt pour le cycling comme pour les pics de demandes en fin de journée c’est ce qui intéresse beaucoup de monde comme EDF, les chinois etc. Pour augmenter de plusieurs semaines ou mois le stockage on les couple avec des batteries et comme il y aura 29 GW de stocks de batterie à recycler vers 2025 mais ayant encore 80% de leur capacité, on pense utiliser une bonne partie du stock dans le monde donc couplage à très faible coût. Par ailleurs le prix des batteries baisse alors que leur densité augmente (500 Wh/kg pour le Li-S d’ici 2019). Ce couple correspond à des GW en terme de stockage et des prix compétitifs donc pas négligeable. Le Li domine actuellement (83%) mais le Zn (EOS) se développe à des prix très bas et une matière Iere courante. La recyclabilité est élevée dans tous les cas.

    e) les batteries de flux notamment organiques se développent, sont très adaptées avec des densité, rendements, durabilité, nombre de cycles etc élevés et là aussi les prix baissent régulièrement.

    e) il y a plein d’autres formes de stockage dont multiples thermochimiques souvent à faible coût, sans perte et très durables qui s’ajoutent.

    f) la gestion du réseau améliore nettement l’ensemble.

    Donc tout cet ensemble s’additionne avec les autres renouvelables non intermittentes (hydrolien, géothermie, biomasse, biogaz etc) + l’efficacité énergétique et c’est évidemment tout un autre concept et approche qui sont à intégrer dès le départ via des bâtiments producteurs d’énergie, un meilleur urbanisme etc.

    Les réseaux de chaleur par exemple sont un très bon concept avec très peu de pertes au km (moins de 1% pour les meilleurs) qui évitent de stupides pics de demande en cas d’hiver froid etc mais c’est mieux quand c’est intégré dès le départ.

    Au final c’est une utilisation optimale de l’énergie, un taux de recyclage proche des 100%, pas de risques ni déchets, une meilleure sécurité énergétique (moins de coupures de réseaux en cas de tempête et autres car micro-réseaux) des coûts régulièrement en baisse et beaucoup moins de gabegie comme c’est encore le cas avec une dépendance à près de 70 milliards d’euros par an.

    Au plan individuel plein de solutions aussi : en solaire on peut stocker la chaleur avec des matériaux très peu coûteux à changement de phase comme le fait SEaB Energy en GB (c’est 75% du chauffage et ECS d’un habitat) ou en France Systovi avec Stock-R (changement de phase qui permet une part de plus de 50% du chauffage de l’habitat) en plus de l’électricité. Sans oublier Dualsun, Nelskamp etc dans l’hybride.

    Le solaire hybride intégré dès le départ à l’habitat avec ce type de solution rendrait autonome en électricité y compris pour les véhicules et apporterait 75% du chauffage et ECS. Le solde est facile à combler avec une Pac, un poêle ou autre.

    Répondre
    • Pour mettre en oeuvre l’intéressant bouquet de solutions de stockages et gestions d’énergies, que vous proposez,à l’échelle d’un pays comme la France(ou l’ Allemagne),de telle sorte qu’elle puisse sortir du nucléaire, sans utiliser de gaz,charbon,pétrole,(même pas, par de l’électricité d’origine fossile importée) pendant les 5 à 6 mois de saison froide,il faudrait une énorme transition énergétique, d’une durée de 60 à 70 ans,au moins.Et malheureusement,les besoins en stockages,massifs et peu chers(pour faire vraiment du 100% renouvelable) sont en France(et en Allemagne)aussi élevés que je le pense et surtout que le pensent les grands décideurs politiques et industriels(Des centaines de terawattheures). Les études prétendant le contraire,sont malheureusement,suffisamment sujette à caution,par leur excès d’optimisme,pour que les décideurs restent très circonspects à leurs égards.D’où le fait qu’en France les décideurs vont continuer à prolonger,ou renouveler, le Nucléaire.Tandis qu’en Allemagne les décideurs continuent à prolonger le gaz et les lignites-charbons à coté du renouvelable(parce qu’ils seront sorti du nucléaire en 2022).On n’est pas sorti de l’auberge.Une vrai transition vers le 100% renouvelable(en France ou en Allemagne),si elle est vraiment possible sans être économiquement pénalisante,se ferait sur au moins 60 à 70 ans(peut-être 80 ans),pour être justement, non pénalisante économiquement pour les populations de ces pays là.
      Concernant les déchets radio-actifs transuraniens(actinides issues de la filière Uranium) de + de 100.000 ans de durée de vie(que vous évoquez souvent),les futurs réacteurs 4G des genres MSFR et ADS en viendront à bout par fissions et transmutations,de telle sorte que leurs résidus, seront des déchets dont l’activité ne dépassera plus guère 300 ans(confinables de manières sures en installations type Cigéo).Si une vraie transition vers le 100 % renouvelable devenait vraiment possible,c’est à dire de telle sorte,qu’elle soit vraiment non pénalisante économiquement,financièrement,tant pour les citoyens(à l’échelle individuelle) que pour les capacités industrielles et économiques des pays,le Nucléaire ne gênera rien du tout et se résorbera progressivement,naturellement, pour laisser la place au 100 % renouvelable,au besoin,si celui ci s’avérait vraiment suffisant pour répondre aux besoins des pays et des gens. En attendant,je comprends très bien que les décideurs actuels,en France,gardent(et veulent garder) une vraie industrie nucléaire,car comme disait le célèbre Jean de La Fontaine: »Un tien vaut mieux,que deux tu l’auras ».

      Répondre
      • Les pays les plus actifs aujourd’hui sur le marché du stockage de l’énergie, toutes technologies de stockage confondues, sont principalement les États-Unis, la Chine, le Japon et en Europe, l’Allemagne et l’Espagne. L’Europe représente d’ailleurs près du tiers de ce marché installé, suivie par les États-Unis. Le cas du charbon en Allemagne n’est pas lié aux renouvelables mais au lobby du charbon et à son bas prix. Dans une moindre mesure nous n’avons pas non plus en France fermé entre autres la centrale charbon de Cordemais pour des questions d’emplois. Un prix plus élevé du C02 faciliterait le règlement de ces problèmes.

        La transition a auparavant pris du temps pour des pays par exemple comme la Suède car ils étaient parmi les pionniers dès le début des années 70 mais désormais les prix par exemple du solaire ont baissé de 2500% en 15 ans, dans une moindre mesure également dans l’éolien, le stockage et les autres énergies renouvelables, et les technologies sont la plupart à disposition donc la transition peut être beaucoup plus rapide et on le constate compétitive. On voit d’ailleurs que dans les véhicules électriques la période de compétitivité se situe vers 2020 (avec baisse des prix + quasi doublement de l’autonomie) ce qui a été très rapide et va avoir (malheureusement) un impact sur le prix du pétrole en le maintenant à un cours modéré un certain temps.

        Le but n’est pas de supprimer le nucléaire d’un coup en France mais de le réduire en fonction de son vieillissement et problèmes (comme l’ASN le constate actuellement et s’en inquiète). On ne pourrait se permettre dans un pays à densité de population importante et touristique d’avoir une importante zone touchée pour des milliers d’années comme Tchernobyl ou Fukushima. Faire de nouveaux EPR n’apparaît également plus la bonne solution vus leurs problèmes insolubles, leurs prix élevés et par ailleurs les évolutions technologiques et la baisse des coûts tant du stockage que des renouvelables. La 4e génération et filière thorium ont un intérêt en France compte tenu des déchets mais il y a encore un délai et toutes les études montrent que ce ne sera pas compétitif rapidement donc il y aura de toutes façons problème.

        La Suède qui est bien avancée dans sa transition énergétique, bien moins dépendante que nous et avec des coûts de l’énergie plus bas qu’en France vient de décider d’aider largement le stockage notamment chez les particuliers ce qui fait financer le stockage par les plus favorisés sans investissements publics importants pour également bénéficier ensuite aux moins favorisés :

        https://cleantechnica.com/2016/11/22/sweden-will-offer-60-subsidy-residential-battery-storage-costs/

        En France l’article 6 de la loi NOME prévoit la mise en place d’une obligation de capacité pour les producteurs d’électricité, c’est-à-dire l’obligation pour chaque fournisseur d’électricité de prouver qu’il dispose de moyens suffisants permettant de couvrir la pointe de consommation de ses clients, augmentée d’une marge de réserve. Cette obligation devrait aider à la naissance d’un marché de capacité et développer de nouvelles infrastructures de production et de stockage. Globalement d’ailleurs 2 voies de nature législative et économique pourraient se combiner pour permettre le développement progressif du stockage massif d’énergie : la voie réglementaire imposant des obligations aux opérateurs d’unités de production d’énergies intermittentes, à l’image du Japon ou de la France pour les zones insulaires, et à terme la voie économique avec l’émergence de business models et peut-être d’acteurs industriels dédiés comme c’est le cas dans le secteur du gaz naturel. Les services additionnels rendus — sécurisation des approvisionnements en énergie, lissage des pointes, optimisation économique des infrastructures, autonomie, etc. — assureraient dans ce schéma la rentabilité des installations de stockage.

        La consommation d’électricité en France a augmenté de plus de 10 % sur les dix dernières années et ce sont surtout les besoins en pointe de consommation qui ont accéléré : ils pourraient atteindre 108 000 MW en 2020. Conséquence de notre organisation nucléaire.

        La part qu’il y a lieu de consacrer à de nouveaux stockages n’est pas si importante ni coûteuse. C’est notre organisation qui n’est pas cohérente et source de pertes et de coûts. L’exemple des pics de consommation en est un comme la surproductivité nucléaire nocturne qui ne permet pas de valoriser à bon prix l’énergie produite (vendue notamment aux suisses qui la stockent et nous la revendent plus cher ainsi qu’à d’autres !)

        1) La France possède déjà d’importantes installations de stockage d’électricité pour une puissance totale de 17,3 GW (barrages hydrauliques avec réservoirs). Cette capacité lui permet d’accueillir sans investissements majeurs les 32% d’énergies renouvelables souhaités d’ici à 2030 et même plus de 40% comme le rappellent Rte, Enersis et EDF.

        2) La « plaque continentale » du réseau ENTSO-E est le principal des 5 réseaux interconnectés en Europe (avec par ailleurs le Royaume-Uni, les pays nordiques, les pays baltes et l’ensemble Russie/Ukraine/Biélorussie). De plus les différents pays européens sont reliés à la Turquie et à trois pays du Maghreb dans le cadre d’une zone synchrone. Un avantage de l’interconnexion est qu’elle permet d’abaisser le niveau de puissance mise en réserve afin de faire face à des incidents éventuels (réserve primaire ). Il est en effet peu probable que les différents pays connaissent simultanément de tels épisodes. La mutualisation de cette sécurisation du réseau permet ainsi d’économiser les investissements dans des stockages ou groupes de productions neutralisés une partie de leur temps pour assurer cette fonction.
        Elle peut être grandement améliorée par la résorption des goulots d’étranglements encore existants (dont Espagne, Italie etc)

        3) a) Un stockage d’électricité très réactif dédié à la fourniture de réserve primaire en France n’est pas si coûteux car comme démontré dans chaque pays il permettrait chez nous une économie pour la collectivité de 250 à 450 k€/MW/an installé. Pour cela, les volants d’inertie et les batteries sont une des bonnes solutions, dans le cadre du stockage intra-day – estimé à 12 GW dans le cas de plus de 80% de renouvelables dans les projections Artelys et études Armines Paris Tech mais il faut lire l’ensemble et les mix optimaux et stockage existants pour comprendre pourquoi ils arrivent à ces chiffres, auxquels s’ajoutent 7 GW de stockage hebdo et 17 GW de stockage saisonnier. On arrive donc à 36 GW supplémentaires aux stockages existants. Pour mémoire le P2G pourrait être de 73 TWh d’ici 2050. EDF a investi dans les volants d’inertie notamment avec Stornetic et les chiffres de capacités qu’ils évoquent à terme rejoignent ces données. On retrouve de même des données similaires comme je l’avais cité pour l’Australie et pour les autres pays qui optent pour le stockage.

        b) De même le couplage stockage de chaleur et centrales de cogénération est particulièrement intéressant, car il permet de piloter la cogénération en fonction des prix de l’électricité, indépendamment de la demande de chaleur : lorsque les débouchés thermiques ne sont pas suffisants, la chaleur générée est stockée pour une utilisation ultérieure, dans de meilleures conditions de valorisation. On a que 6% de réseaux de chaleur pour le chauffage (contre plus de 55% au Danemark par exemple) donc marge très importante qui évite les pics de consommation électrique (et autre gabegies de chaudières et réseaux d’immeubles mal équilibrés et gérés etc)

        c) La quantité d’électricité stockée sous forme de chaleur dans les ballons d’ECS est
        considérable. Elle est estimée à 23 TWh/an par RTE. Piloter de façon dynamique la recharge du simple parc de ballons d’eau chaude chez les particuliers afin de le faire coïncider avec les périodes de faible demande nette, permettrait une économie de 40 à 85 M€/an, pour un coût limité à la mise en place de systèmes de pilotage et/ou de modalités de régulation adaptées.

        d) Piloter la recharge des véhicules électriques en fonction des coûts marginaux de production d’électricité permettrait d’éviter un coût additionnel de 100 à 300 M€/an qu’engendrerait une charge directe (charge au gré de l’utilisateur).

        Tout cela n’est qu’une option tarifaire à mettre en place pour favoriser rapidement une meilleure gestion en même temps qu’un stockage important à bas prix qui se cumule à l’ensemble des solutions que je n’ai pu qu’évoquer incomplètement et rapidement. De nombreux pays et opérateurs raisonnent de cette manière face aux réalités actuelles des évolutions technologiques et des prix, je ne vois pas pourquoi nous serions une exception d’autant que nos coûts nucléaires sont clairement sous-estimés comme les problèmes actuels tant des réacteurs que des opérateurs viennent le rappeler.

        Répondre
        • Quand vous écrivez que:
          « La France possède déjà d’importantes installations de stockage d’électricité pour une puissance totale de 17,3 GW (barrages hydrauliques avec réservoirs) ». Et
          « 7 GW de stockage hebdo et 17 GW de stockage saisonnier. On arrive donc à 36 GW supplémentaires aux stockages existant ». Vous faites confusion entre puissance et énergie.Vous parlez d’unités de Puissances(le GW),alors qu’il faudrait parler en unités énergie,c’est à dire en Twh et non en GW.
          Par exemple,pour qu’une puissance de 36 GW puisse fournir 36 Twh il faudrait qu’elle puisse le faire pendant 41,66 jours d’affilés.Nos 36 GW de capacités de puissances actuelles,ne peuvent fonctionner que peu de temps d’affilé(de quelques heures à 10 ou 12 heures,moitié moins d’une journée,soit moins de 0,440 Twh maximum).Tandis que les besoins de stockages saisonniers(sur plus de 3-4 mois d’affilé au besoin)sont de l’ordre de 150 à 200 Twh. On est donc très loin du compte.Vous(et certains auteurs que vous citez),sous estimez très gravement les vrais besoins d’un pays comme la France pendant la saison froide.Mais nos décideurs ne peuvent pas se permettre de faire les erreurs naives,de débutant, que vous faites régulièrement(confondre Cw de puissance quelques heures par jours et besoin d’ énergie en Twh).C’est pourquoi,en France,les vrais décideurs continueront l’électronucléaire dans le futur,tant que l’on ne saura pas stocker de manière économique et saisonnière, une énergie de 150 Twh à 200 Twh(minimum) pour la saison froide .

          Répondre
          • Vous me faîtes rire Open-Mind, le monde entier a toujours tort avec vous, tous spécialistes confondus travaillant souvent depuis des décennies tous les jours sur ces sujets ! et on se demande qui sont vos « vrais décideurs », ceux qui coulent EDF et Areva peut-être !

            Vous sous-estimez visiblement la production des diverses renouvelables dans leur intégration qui est étudiée des manières les plus optimales afin notamment de minimiser évidemment et entre autres les coûts. Le stockage n’arrive donc qu’en complément et si vous étudiez plusieurs études de différentes sources sur ce sujet, puisque vous doutez de telle ou telle, vous verrez qu’elles aboutissent toutes à peu près aux mêmes conclusions, et pas seulement en France mais dans les pays géographiquement similaires.

            Nous avons bien sûr notre sensibilité électrique spécifique lors des pointes de demande à réduire car elle est absurde sur beaucoup de plans mais ce n’est pas bien complexe et on a commencé.

            Je ne fais que citer les chiffres vérifiés et compilés de plusieurs études et sources dont également la Direction Générale de l’Energie et du Climat et d’experts nationaux et internationaux de l’énergie, industriels et académiques (RTE, AIE, IDDRI, Météo France, SRU, Total etc).

            Dans ces analyses, puissances et productions annuelles ou capacités énergétiques sont bien évidemment prises en compte (de même qu’en plus temps de réaction, temps de décharge, vitesse de montée et descente en charge, efficacité énergétique, rendements, durée de vie, nombre de cycles, prix, LCOS, Capex etc) et les scénarii les pires également, comme par exemple hiver très froid de plusieurs semaines à la suite d’une sécheresse estivale (avec baisse de 50% de certains réservoirs !) et longue période de vent quasi nulle.

            Vous devriez mieux lire les diverses études sur ces sujets, elles sont la plupart très étayées et référencées et même venant de sources différentes, confirment bien des conclusions similaires.

            On retrouve ainsi des conclusions comparables ou sinon très proches dans des études réalisées par le Fraunhofer Instit. (plus de 2000 chercheurs spécialisés en énergie quand même !), des études finlandaises, américaines, études PEPS, de l’AIE, de l’Irena etc.

            Le productible maximal théorique, calculé à partir des facteurs de charge régionaux de chaque filière, était évoqué par exemple de 1 268 TWh pour Mines Paris-Tech, soit le triple de la demande annuelle de 422 TWh avec vérification en pas horaire à chaque heure de l’année et sur différentes périodes climatiques les plus critiques possibles, de l’adéquation à chaque instant entre production et demande. Des scénarii à horizon 2050 à 487 TWh (demande en hausse) ont également été intégrés. De même que l’on sait qu’avec nos chauffages « grilles-pain EDF » encore nombreux, 1°C de moins en hiver c’est 2300 MW de plus à 19 h.

            L’Allemagne qui consomme plus que nous vue sa population a étudié un mix optimal 80% renouvelables avec une production PV de 152 TWh et éolienne de 650 TWh et estime qu’une proportion passant de 5 à 15 % de H2 dans leur réseau de gaz, ce qui est techniquement faisable, correspond à pas moins de la totalité de la production (2011) d’électricité d’origine renouvelable (environ 30%) qui pourrait être stockée dans leur réseau.

            Le nôtre est plus que conséquent (plus de 300 fois la capacité de stockage électrique !), de même que les multiples réservoirs de stockage existants et potentiels (cavités salines etc). De plus en France les seuls 13 sites de stockage actuels souterrain de gaz totalisent 144 TWh de capacité, soit 30 % des importations nettes de gaz.

            Le stockage de calories dans un système thermodynamique permet par exemple déjà de décaler (de 4 ou 5 heures) le pic de consommation. Les cumulus d’eau chaude de France (3 GW de puissance) constituent ainsi une réserve de 28 TWh, ce qui correspond à 10 % de l’ensemble des consommations énergétique des bâtiments de l’Hexagone.

            Et on peut dérouler la liste vous verrez que vos TWh sont largement dépassés.

            Pour info les Step c’est 32 heures de décharges actuellement (et on peut optimiser car tout n’est pas encore modernisé). Les batteries c’est plusieurs semaines et le P2G au delà, sans parler de tout le reste que je n’ai pas eu le temps d’évoquer ni des capacités de stockage très supérieurs aux besoins. On n’utilise pas tout en même temps et on recharge. Vous raisonnez comme si tout s’arrête plusieurs semaines et que la France était une île alors qu’il y a aussi des transferts permanents sur le réseau ENTSO-E comme actuellement avec nos manques de nucléaire.

            Il me semble donc que vous sous estimez les « capacités énergétiques » (je parle bien en TWh hein !) de l’ensemble des renouvelables envisageables, de même que nos moyens et possibilités de stockage qui n’ont pas besoin, loin s’en faut, d’être tous appelés même si on passait à 100% renouvelables (que l’on optimise intelligemment et on a la chance d’avoir plusieurs choix avec nos différents potentiels de toutes les renouvelables). La démarche d’EDF ou d’Engie est d’ailleurs claire sur ces sujets, comme dans les autres pays, c’est progressivement planifié et quand un opérateur se trompe sur la réalité du marché il en subit rapidement les conséquences. Je ne vois aucun pays ni opérateur du secteur de l’énergie qui n’ait pas pris acte de l’intérêt du stockage et de la baisse des prix de ce dernier. Voyez l’intérêt que portent (les vrais décideurs ! de) Total, Engie, EDF etc aux renouvelables et au stockage sans parler des autres firmes au plan mondial.

            Pour rappel encore, le stockage apporte en plus des gains financiers dans la gestion de toutes les énergies. De même que l’on peut dire qu’il est parfois plus rentable de mettre des surcapacités renouvelables que tel ou tel stockage encore actuellement (étude notamment MIT sur le sujet) mais certainement pas un EPR ! sauf si c’est une décision politique liée aux intérêts d’un lobby (uranium), ce que vous appelez sans doute vos « vrais décideurs » ! Personnellement je préfère analyser les faits en termes scientifiques, réalités des marchés et évolutions technologiques.

    • A energie+:
      Les 144 TWh de capacité,des seuls 13 sites de stockages actuels souterrains de gaz(CH4 fossile),concernent les utilisations actuelles du gaz fossile que l’on consomme déjà,cela ne va pas se substituer au nucléaire,et en plus,dans le principe, vouloir utiliser du stockage de CH4 fossile (avec un peu d’h2 mélangé) pour diminuer le nucléaire,c’est faire le choix de choisir le gaz fossile contre le Nucléaire.On est pas vraiment dans un remplacement valide du nucléaire par le renouvelable. Les gens hostiles au Nucléaire ont toujours en arrière pensée,plus ou moins cachée,que le gaz fossile serait dans le fond, un moindre mal par rapport au nucléaire et rattraperait les insuffisances d’un echec de leur transition vers le 100% renouvelable.Quitte à prétendre aussi longtemps que possible que le P 2 G ,version H2 et version CH4 issue d’une réaction Sabbatier (CO2 +H2) résoudra par la suite le problème de la transition vers un grand stockage saisonnier. Vos extrapolations sur les capacités actuelles de stockage sont,hélas, biaisés d’une grande surestimation par rapport aux besoins saisonniers qui permettraient de se passer du nucléaire en France et du fossile en Allemagne.
      Les réalités sont différentes et c’est pour ça que les décideurs actuels(présidents,ministres,députés,sénateurs)refusent de quitter le Nucléaire en France,et le Fossile en Allemagne.Vous ne voulez pas le voir et présentez des analyses ad hoc lourdement biaisées d’extrapolations sur-optimistes pour des raisons partisanes(élimination du nucléaire actuel).Mais cela ne peut tromper les vrais décideurs et leurs experts.En France, Il ne s’agit pas pour eux de défendre le Nucléaire pour « l’intérêt d’une rente »comme vous le prétendez(parce que dans le fond vous êtes un antinucléaire militant qui ne veut pas le reconnaître) ,mais de faire le choix entre associer aux énergies renouvelables du nucléaire ou bien du gaz fossile.Or en France les décideurs politiques voudraient se débarrasser prioritairement du gaz fossile avec le mix électrique nucléaire- renouvelable.Vous,dans le fond,vous préfèreriez le contraire(tout en déclarant(pour la posture) que on peut faire déjà,très rapidement,sans fossile,le 100 % renouvelable),d’où vos présentations biaisées des données,même si vous ne le reconnaitrez jamais,pour des raisons passionnelles d’hostilité anti nucléaire…Mais en France,ce n’est pas vous ni vos semblables(antinucléaires) qui décidez.Vous(et vos semblables antinucléaires) ne vous y ferez jamais.c’est votre problème.La France,(avec Fillon et d’autres politiques favorables au Nucléaire)va continuer le Nucléaire.Et vous(et vos semblables), vous continuerez à essayer d’enfumer vainement les gens,pour aucun résultats valables.Mais c’est plus fort que vous.C’est pathologique !!

      Répondre
      • On voit que vous n’êtes pas du secteur de l’énergie Open-Mind et ne cessez de cumuler les erreurs d’analyses. Je vais donc encore une fois essayer d’être clair. D’une part la méthanation n’intervient pas, pour des raisons de rendement comme pour d’autres raisons d’autres formes de stockage (coûts etc), parmi les premières solutions que l’on met en place, ce qui est logique d’autant que chaque technique évolue rapidement comme on le constate presque chaque mois sinon chaque année et qui dépasse des gens comme vous qui ne se tiennent pas à jour et préfèrent penser (solution de paresseux dont l’esprit n’est pas ouvert comme il le prétend) que le monde entier se trompe plutôt que de faire l’effort de se pencher en détail sur les avancées actuelles et à venir.

        D’autre part le C02 employé provient de différentes sources en « suppression » du CO2 émis, comme le démontrent entre autres des sociétés comme SolarFuel en Allemagne etc. (pays qui au passage n’estime ses besoins de stockage qu’à seulement 170 TWh à horizon 2050, chiffre peu élevé comme tous les pays que j’ai analysé et dont vous ne pouvez chaque fois prétendre qu’ils sont tous dans l’erreur et notamment l’Australie où le lobby charbonnier est pourtant important !)

        Ce C02 est donc prélevé de l’air ambiant, du biogaz (plus de 7000 unités en Allemagne), voire d’usines dégageant encore du C02 etc. C’est donc une « suppression » et non un « ajout » de C02 avec un bien meilleur bilan que le nucléaire si vous souhaitez comparer les 2 secteurs.

        Je n’ai pas fait la confusion des capacités de stockage du réseau gaz actuel, mais ce gaz importé a vocation à être remplacé et c’était également pour vous donner une idée de ce que sur seulement 13 sites on est en mesure de stocker (auquel on peut intégrer au mieux jusqu’à 20% voire 25% d’H2 directement à terme) et alors que nous avons un potentiel de sites notamment naturels bien plus élevés dans des conditions favorables pour beaucoup d’entre eux comme conclue un rapport remis encore récemment. En résumé le réseau actuel qui n’est pas utilisé de manière optimale, les sites actuels et ceux potentiels dépassent de très loin tout ce dont nous avons besoin, mais la question n’est d’ailleurs pas là car ce sont les conceptions actuelles des bâtiments, du transport etc en bref de tous les secteurs consommateurs et pollueurs qu’il faut optimiser dès le départ ce qui est plus intelligent et il y a de quoi faire. Je pourrais vous citer des exemples très intéressant dans le bâtiment mais dont on parle encore très peu pour le moment et qui changent évidemment tout le modèle centralisé précédent et les modes d’urbanisme comme de construction.

        Pour le reste c’est encore votre imagination qui s’exprime puisque vous ne me connaissez pas. Je n’ai aucune posture ni arrière pensée, je suis scientifique donc j’analyse et suis indépendant. Si le nucléaire « uranium » n’était pas aussi dangereux, ne produisait pas de déchets de cette durée gigantesque et ingérable, avait un coût compétitif et sa ressource était très élevée et généralisée j’opterais pour le nucléaire « uranium ». Mais ce n’est pas le cas donc je constate simplement comme la majorité « indépendante » du secteur énergie que la filière EPR « uranium » n’est plus valide compte tenu de ses risques, déchets et coûts. Le russe Rosatom vend des centrales à tout va à des pays souvent corrompus (ou qu’il corrompt) mais regardez de près les conditions de ventes, les réalisations et envisagez le cas d’un accident qui surviendra sûrement un jour, vous verrez que cette voie n’a rien de satisfaisant et que les décideurs sont ceux que vous préconisez, à savoir des incompétents. Regardez aussi la taille des régions de Tchernobyl ou Fukushima touchés pour des milliers d’années, le coût du sarkophage etc et imaginez çà en France alors que nous avons 58 réacteurs.

        Vous avez pu constater que Fillon ne connaissait même pas la part du nucléaire dans l’ensemble de notre mix énergétique. Peu de politiques ont (malheureusement) un minimum de connaissances dans le secteur de l’énergie (souvenez vous de Staline et autres de leurs plans de développement ou l’Union soviétique, on en paie encore tous les jours les coûts dans les pays concernés, Europe de l’Est, Ukraine pays de la CEI etc).

        Voyez Poutine un « décideur » comme vous appréciez ! l’ami de Fillon qui déclarait il y a quelques années que la Russie n’utiliserait jamais (je le cite) « de gaz de m…. » en parlant du biogaz. Sauf que depuis le temps des spécialistes russes de l’énergie ont alerté que le pays prenait un retard considérable dans les renouvelables et notamment par rapport aux autres pays producteurs. Demandez donc désormais à Poutine ce qu’il pense du biogaz, il s’est tout simplement planté comme en économie ! Il en est réduit à produire au maximum du pétrole alors que les ressources de la Russie sont désormais limitées, faire la guerre en Syrie qui lui coûte des centaines de millions d’euros par jour et devoir garder à terme des bases locales pour empêcher notamment les pays des Emirats de faire passer leur gazoduc vers l’Afrique et l’Europe.

        Je vois que vous êtes à court d’arguments scientifiques et techniques sur l’énergie donc je vous laisse à vos insultes qui ne font pas avancer le sujet.

        Répondre
          • Non d’ajout,certes(j’ai lu cet article).Mais on est dans le petit démonstrateur expérimental(rien sur les prix de revient et le rendement dans cet article,c’est trop tôt,beaucoup trop tôt).Mais votre tour de passe passe habituel,consiste à laisser entendre(quand ce n’est pas d’affirmer) que cela est généralisable pour pas cher et à très grande échelle,tous ça par hostilité borné au nucléaire.Elle est là votre enfumade géante.Et vous faites ça pour les moindres petits trucs,à droite et à gauche, qui ont été expérimentés,un peu partout à travers le monde.Cela ne trompe pas les vrais spécialistes.Mais vous,et les autres militants antinucléaires faites exclusivement de la « com » de cette manière là et ça se voit vraiment beaucoup.Mais,en France (et dans d’autres pays) les vrais décideurs(politiques et économiques) ne se basent pas sur vos enfumades pour prendre les vrais décisions de constructions (ou non) des réacteurs nucléaires.

        • Le problème,c’est que vous jouez toujours les illusionnistes en citant comme si c’était des réalités industrielles générales,prêtes à servir en quelques années,pour remplacer le nucléaire ou le fossile,ce qui ne sont actuellement que des pistes,et des essais expérimentaux de recherches et dévelloppement,même si elles sont multiples.Vous opérez aussi des détournements sur des systèmes de stockages existants pour extrapoler selon vos convenances .Vous jouez sur les concepts,les potentialités, en lien avec de multiples essais et expérimentations à travers le monde,puis vous extrapolez,selon ce qui vous arrange,et surtout vous faites semblant d’ignorer que vous ne faites que reprendre tous ces bataillons de pseudos arguments que l’on trouve sur les sites antinucléaires de type Greenpeace et autres nombreux sites partisans antinucléaires du même tonneau,qui se revendiquent de la science et des scientifiques(voir comme étant eux mêmes scientifiques).Vous vous posez en scientifique(vous ne pouvez le prouver sur un forum,sans compter qu’il existe de mauvais scientifiques très partisans ou de piètre qualité)et bien sur les scientifiques qui s’opposent à vous, sont classés par vous comme étant dans l’erreur.Avec vous on est malheureusement dans l’arbitraire et le n’importe quoi,de l’enfumage partisan permanent.C’est pourquoi il est très désagréable de discuter avec vous. Votre mauvaise fois est absolue.Mais c’est en vain que vous bataillez car votre mauvaise fois ne vous fera jamais gagner,ni vos semblables,contre les besoins du monde(et de la France) en énergie nucléaire,même si vous(et vos semblables) êtes incapable de le reconnaitre .En 2050,il est prévu par l’organisation nucléaire mondiale,une capacité de puissance de l’ordre de 1000 GW(et peu importe que les antinukes et autres pseudos scientifiques antinucléaires partisans, élaborent des pseudos demonstrations contraires).

          Répondre
        • Le problème,c’est que vous jouez toujours les illusionnistes en citant comme si c’était des réalités industrielles générales,prêtes à servir en quelques années,pour remplacer le nucléaire ou le fossile,ce qui ne sont actuellement que des pistes,et des essais expérimentaux de recherches et dévelloppement,même si elles sont multiples.Vous opérez aussi des détournements sur des systèmes de stockages existants pour extrapoler selon vos convenances .Vous jouez sur les concepts,les potentialités, en lien avec de multiples essais et expérimentations à travers le monde,puis vous extrapolez,selon ce qui vous arrange,et surtout vous faites semblant d’ignorer que vous ne faites que reprendre tous ces bataillons de pseudos arguments que l’on trouve sur les sites antinucléaires de type Greenpeace et autres nombreux sites partisans antinucléaires du même tonneau,qui se revendiquent de la science et des scientifiques(voir comme étant eux mêmes scientifiques).Vous vous posez en scientifique(vous ne pouvez le prouver sur un forum,sans compter qu’il existe de mauvais scientifiques très partisans ou de piètre qualité)et bien sur les scientifiques qui s’opposent à vous, sont classés par vous comme étant dans l’erreur.Avec vous on est malheureusement dans l’arbitraire et le n’importe quoi,de l’enfumage partisan permanent.C’est pourquoi il est très désagréable de discuter avec vous. Votre mauvaise fois est absolue.Mais c’est en vain que vous bataillez car votre mauvaise fois ne vous fera jamais gagner,ni vos semblables,contre les besoins du monde(et de la France) en énergie nucléaire,même si vous(et vos semblables) êtes incapable de le reconnaitre .En 2050,il est prévu par l’organisation nucléaire mondiale,une capacité de puissance de l’ordre de 1000 GW(et peu importe que les antinukes et autres pseudos scientifiques antinucléaires partisans, élaborent des pseudos demonstrations contraires).

          Répondre
        • A Lenergeek:
          Depuis que Lenergeek a modifier son site,il y a quelques semaines,on arrive plus toujours à bien se servir de la fonction » réponse »,pour placer les réponses au bon endroit.Désolé pour certains doublons et redondances de posts.Et pour certains mauvais placements de posts.
          Il faudrait vraiment retravailler l’ergonomie de ce site,et notamment du forum,il y a un vrai problème;,générateur d’erreurs multiples.

          Répondre
      • Le problème,c’est que vous jouez toujours les illusionnistes en citant comme si c’était des réalités industrielles générales,prêtes à servir en quelques années,pour remplacer le nucléaire ou le fossile,ce qui ne sont actuellement que des pistes,et des essais expérimentaux de recherches et dévelloppement,même si elles sont multiples.Vous opérez aussi des détournements sur des systèmes de stockages existants pour extrapoler selon vos convenances .Vous jouez sur les concepts,les potentialités, en lien avec de multiples essais et expérimentations à travers le monde,puis vous extrapolez,selon ce qui vous arrange,et surtout vous faites semblant d’ignorer que vous ne faites que reprendre tous ces bataillons de pseudos arguments que l’on trouve sur les sites antinucléaires de type Greenpeace et autres nombreux sites partisans antinucléaires du même tonneau,qui se revendiquent de la science et des scientifiques(voir comme étant eux mêmes scientifiques).Vous vous posez en scientifique(vous ne pouvez le prouver sur un forum,sans compter qu’il existe de mauvais scientifiques très partisans ou de piètre qualité)et bien sur les scientifiques qui s’opposent à vous, sont classés par vous comme étant dans l’erreur.Avec vous on est malheureusement dans l’arbitraire et le n’importe quoi,de l’enfumage partisan permanent.C’est pourquoi il est très désagréable de discuter avec vous. Votre mauvaise fois est absolue.Mais c’est en vain que vous bataillez car votre mauvaise fois ne vous fera jamais gagner,ni vos semblables,contre les besoins du monde(et de la France) en énergie nucléaire,même si vous(et vos semblables) êtes incapable de le reconnaitre .En 2050,il est prévu par l’organisation nucléaire mondiale,une capacité de puissance de l’ordre de 1000 GW(et peu importe que les antinukes et autres pseudos scientifiques antinucléaires partisans, élaborent des pseudos demonstrations contraires).

        Répondre
        • Open-mind contrairement à vous je vous ai cité autant qu’on le peut dans ces posts de multiples chiffres, plusieurs études de toutes origines et pays que vous pouviez retrouver et consulter en détail afin d’avoir un point de vue objectif et vérifier précisément tous les éléments nécessaires, plusieurs techniques de stockage qui existent parfois depuis longtemps et qui s’améliorent et se développent au fil de l’essor des renouvelables (et pas seulement) qui est mondial donc prend un certain temps quand même, des rapports sur le stockage qui rappellent les capacité d’au moins plusieurs pays.

          A aucun moment je n’ai prétendu que l’on avait « immédiatement » toutes les capacités de stockage dans tous les domaines nécessaires au mix de 100% d’énergies renouvelables que vous évoquiez puisque çà dépend des choix effectués au fil des évolutions et je vous ai notamment cité ceux fait actuellement par EDF et d’autres par exemple puisque l’on ne passe pas en 1 jour de zéro à 100% de renouvelables et que le stockage lui aussi doit se programmer au fil de ces évolutions et nécessité, je n’ai précisé que les besoins de stockage n’étaient pas si élevés même dans cette hypothèse et sur les nombreuses études que j’ai lu, congrès, échanges etc auxquels j’ai assisté et participé, je n’en ai trouvé aucun qui dise et démontre le contraire et ce dans le monde jusqu’à l’Australie pourtant spécifique au plan géographique etc, donc si vous trouvez une source objective qui prétende et démontre l’inverse merci de l’évoquer. De même pour le stockage je n’ai rien trouvé qui prétende que nous ne disposons pas d’un potentiel très élevé accessible rapidement avec des rendements et coûts assez vite satisfaisants comme le confirment les orientations en cours dans le monde vers le stockage et la stratégie des différents groupes, programmes et politiques. L’Allemagne fait le même constat dans ses rapports sur le sujet, la Grande Bretagne de même, sans parler évidemment des pays scandinaves entre multiples autres.

          Vous ne vous informez pas, le secteur de l’énergie n’est visiblement pas votre spécialité donc vous raisonnez avec votre intuition et imagination alors que des gens qui n’ont aucun esprit partisan et sont bien plus qualifiés que vous ont publié des études et rapports sur ce sujet dans beaucoup de pays que vous pouvez retrouver et sont souvent aussi opérateurs et si vous trouvez des pays qui auraient besoin d’un tel ratio de stockage que celui que vous citez (plus de 50%) par rapport à un mix 100% de renouvelables ou élevé, faîtes le nous savoir car ce serait un cas exceptionnel à étudier. Moi je n’ai pas trouvé et çà fait pourtant longtemps que je travaille dans le domaine de l’énergie.

          Par ailleurs la technique évoquée dans le lien d’Energeek n’avait pas pour but de dire qu’elle était immédiate ou non mais de vous démontrer que l’on vise bien à capter le C02 donc d’avoir un bilan favorable comme pour toutes les autres techniques précitées qui elles sont effectives comme pour SolarFuel que je citais. Mais comme vous êtes de profonde mauvaise foi vous avez détourné le sens du post faute d’avoir des arguments crédibles en réponse à mes posts précédents, comme d’habitude.

          A aucun moment vous n’avez d’argument scientifique ou technique ou d’éléments pour étayer ce que vous affirmez. Vous n’avez de plus cessé de faire des erreurs d’analyse et de botter chaque fois en touche quand on vous apporte des réponses étayées et aussi précises que l’on peut ici.

          Vous postez chaque fois à tout va plusieurs posts en doublons et plus, comme un excité qui trépigne et ne veut pas entendre un avis qui n’est pas le sien, sans le moindre argument étayé en réponse, mais en tentant de cacher votre incompétence notoire en faisant croire que le monde se résume à des anti-nucléaires et pro-nucléaires et que le problème serait là.

          Isabelle Kocher pdg d’Engie, groupe qui dispose de nucléaire dit la même chose que moi :

          http://www.lejdd.fr/Economie/Entreprises/La-directrice-d-Engie-prone-une-revolution-energetique-822247

          et je n’ai pas le temps mais je pourrais vous citer pas mal d’opérateurs du nucléaire dans le monde qui font les mêmes analyses.

          Encore une fois informez-vous et documentez-vous mieux et avec un réel esprit ouvert car vous passez complètement à côté des changements et réalités en cours et à venir.

          Et évitez vos insultes et blabla permanents quand vous n’avez aucun argument car çà n’apporte vraiment rien à personne et vous perdez du temps à dériver et délirer, apprenez au moins à rester dans le sujet.

          Répondre
    • Pour stocker de l’hydrogène en quantités vraiment suffisantes,il faudrait des capacités bien plus importantes.

      Répondre
      • C’est à dire des dizaines(voir des centaines)de Twh ,avec des lieux de stockages,répartis à travers tous le pays.

        Répondre
        • Comme toutes études le démontrent on les a largement et on en a besoin en réalité que de peu en complément de toutes les énergies renouvelables. C’est confirmé par tous les pays qui font des études sur ce sujet et je n’ai trouvé que l’Australie qui avait besoin de 22% de capacité de stockage de sa production soit le pays avec le % de plus élevé ce qui n’est pas tant que çà à l’échelon de l’Australie ! Le nucléaire uranium demande bien plus de stockage. Il ne pourrait pas non plus s’extrapoler au monde entier de ce fait et pour beaucoup d’autres raisons, contrairement aux renouvelables qui s’avèrent universelles et sans dangers majeurs ni déchets redoutables d’ultra-longue durée.

          Répondre
          • Cette généralité du « comme toutes les études le démontrent »sont toujours les mêmes assertions partisanes gratuites délirantes et mensongères.Nous n’avons pas de quoi stocker en France,à l’heure actuelle, des centaines de Twh d’hydrogène,et encore moins sans perte et à bas cout.Vous délirez complètement.Avec vous on tombe dans l’irrationnel et l’arbitraire absolu.C’est du grand n’importe quoi.Et vous vous prétendez scientifique ??? Au fou !!!

          • Prétendre qu’en France, « on en a besoin en réalité que de peu(de stockage saisonnier électrique pour se passer des centaines de Twh électronucléaires pendant 4 à 5 mois) en complément de toutes les énergies renouvelables »,c’est juste du délire ou une méconnaissance très graves du sujet de ceux qui rédigent et diffusent ces études aussi arbitraires que délirantes et pseudo-scientifiques.C’est encore plus dramatique quand par partisaneries idéologiques,des scientifiques se livrent à ce genre d’exercices.Car cela décrédibilise collectivement, nombre de scientifiques quand à leur rigueur réelle,lorsqu’ils sont sous l’emprise de la partisanerie idéologique.C’est fou ce que l’antinucléarisme sectaire peut faire comme mal,y compris dans le monde de certains scientifiques,qui en perdent toute rigueur.

  • A L’ Energeek:
    Depuis que L’ Energeek a modifier son site,il y a quelques semaines,on arrive plus toujours à bien se servir de la fonction » réponse »,pour placer les réponses au bon endroit.Désolé pour certains doublons et redondances de posts Et pour certains mauvais placements de posts.
    Il faudrait vraiment retravailler l’ergonomie de ce site,et notamment du forum,il y a un vrai problème;,générateur d’erreurs multiples.
    Et en plus ,des choses gênantes se produisent comme l’apparition gênante en bordure gauche des carrés de réseaux sociaux(facebook,twitter,etc…),et l’apparition trop fréquente de proposition d’inscription au journal de l’Energeek. Des superpositions de boutons sur du texte…
    Je m’excuse mais sur le plan ergonomie,je préférais de loin l’ancienne version du site Energeek,plus claire(ou en tous cas beaucoup moins confuse).Je ne sais pas si vous pourrez corriger cela,mais ça serait sympa de le faire si c’est possible. Merci !!…

    Répondre
    • Si c’étaient les plus de 2000 scientifiques du Fraunhofer Instit. en Allemagne, ceux des universités de Stanford, MIT, Cornell, Caltech, Ucla, Georgia Tech etc aux Etats-Unis, la Direction Générale de l’Energie, des experts nationaux et internationaux de l’énergie, industriels et académiques de RTE, de l’AIE, l’IDDRI, de Météo France, de SRU, de Total, d’Armines etc et de tous les organismes et entreprises spécialisées en énergie dans le monde qui se trompaient et ne savaient pas utiliser le site d’Energeek, ce serait normal puisque selon « Open-mind » ce sont tous des fous écologistes anti-nucléaires abrutis qui ont tout faux sur tout et tout le temps.

      Mais là il s’agit d' »Open-mind » le seul sur 7 431 597 215 personnes que compte la planète ce mercredi 30 novembre à avoir raison, être ouvert d’esprit (lol !) et ne pas du tout se tromper contrairement bien sûr à tous les autres, donc c’est grave !

      Dîtes-moi « Open-mind » j’ai comme l’impression qu’il y a des centaines de TWh de stockage d’énergie dans vos mollets tellement ils sont gonflés à bloc !

      Enfin vous m’aurez fait bien marrer, il y a prochainement le congrès « Energy Storage 2017 » en mars à Dusseldörf, ne manquez pas d’y aller et d’exposer vos calculs contraires à tous ceux existant, vous êtes assuré de faire la une et on rigolera bien ! Cà relancerait l’économie vos centaines de TWh de stockage à prévoir dans chaque pays, au moins vous confirmez que les énergies renouvelables créent plus d’emplois que le nucléaire, et là vous avez raison !

      Répondre
      • Votre propension à revendiquer tous les scientifiques du monde, qui vous arrangent,à m’opposer à eux(bien sur) et à leur faire dire ce que vous voulez,et d’un autre coté à ignorer tous les scientifiques favorables au nucléaire et leurs interventions pertinentes(que vous seriez parfaitement capable de retrouver facilement sur le Net si vous le vouliez vraiment,tant vous êtes doués pour la recherche de sites et d’insertion de liens,mais ça ne vous arrange pas) m’amuse beaucoup.C’est très fréquent et très courant, chez les gens hostiles à l’électronucléaire.Cela oui,ça me fait beaucoup, mais vraiment beaucoup rire.Continuez ! J’adore !!

        Répondre
  • Vous aussi,vous me faites beaucoup rire.Et c’est pas plus mal comme ça!
    En effet,avant que les dispositions dont vous parlez,et que vous évoquez à travers nombres de liens,ne se mettent en place réellement à un niveau de grande échelle et pour pas cher,il peut s’écouler de nombreuses décénies (50-60 à 70 ans si tout se passe à peu prés bien),et d’ici là on a le temps de construire dans le monde pas mal de réateurs 3 G (dont pas mal d’EPR entre autres).En 2050,il est prévu par l’organisation nucléaire mondiale,une capacité mondiale de puissance de l’ordre de 1000 GW et les Russes en visent 25 à 30 % à construire dans le monde,soit 250 à 300 GW.Il en reste donc entre 750 et 700 GW pour le reste des constructeurs des autres pays ayant une industrie nucléaire(dans le désordre:USA,SUD-Corée,Chine,France,Inde,Japon,Canada,…),Et EDF aura très probablement sa part du gateau en EPR(s).Libre à vous de le nier,ou le contester,peu importe.

    Répondre
  • « Ca relancerait l’économie vos centaines de TWh de stockage à prévoir dans chaque pays, au moins vous confirmez que les énergies renouvelables créent plus d’emplois que le nucléaire »,
    Eh bien tant mieux,je ne fais pas de chauvinisme sur le Nucléaire.
    Mais en attendant la réalisation de toutes ces belles et merveilleuses perspectives sur une très grande échelle et pour vraiment pas cher,l’ électronucléaire va continuer à fournir sa part d’ électricité décarbonnée dans le Monde,selon le principe très pragmatique du « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras » car l’un est déjà présent et suffisamment fonctionnel,l’autre ne fait que débuter et va prendre du temps.
    Et ceux que ça contrarie, inquiète, irrite,ou agace, ne pourront rien faire d’éfficace pour l’en empêcher.
    L’ électronucléaire fait et fera partie du Mix du futur.

    Répondre
  • Quand à la proportion exacte qui sera avérée au sujet du Mix nucléaire-ENR, en 2050,2060,2070,ou2080. Seul l’avenir le dira.Aucun de nous,ni aucune organisation quelle qu’elle soit,n’a les clés pour prédire l’avenir à aussi long terme.Au delà de 40 ans,c’est mission impossible.

    Répondre
  • Vous voilà encore à inonder inutilement ce site, sans aucun respect pour les autres, de posts répétitifs et en doublons sans aucun argument ni données vérifiables et fondées, sinon des affirmations basées selon vous sur des personnes que vous êtes incapable de citer et qu’il faudrait retrouver à votre place. Si c’est pour me donner l’avis du président d’EDF je vais vous donner celui du président de Vestas ou du syndicat des Enr.

    Il y a de très bons scientifiques indépendants sur le nucléaire au Cea et au Cnrs notamment et même les plus passionnées et âgés, donc ceux ayant le cas échéant le moins suivi en détails tous les développements des renouvelables font tourner leurs modèles avec plein de paramètres et pour faire simple n’ont qu’abouti à prolonger la durée de vie des centrales actuelles mais en étant conscients des risques. Sauf que d’année en année il y a des évolutions de prix majeures dans les Enr et je n’en vois aucun qui ne reconnaisse pas que l’on est à un changement et que passer à une filière thorium et combinaisons de réacteurs coûterait, et c’est eux qui le disent, beaucoup plus cher.

    La coopération avec les chinois a été choisie comme ce fut le cas pour Airbus. Résultats quelques années après les chinois construisent leurs propres avions comme ils construisent et construiront leurs propres centrales les plus évoluées. Constatez, ce ne sont pas les seuls exemples.

    Comment pouvez vous prétendre par ailleurs un chiffre de capacités concernant le nucléaire à horizon 2050 puis affirmer ensuite qu’il est impossible de prévoir un mix à cet horizon. Encore une incohérence totale et une nouvelle bêtise de votre part.

    Les différentes sociétés et organismes d’études (IAE, Irena, Observer, Bnef, EY etc) publient les graphiques de progression tant des renouvelables, que du nucléaire et du stockage. Leurs conclusions et graphiques sont très similaires et cette progression est telle pour les 2 derniers thèmes que vous ne pouvez prétendre qu’il faudra attendre 2070 ou plus alors que les prix sont en baisse et encore prévus de diminuer et que les technologies s’améliorent encore. Le solde net de nucléaire reste assez constant dans le mix mondial à venir malgré la progression des émergents comme le souligne entre autres le site du Cnrs. Les chinois auront accru leurs capacités de stockage de 24 GW en moins de 3 ans et les Etats-Unis de 17 GW cà démontre bien un changement rien que sur ce thème. Par contre on ne constate que des hausses dans les prix du nucléaire EPR de la Finlande à Flamanville puis à Hinkley Point et vu l’endettement du groupe Areva/EDF çà devrait plutôt vous inquiéter si vous étiez réaliste, comme çà inquiète d’anciens responsables d’EDF si vous avez suivi les débats sur Hinkley Point qui n’a même pas fait l’unanimité au sein du groupe.

    Les allemands comme les américains sont toujours à la recherche de sites de stockage des déchets nucléaires comme je vous l’ai précisé (ils sont répartis sur 61 sites actuellement aux Etats-Unis) et çà ne date pas d’hier mais de plusieurs décennies comme en Allemagne et ce n’est pas pleinement réglé en France.

    Je ne vois donc pas où vous pouvez vous satisfaire de ventes de réacteurs par Rosatom notamment dans des conditions souvent déplorables comme cela a été relevé dans plusieurs pays et en quantités telles que la formation du personnel ne suit pas. Le problème du mauvais rendement, des risques, des déchets et besoins élevés en eau sont impossibles à résoudre sur cette génération obsolète donc autrement dit vous êtes heureux de voir que pour les 40 années à venir des pays et populations vont avoir à subir les conséquences d’une technologie dont ils n’auront la plupart pas la maîtrise. C’est statistiquement source de gabegie à venir mais çà vous vous en fichez tellement vous êtes sectaire et arc bouté sur une technologie de 3e génération dépassée, que nous ne vendons quasiment pas et qui réclame encore des aides alors qu’elle n’a cessé d’en recevoir, bien plus que les renouvelables.

    Si l’ASN a fait arrêter récemment jusqu’à 23 réacteurs sur 58 dont la moyenne d’âge est de quelques 33 ans, c’est que bien évidemment les risques augmentent avec l’âge. Et un prochain accident majeur qui ne manquera statistiquement d’arriver, c’est mathématique, risque encore de sérieusement impacter cette filière.

    Bref je constate que vous ne suivez pas du tout ce qui se passe dans ces secteurs et êtes incapable d’apporter ni arguments ni éléments d’actualités nouveau à chacun de vos post. Votre seule mode de fonctionnement est binaire et çà n’apporte rien.

    Répondre
  • Vous ne faites que ramener en permanence sur ce site les manipulations et propagandes de Greenpeace et des associations antinucléaires sectaires,avec leurs liens pipotés et leurs faux arguments innombrables issus de procédés complètement biaisés et truqués,invoquant illègitimement des milliers de scientifiques dont vous tordez toutes les déclarations pour prétendre illègitimement en faire de soi disant arguments et c’est bien vous et vos semblables antinucléaires bornés,sectaires et fermés, qui ne font qu’inonder inutilement tous les sites internet sur l’énergie et l’écologie, sans aucun respect pour les autres, de posts répétitifs,de doublons et d’abus en tous genre illimités et de manière inlassables car vous vous relayez sans arrêt entre antinucléaires sur autant de sites que vous pouvez en prenant tout le temps pour étaler de misérables petites postures indignées et mesquines pour couvrir le néant de votre idéologie archaique. C’est vous et vos semblables qui êtes une insulte pour la Science,la Rationalité et une escroquerie pour le Monde entier.alors vos petites tentatives dérisoires de m’insulter ne m’impressionne pas.Vous êtes pour moi du pur néant.Et ce site ne vous appartient pas.J’y viendrais indépendamment de votre volonté car vous n’êtes personne ,absolument personne,vous n’avez aucune autorité sur ce site et n’avez pas à prétendre à dire qui peut y venir ou non. Honte à vous si vous avez une telle prétention.Car vous seriez alors, la vacuité la plus totale,l’insignifiance prétentieuse la plus absolue que l’on puisse trouver sur un forum.Et mettez donc vos mollets dans une bassine d’eau glacée pour les faire dégonfler,et votre tête aussi car vous avez un melon énorme,mon pauvre monsieur,prétentieux,sectaire et borné,et à l’égonarcicisme illimité.

    Répondre
  • « Comment pouvez vous prétendre par ailleurs un chiffre de capacités concernant le nucléaire à horizon 2050 puis affirmer ensuite qu’il est impossible de prévoir un mix à cet horizon.Encore une incohérence totale et une nouvelle bêtise de votre part. »
    Attention,ce n’est pas moi qui le prétends mais l’organisation nucléaire mondiale,qui prévoit cette capacité mondiale de puissance de l’ordre de 1000 GW.C’est sous leurs responsabilité. Par conséquent,l’incohérence totale et la bêtise,dont vous m’accusez,c’est vous.Vos insultes de pauvre petit monsieur dérisoire et insignifiant ,je les méprise totalement.Vous êtes du pur néant,du vide absolu.

    Répondre
  • Et je vous signale que: La probabilité que quelqu’un d’autre que nous deux, assiste à nos échanges écrits sur ce fil de discussion oublié depuis longtemps, est vraiment très proche de « zéro ».Par conséquent, si comme vous le sous entendez,vous n’avez pas de temps à perdre avec des gens comme moi,alors veuillez ne plus répondre à aucun de mes commentaires. Discuter avec vous est sans intérêt.Vous
    ne me manquerez pas et ça nous fera des vacances. Franchement, si vous n’arrivez pas,à ne pas me répondre,c’est que vous êtes juste un pauvre et grave accroc pathologique (addiction) à la volonté pitoyable de vouloir dominer de simples échanges écrits. Un pathétique élément pathologique ayant grand besoin de l’ assistance psychologique(ou psychatrique) d’un bon professionnel. Sur ce : Je ne vous salut point !!!

    Répondre
    • Toujours aucun argument vérifiable et démontré sur le sujet concerné.

      Vous n’êtes capable que de délirer, insulter, multiplier les posts pour tenter de cacher vos graves errances et profondes défaillances et bottez en touche systématiquement, preuves que vous n’êtes qu’un déplorable incompétent déséquilibré sans le moindre intérêt pour les lecteurs et maintenant tout le monde le sait.

      Répondre
  • Ce que tout le monde sait,sutout,c’est que vous confondez étalages de liens innombrables + baratin + insultes,avec arguments. De plus quand on donne des vrais arguments à des manipulateurs sectaires et incompétents comme vous,ils se contentent de les balayer et de prétendre qu’ils ne valent rien.Qu’on serait en opposition contre tous les scientifiques et tous les spécialistes du monde entier et contre le monde entier,entre autres idioties du même genre.Vous vous autoproclamez spécialiste de l’énergie.Il n’y en

    Répondre
  • Ce que tout le monde sait,surtout,c’est que vous confondez étalages de liens innombrables + baratin + insultes,avec arguments. De plus quand on donne des vrais arguments à des manipulateurs sectaires et incompétents comme vous,ils se contentent de les balayer et de prétendre qu’ils ne valent rien,que ce ne sont pas des arguments,qu’on est incompétent,qu’on ne comprends rien à rien,qu’on est en opposition contre tous les scientifiques et tous les spécialistes du monde entier et contre le monde entier;entre autres idioties du même genre…Vous vous autoproclamez spécialiste de l’énergie.Il n’y en a aucune preuve.Et de toute façon,même dans le monde des spécialistes de l’énergie,il y a malheureusement aussi des incompétents arrogants, prétentieux et sectaires,qui ne savent qu’étaler des liens dans les forum et insulter les gens d’un avis différent du leur,et si vous êtes vraiment dans l’énergie,vous en êtes la preuve .
    Comme avec votre attitude absurde,on avance plus, je vais juste rappeler une chose à propos du Thorium et de l’Uranium.
    La filière Thorium MSFR ,même si les Chinois commencent à y travailler actuellement (en coopération avec d’autres) mettra très longtemps avant d’aboutir à des réacteurs commerciaux concurrentiels réalisables à grande échelle et faisant suffisamment concurrence à la filière Uranium pour pouvoir la remplacer progressivement .D’ici là,la filière Uranium 3G aura le temps d’être exploitée industriellement. Et ceci indépendamment du fait que l’on approuve ou condamne la filière Uranium 3 G. La 3 G ne va pas être supprimée dans le Monde en attendant qu’arrive la 4 G,les MSFR,la filière thorium et les réacteurs mixtes pouvant brûler aussi bien du thorium que de l’Uranium.Que cela vous plaise ou non,Vous n’avez aucun pouvoir là dessus(moi non plus).

    Répondre
  • Concernant le sujet(oublié) au sommet de ce fil de discussion,intitulé: »Hillary Clinton plaide pour le Nucléaire contre le changement climatique ».Donald Trump ayant battu Hillary Clinton, il sera intéressant de connaitre les intentions de Trump au sujet de l’électronucléaire.Mais sa préférence avouée, au gaz de schiste,pétrole de schiste,et charbon (notamment sur le sol USA)n’annonce rien de bon au sujet des émissions carbonées et du changement climatique.Les intentions d’Hillary Clinton,en matière de baisse des émissions carbonées étaient vraiment préférables.Dommage.

    Répondre
  • Je n’ai fait que citer des sources indépendantes, réputées et non contestables dans le monde qui vont toutes dans le même sens (MIT, Stanford, Georgia Tech, Caltech, Ucla, Cornell, Csiro, Fraunhofer, Oxford, Cnrs, CEA, universités en Finlande etc) et qui sont vérifiables sur leurs sites ou autres. Sans parler des études techniques de groupes privés également réputés.

    Stanford publiait encore la semaine passée des données très précises sur 136 pays et notamment la quantité de stockage nécessaire aux Etats-Unis qui rejoignent les % que je vous indiquais. Elles sont consultables entre autres sur Twitter etc.

    Le National Geographic Channel entre autres en reprend également et contrairement à vous je cite des sources que vous pouvez vérifier, preuve que je ne vous cite pas les choses au hasard et que c’est bien la réalité même si vous contestez tout le monde alors que vous n’êtes pas à la hauteur mais juste partisan.

    Nous évoquions en France le stockage. Vous oubliez que nous avons une importante part de stockage stratégique de gaz liée au fait qu’il est importé. Les capacités renouvelables envisagées sont en mesure dans les périodes excédentaires qui sont nombreuses dans l’année d’approvisionner ces stockages qui ne sont alors plus nécessaires sous forme stratégique puisque nous acquérons notre indépendance. Ceci pour vous dire que face à une consommation autour de quelques 420 TWh selon les années il n’est nulle besoin d’avoir des centaines de TWh de stockage comme vous le prétendez en sous estimant les renouvelables et sans même analyser les données et différents mixes possibles.

    Regardez les programmes européens et de chaque pays en cours actuellement et voyez comment çà avance favorablement même s’il faut du temps et alors que les bas prix de l’énergie n’aident pourtant pas.

    Vous me citez quant à vous une représentante de l’Association nucléaire mondiale (WNA), organisme de promotion du nucléaire, soyez un peu sérieux, c’est un objectif qu’ils souhaitent et non pas une donnée plausible fournie par des organismes indépendants, surtout à cet horizon, ou si entre temps avait lieu un autre accident nucléaire majeur, comme c’est statistiquement probable, çà remettrait en cause ces objectifs. Je ne vous ai pas cité les données du Syndicat des énergies renouvelables ou de l’Association de l’éolien quant à moi car je ne cherche que des données les plus réalistes et indépendantes.

    Vous omettez d’intégrer le fait que des centrales vont être retirées dans le monde, dès lors on sait que la part du nucléaire représentera un % moindre voire à peine identique que récemment dans toutes les projections à cet horizon comme vous pouvez le vérifier auprès de tous les organismes qui éditent ces projections dont l’AIE, le Cnrs etc entre autres.

    La filière thorium progresse plus vite que vous semblez l’indiquer et elle est certainement plus intéressante que la filière nucléaire uranium de 3e génération mais qui intéresse certains pays pour son potentiel militaire. N’oubliez pas non plus que la quantité d’uranium est limitée dans le temps et peu répandue. De plus l’uranium peut avoir des applications bien plus intéressantes que celle actuellement dans des centrales.

    C’est vous qui avez cherché à m’insulter, ce dont je me fiche, plutôt que de vous centrer sur le sujet. Je ne suis ni pro ceci ni anti cela, je ne fais que constater les réalités et voir les énergies les meilleures sur tous les plans possibles. La filière uranium ne peut résoudre ses problèmes techniques elle le sait, ni d’ailleurs économiques, elle n’est donc plus satisfaisante même si Rosatom arrive à vendre des centrales dans des conditions peu acceptables et ne fait que reporter les problèmes insolubles sur des pays et générations à venir qui n’avaient pas besoin de cela.

    Vous avez des débats spécialisés sur ces thèmes au Cnrs, CEA etc qui sont tout à fait étayés. Les conclusions reviennent en France, et confirmés par les modèles mis en place, à prolonger le nucléaire pour bénéficier du coût mais avec de facto l’augmentation des risques ou passer à plus de renouvelables avec stockage dès lors que les prix le permettent, et ça devient le cas donc je n’ai fait que rappeler le changement de direction qui se met en place au plan scientifique dans de nombreux pays. Cà n’empêchera pas les lobbies du gaz, pétrole, charbon, nucléaire de tenter d’aller à contre courant mais les solutions techniques et prix sont clairement en train de changer la donne. La Suisse par exemple n’a pas ajouté du nucléaire, elle n’a fait que prolonger, c’est un choix économique mais çà augmente aussi les risques.

    La France a certainement intérêt à augmenter sa part de renouvelables et d’efficacité énergétique comme de connexion à ses voisins et de stockage plutôt que d’augmenter sa part de nucléaire au prix que coûte un EPR qui est technologiquement dépassé comme à Hinkley Point où il n’intègre pas toutes les fonctions numériques et a un rendement de seulement 36% alors qu’il était possible de faire mieux.

    Les propos de la présidente d’Engie disent la même chose pour le nucléaire en Belgique.

    Sur un autre sujet où l’énergie et la pollution sont des paramètres également essentiels, les transports et notamment l’automobile, les changement en cours avec l’arrivée de l’électrique font que de nombreux opérateurs, en dehors du secteur traditionnel de l’automobile dont la valorisation était basée sur de nombreux brevets, arrivent sur le marché alors que ce type de véhicules utilise bien moins de pièces. Là aussi il y a un changement qu’il faut anticiper rapidement car il y a trop d’acteurs traditionnels sur le marché et la mobilité change énormément. On estime vers 2022 la compétitivité de l’électrique, c’est tout proche, sans parler d’autres formes d’énergies que l’on commence à intégrer et qui entrent plus généralement dans le cadre des EIV (Energy Independent Vehicles), très intéressant thème de pointe.

    Ce sont là les sujets et changements intéressants et non vos éternelles querelles de cours de récréation qui datent et se résument à un discours binaire sans voir les évolutions techniques et de coûts qui changent la donne.

    On a fait le nucléaire uranium à une époque en France, justifié aussi pour la dissuasion militaire. On avait de très bonnes compétences dans les renouvelables dans les années 80. Certains politiques n’ont pas suivi la diversification alors que s’ouvrait un marché considérable et aurait pu nous mettre en très bonne position. La Suède quant à elle a fait sa transition lentement mais sûrement et arrive à un bon niveau d’indépendance avec des prix compétitifs.

    Il est donc regrettable qu’un monopole entre autres ait imposé ses vues sur l’ensemble du secteur de l’énergie qui nous coûte et va nous coûter plus cher à modifier et qui a participé en partie au torpillage de la filière thorium sans pour autant permettre à la France d’être indépendante énergétiquement, loin s’en faut.

    Dans chaque pays où il y a des lobbies importants, ces lobbies finissent par être en difficulté à force de tirer sur la corde de leur rente mais font des dégâts par ailleurs.

    Ce sera la même chose aux Etats-Unis si Trump tentait de favoriser le gaz de schiste etc au dépend des renouvelables par exemple ou du stockage, qui comme dans chaque situation de ce type se sont adaptés mais fragiliseront ensuite les Etats-Unis en leur faisant perdre du temps par rapport à d’autres qui avancent vite. On connaît régulièrement des exemples similaires.

    N’allez pas en déduire que je suis favorable à couler la filière uranium qui représente beaucoup d’emploi et une technicité, mais de façon pragmatique à réduire une part qui constitue actuellement des risques en augmentation croissante. Il y a également lieu qu’elle se réforme et se diversifie mieux et plus vite. A titre personnel je préfère l’utilisation des déchets nucléaires plutôt que leur enfouissement même si çà doit coûter plus et ne suis pas défavorable aux coopérations actuelles sur la filière thorium.

    Mais avec un mix bien plus conséquent en renouvelables, stockage et efficacité énergétique qui offrent également plein d’opportunités de marchés vers des énergies sans risques et sans les déchets de durée ingérable du nucléaires uranium et prise pleinement en compte de l’indépendance énergétique.

    Les constats de l’ASN sur la réalité du parc nucléaire actuel devraient d’ailleurs vous interpeller et on ne peut continuer comme çà avec l’augmentation de la probabilité d’un accident majeur (alors que tout ne peut être rénové dans une centrale) sans mieux s’adapter et plus rapidement, tout comme en ce qui concerne la situation du groupe EDF/Areva alors que l’on traîne aussi et entre autres la Sncf depuis des décennies.

    Répondre
  • Pour confirmer mes propos sur les subventions au nucléaire supérieures à celles aux renouvelables, y compris en Allemagne où l’on prétend que le programme renouvelables coûte très cher, sans l’analyser ni le comparer plus en détail.

    Et par ailleurs la rapidité de développement comparée des 2 filières dans le monde.

    C’est une étude d’université britannique très étayée publiée ces jours-ci dans Science (encore des nuls je suppose !)

    http://science.sciencemag.org/content/354/6316/1112.2

    Répondre
  • Vous dites: »A titre personnel je préfère l’utilisation des déchets nucléaires plutôt que leur enfouissement,même si çà doit coûter plus et ne suis pas défavorable aux coopérations actuelles sur la filière thorium ». La dessus, je suis d’accord avec vous .Les différents types de réacteurs 4 G que sont les MSFR et les ADS peuvent nous débarrasser de tous les déchets transuraniens(dont les actinides mineurs)en les fissionant tous.Ainsi,il n’y aurait plus de déchets pouvant durer plus de 100.000 ans.
    Les produits de fission, comme le Sr90 et le Cs137,n’étant plus nocifs au bout de 300 ans.On peut les enfouir sous surveillance,en Cigéo,par exemple.
    En plus le Sr90 ayant une large section efficace,il peut être transmuté par absortion neutronique dans un réacteur 4 G type MSFR ou ADS et ainsi transformé en un élément de bien plus courte durée de nocivité. Finalement seul le Cs 137,qui a une trop petite section efficace pour être transmuté,devrait être sous surveillance pendant 300 ans(en Cigéo).Cela ferait beaucoup moins de déchets à surveiller.Et encore,si d’ici quelques décénies,ou 1 siècle,on arrive à exploiter l’émission des rayons gamma du Cs 137 avec des dispositifs qui utiliserait un effet gamma-voltaique,comme il existe déjà des dispositifs béta-voltaiques,alors le Cs 137 deviendrait une ressource exploitable,au lieu d’être un déchet.D’où
    l’importance de la réversibilité des centre d’enfouissement Cigéo pour les générations futures,dans une centaine d’années.

    Répondre
  • Vous dites : »Les constats de l’ASN sur la réalité du parc nucléaire actuel devraient d’ailleurs vous interpeller et on ne peut continuer comme ça, avec l’augmentation de la probabilité d’un accident majeur (alors que tout ne peut être rénové dans une centrale) sans mieux s’adapter et plus rapidement… » .Personnellement,je trouve l’ASN(gendarme du Nucléaire en France) tout a fait fiable,pour décider d’imposer l’arrêt de réacteurs nucléaires, pour des réparations,jusqu’à ce que l’ASN autorise leur redémarage, ou au contraire,impose leur fermeture définitive.C’est vraiment l’autorité la plus compétente et la plus sure, pour décider de ça.

    Répondre
  • La présidente d’Engie(ex gdf-Suez) et plus généralement, les dirigeants de compagnies de Gaz fossiles ,n’ont pas les énergies solaires et éoliennes pour adversaires,car les centrales électriques au gaz(les CCG,tout comme les turbines à gaz) peuvent,in fine, réaliser un excellent suivi de charge,des énergies intermittentes,chaque fois que cela sera nécessaire.
    Et les solutions de stockages de courtes durées( de moins de quelques heures, à moins de quelques jours)peuvent être des dispositifs qu’ils seront capables de réaliser ou de financer,au cas où ils les jugeront rentables,parce que cela sera toujours pour eux,des solutions souples et opportunes complémentaires de leur usage du gaz fossile. Donc,je trouve normal que la présidente d’Engie et d’autres compagnies gazières) apprécie de plus en plus les énergies renouvelables,et notamment les intermittentes comme le PV et l’Eolien. En plus,construire et mettre en service une centrale à gaz,est bien plus rapide et moins cher,que de le faire avec une centrale nucléaire .

    Répondre
  • Concernant l’objectif que souhaite la WNA (1000 GW en 2050),même s’il ne s’en réalisait qu’entre 50% à 60 % (ou 70 %),ça ferait quand même entre 500 GW à 600 GW(ou 700 GW),soit plus qu’il n’existe et n’a jamais existé de capacité de puissance dans la deuxième génération de réacteur,l’ actuelle génération historique.Et il serait étonnant,dans un tel contexte, que ne se construise pas(et ne s’exporte pas) plusieurs dizaines d’EPR,surtout si EDF réussi(comme il prétend vouloir le faire) vers 2030,à diviser le coût de son nouvel EPR (l’EPR-NM) par deux.Même principe pour le réacteur Franco-Japonnais Atméa(même s’il sera en concurence avec le Hualong Chinois).
    L’avenir le dira…

    Répondre
  • Proposition intéressante si il en est (bien que Trump soit élu maintenant) toutefois il me semble que que cela ne résoudrait que très partiellement le problème des gaz à effet de serre :

    -Je rappelle en effet que le secteur qui émet le plus de GAE est le transport sous toutes ses formes, un semi-remorque moyen consomme environ 28 à 35l/100km, un autocar environ 22 à 27l/100 km, difficilement remplaçable par la propulsion électrique pour ce type de véhicules.

    -L’augmentation du nombre d’utilisateurs des transports aérien est aussi un problème qui viendra à se poser dans les années à venir, là aussi le carburant à base d’hydrocarbures est difficilement remplaçable.

    -Quid également de l’avenir des véhicules particuliers 100% électriques, que se passera t-il lorsque 20 millions d’automobilistes français mettrons à charger leur véhicules alors que fréquemment lors des périodes hivernales le réseau électrique français est à la limite de la saturation ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *