La Réunion sur la (longue) voie de son indépendance énergétique - L'EnerGeek

La Réunion sur la (longue) voie de son indépendance énergétique

canne_a_sucre_reunion_photo_MiwokSi le mix électrique de la Réunion est toujours dominé par des ressources fossiles polluantes, la part des énergies renouvelables ne cesse cependant d’augmenter au fil des années. En 2014, les énergies vertes ont notamment permis de répondre à plus d’un tiers des besoins en électricité des habitants de cette île française située dans le Sud-Ouest de l’océan Indien.

Selon le bilan énergétique 2014 révélé par EDF vendredi 20 février, la production d’électricité de l’île de la Réunion a connu une croissance modérée de 1,78% au cours de l’année 2014. 12 mois pendant lesquels l’électricien français a généré 2.857.193 MWh d’électricité et procédé à 4.700 nouveaux raccordements destinés à alimenter 8.013 nouveaux clients.

Système électrique insulaire qui ne bénéficie évidemment pas de connexion au réseau électrique continental, la Réunion voit son mix électrique majoritairement dominé par le charbon et le diesel, qui ont respectivement permis de produire 42,4% et 24,4% de l’électricité consommée en 2014.

Toutefois, les énergies renouvelables garanties (celles facilement stockables, comme l’hydraulique, la biomasse…) et intermittentes (solaire et éolien) voient leur niveau de production augmenter chaque année pour atteindre, en 2014, une part de 33% du mix électrique de l’île.

Malgré la forte sécheresse qui a frappé l’île l’année dernière, le parc hydraulique d’EDF a permis de répondre à 15% des besoins électriques des réunionnais (soit une production s’élevant à 424.760 MWh). La seconde source renouvelable de l’île est la bagasse (résidu fibreux de la canne à sucre), qui a permis de répondre à 8,8% de la demande électrique grâce à 251.206 MWh d’électricité généré dans des centrales thermiques. Enfin, le photovoltaïque a généré quelques 235.944 MWh d’électricité.

L’éolien et la biomasse ne représentent pour l’instant qu’une petite part du mix de la Réunion (0,5% chacun). 15.684 MWh d’électricité ont cependant été générés par les aérogénérateurs de l’île alors que la valorisation de sources d’origine végétales a permis de produire 13.142 MWh.

« Si l’on veut arriver à ces taux de 50% [d’énergie renouvelable] ou cette autonomie énergétique plus tard en 2030, il faut progresser sur l’ensemble des énergies renouvelables. En tout cas ce qui est sûr c’est que la biomasse est un axe intéressant. Aujourd’hui La Réunion est en avance avec les deux usines qui brûlent de la bagasse », a notamment souligné Michel Magnan, directeur général d’EDF Réunion.

Crédit photo : Miwok

Rédigé par : guy-belcourt

lun 2 Jan 2017
Les groupes japonais Panasonic et américain Tesla ont annoncé le 27 décembre dernier un nouveau programme de collaboration destiné à fabriquer, au sein de l'unité de production de Buffalo, dans l'Etat de New York, des cellules et modules photovoltaïques. Ce partenariat,…
jeu 28 Août 2014
Après plusieurs années d'incertitude, le marché photovoltaïque mondial aurait finalement surmonté sa crise de croissance. C'est en tous ce que démontrent les études récentes sur le sujet réalisées par les cabinet IHS et Bloomberg New Energy Finance selon lesquelles, l'augmentation…
ven 21 Avr 2017
A l'image de certains prototypes de turbines volantes développés par les start-up américaines Altareos Energies ou Makani Power, le groupe énergétique allemand souhaiterait lui aussi augmenter la productivité de l'énergie éolienne en allant chercher les vents soufflants en altitude, à…
mar 20 Juin 2017
Si l’isolement des îles du Ponant dans le Finistère explique la complexité de l’approvisionnement énergétique de ces territoires insulaires, il justifie du même coup la nécessité de mieux gérer et maîtriser la consommation d’électricité pour les populations en place. Classées…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *