Le mix électrique de Madagascar - L'EnerGeek

Le mix électrique de Madagascar

madagascar@Bernard GagnonLa production d’électricité de Madagascar provient essentiellement de deux sources : l’hydroélectricité et les énergies fossiles. En 2011, l’énergie hydroélectrique assurait 52% de la production électrique , les combustibles fossiles apportaient les 48% restants. Bien que Madagascar dispose d’un fort potentiel pour développer les énergies renouvelables, le pays a cependant de plus en plus recours aux énergies d’origine fossile pour accroître son taux d’électrification, l’un des plus faibles d’Afrique (environ 25 %, et beaucoup moins en zone rurale). La production d’électricité en centrale thermique augmente depuis quelques années alors que les énergies renouvelables peinent à se développer.

 

[stextbox id= »info »]Hydroélectricité vs électricité thermique[/stextbox]

En 2011, la filière hydraulique a fourni 690 GWh d’électricité. Les centrales hydrauliques étaient les seules sources d’électricité d’origine renouvelable du pays. Les centrales thermiques, quant à elles, ont produit 638 GWh d’électricité. La production électrique totale s’est ainsi élevée à 1.328 GWh en 2011.

En 2001, les énergies renouvelables représentaient environ 63% de la production d’électricité. Dix ans plus tard, sa part a baissé à 52%. Son taux de croissance annuel moyen entre 2001 et 2011 a été de l’ordre 2% alors que celui des énergies fossiles enregistre une augmentation de 6,8 % et la production électrique totale est aussi en hausse de 4%.

 

[stextbox id= »info »]Des sources d’énergies renouvelables inexploitées[/stextbox]

La ressource hydraulique disponible est pourtant importante à Madagascar. Son potentiel est estimé à 7.800 MW. Le pays n’en exploite que 132 MW. Parallèlement, la cinquième île du monde de par sa superficie n’utilise qu’une seule partie de ses énergies. Madagascar bénéficie pourtant d’atouts majeurs. Le potentiel éolien du pays est conséquent. Toutes les régions du pays bénéficient d’un ensoleillement supérieur à 2.800 heures par an pour produire de l’énergie solaire. Enfin, la géothermie pourrait davantage être exploitée.

En septembre 2012, une première centrale thermoélectrique à biomasse a commencé à produire de l’électricité à Madagascar. Cette infrastructure d’une puissance de 75 KW fonctionne grâce au bois d’eucalyptus de la commune où est elle implantée. Pour approvisionner la centrale, des plantations sont gérées de telle sorte qu’aucun risque n’est à craindre pour l’environnement et la forêt. Cette installation illustre comment le pays peut développer ses énergies renouvelables.

Bien que le pays cherche à exploiter cet énorme potentiel, sa production d’électricité issue de sources renouvelables repose uniquement sur l’hydroélectricité. Ainsi, lorsque le pays a connu une vague de sécheresse en 2011, la perte de production de l’hydroélectricité a dû être compensée par les centrales thermiques du pays. La Jirama, la société nationale d’eau et d’électricité, a même été contrainte d’augmenter le prix de l’électricité, en raison de l’évolution des prix des combustibles fossiles.

Il faut toutefois évoquer certains initiatives en faveur du développement des énergies renouvelables, comme le programme « De l’énergie verte pour un million de ruraux à Madagascar » de la Fondation Energie pour le Monde. Il vise à électrifier 73 communes isolées grâce à la construction de 43 centrales solaires, de 23 éoliennes et de 9 micro-centrales hydrauliques.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Avr 2016
Le 11 avril dernier, l’Institut Montaigne donnait une conférence pour évoquer l’après-COP21. Plusieurs grands patrons, tels qu’Antoine Frérot (Véolia), Pierre-André de Chalendar (Saint-Gobain) ou Jean-Pierre Clamadieu (Solvay), ont participé à l’événement pour plaider de nouveau en faveur de l’instauration d’un…
mer 13 Fév 2013
Une étude australienne du Bloomberg Energy Finance révèle que l’énergie éolienne serait moins chère que le charbon et le gaz dans ce pays.   La conclusion de cette étude pourrait avoir un impact significatif dans un pays qui tire la…
lun 5 Juin 2017
Après le groupe Storengy en avril dernier, c’est au tour des deux gestionnaires du réseau de transport de gaz français de sonner l’alerte sur la faiblesse des niveaux de gaz en stock. GRTgaz et TIGF ont en effet exprimé leurs…
ven 28 Juil 2017
Il a fallu dix ans à Shell pour mettre à l’eau Prelude, mais le moment de l’inauguration est enfin arrivé. Fin juin 2017, la première usine flottante de liquéfaction du gaz a pris le large pour rejoindre l’Australie et entamer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *