L'interdiction du gaz de schiste entre en débat à l'Assemblée Nationale L'interdiction du gaz de schiste entre en débat à l'Assemblée Nationale

L’interdiction du gaz de schiste entre en débat à l’Assemblée nationale

gaz schiste

La réforme du code minier arrive devant les députés ce mardi 24 janvier. Sans cesse repoussé ces cinq dernières années, l’étude de ce texte de loi permettra d’imposer aux activités de forage un nouveau cadre réglementaire plus respectueux de l’environnement, et abordera notamment l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels comme les gaz de schiste.

Initiée en 2011 par Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre de l’Ecologie, la réforme du code minier a pour objectif de mieux prendre en compte les risques environnementaux. Elle vise, selon l’oratrice du groupe socialiste Sabine Buis, à « encadrer, de manière durable et partagée, l’activité minière, à prendre en compte les enjeux environnementaux et à renforcer la participation du public« .

Lire aussi : La vie humaine menacée par les forages pétroliers ?

Parmi les mesures en suspend, l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, c’est à dire les huiles et gaz de schiste, s’impose comme une extension de la loi de juillet 2011 (qui limitait seulement jusqu’à présent l’interdiction de la technique de la fracturation hydraulique), et constituera de ce fait le point central des débats à venir cette semaine. Une nouvelle procédure renforcée d’information et de concertation, à travers la création de « groupements participatifs » (populations, collectivités territoriales, associations, fédérations professionnelles) devrait également être mis en place de manière systématique dans les communes « impactées d’un point de vue environnemental, sanitaire et socio-économique« .

Lire aussi : Gaz de schiste : quelle stratégie pour la Grande-Bretagne ?

Précisons que si l’activité minière traditionnelle (charbon, fer…) a quasiment disparu en France métropolitaine, elle reste assez importante dans les DOM-TOM, avec l’or en Guyane, le nickel en Nouvelle-Calédonie et le potentiel de gisements dans les fonds marins. Ce nouveau chantier législatif avait d’ailleurs été lancé en réaction à une polémique concernant des forages pétroliers de Shell au large de la Guyane, accusés de détruire l’environnement.

Crédits photo : Ruhrfisch

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 15 Déc 2016
Si la consommation mondiale de charbon va bien diminuer dans les années à venir du fait des mesures de lutte contre le changement climatique, ce combustible très polluant restera toutefois une source d'énergie incontournable dans certaines parties du monde. Selon le…
D’après le rapport annuel de l'Agence des participations de l’État, publié jeudi 27 octobre, les entreprises dont l’État est actionnaire ont rapporté 3,9 milliards d’euros de dividendes en 2015, deux énergéticiens se classant parmi les 5 premiers contributeurs. (suite…)
ven 3 Mar 2017
Les Etats membres de l'Union européenne sont parvenus, mardi 28 février, à une position commune sur la réforme du système européen d'échange de quotas d'émissions, permettant l'ouverture de négociations avec le Parlement européen. Le plus grand marché du carbone au…
mar 14 Fév 2017
Outre le séisme politique déclenché par le décret dit du "Muslim ban", les premières décisions du président américain Donald Trump relatives à la politique énergétique et environnementale des Etats-Unis, ont elles aussi suscité de nombreuses réactions aussi bien dans l'opposition…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *