L'interdiction du gaz de schiste entre en débat à l'Assemblée Nationale L'interdiction du gaz de schiste entre en débat à l'Assemblée Nationale

L’interdiction du gaz de schiste entre en débat à l’Assemblée nationale

gaz schiste

La réforme du code minier arrive devant les députés ce mardi 24 janvier. Sans cesse repoussé ces cinq dernières années, l’étude de ce texte de loi permettra d’imposer aux activités de forage un nouveau cadre réglementaire plus respectueux de l’environnement, et abordera notamment l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels comme les gaz de schiste.

Initiée en 2011 par Nathalie Kosciusko-Morizet, alors ministre de l’Ecologie, la réforme du code minier a pour objectif de mieux prendre en compte les risques environnementaux. Elle vise, selon l’oratrice du groupe socialiste Sabine Buis, à « encadrer, de manière durable et partagée, l’activité minière, à prendre en compte les enjeux environnementaux et à renforcer la participation du public« .

Lire aussi : La vie humaine menacée par les forages pétroliers ?

Parmi les mesures en suspend, l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, c’est à dire les huiles et gaz de schiste, s’impose comme une extension de la loi de juillet 2011 (qui limitait seulement jusqu’à présent l’interdiction de la technique de la fracturation hydraulique), et constituera de ce fait le point central des débats à venir cette semaine. Une nouvelle procédure renforcée d’information et de concertation, à travers la création de « groupements participatifs » (populations, collectivités territoriales, associations, fédérations professionnelles) devrait également être mis en place de manière systématique dans les communes « impactées d’un point de vue environnemental, sanitaire et socio-économique« .

Lire aussi : Gaz de schiste : quelle stratégie pour la Grande-Bretagne ?

Précisons que si l’activité minière traditionnelle (charbon, fer…) a quasiment disparu en France métropolitaine, elle reste assez importante dans les DOM-TOM, avec l’or en Guyane, le nickel en Nouvelle-Calédonie et le potentiel de gisements dans les fonds marins. Ce nouveau chantier législatif avait d’ailleurs été lancé en réaction à une polémique concernant des forages pétroliers de Shell au large de la Guyane, accusés de détruire l’environnement.

Crédits photo : Ruhrfisch

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Jan 2014
Une tendance se dégage de la dernière étude PwC sur le facteur carbone des principaux électriciens européens : alors que la production des énergéticiens  a reculé  en 2012 (-34 TWh), principalement en raison du ralentissement économique, les émissions de CO2…
A l'occasion de la publication de son livre Mon journal du monde, le professeur à l'Université Paris Dauphine, Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, analyse le secteur de l'énergie pour le journal La Dépêche. Selon lui, alors que les énergies renouvelables ne…
ven 25 Nov 2016
Malgré la forte activité des centrales à gaz en cette période de l'année, les besoins en gaz de la France devraient être couverts cet hiver, même en cas de grand froid, ont assuré mardi les gestionnaires des réseaux français de gazoducs,…
ven 3 Fév 2017
Aux Etats-Unis, la stratégie énergétique de Donald Trump continue de faire couler beaucoup d’encre. A l’heure de la transition énergétique, Washington réaffirme certes son attachement aux énergies fossiles, mais privilégie encore une fois l’indépendance nationale. Avec la construction du Dakota…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *