Le charbon reste une énergie incontournable en Asie selon l'AIE - L'EnerGeek

Le charbon reste une énergie incontournable en Asie selon l’AIE

charbon

Si la consommation mondiale de charbon va bien diminuer dans les années à venir du fait des mesures de lutte contre le changement climatique, ce combustible très polluant restera toutefois une source d’énergie incontournable dans certaines parties du monde. Selon le rapport annuel sur le marché du charbon de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié le 12 décembre dernier, l’Asie devrait concentrer la majeure partie du charbon consommé dans le monde d’ici 2030.

En raison des implications pour la qualité de l’air et des émissions de carbone, le charbon est très critiqué ces dernières années, mais il est trop tôt pour affirmer que la fin du charbon est arrivée”, résume Keisuke Sadamori, directeur de la division marchés et sécurité énergétiques de l’AIE, dans un communiqué.

Lire aussi : Les projets de centrales à charbon en recul dans le monde

En effet, si la croissance de la demande mondiale devrait ralentir, 0,6% en moyenne par an sur la période 2015-2021, la planète consommera encore 5,6 milliards de tonnes de charbon en 2021 (contre 5,8 milliards de tonnes lors de la précédente estimation). La part relative du charbon dans la production d’électricité va diminuer de 41% (en 2014) à 36%, et le charbon consommé dans certaines régions du monde baissera de manière significative grâce au développement des énergies renouvelables et à une efficacité énergétique accrue dans le cadre des politiques déployées pour lutter contre le changement climatique.

Lire aussi : Les énergies renouvelables devant le charbon d’ici 2040, selon l’AIE

Problème, cette tendance n’est pas homogène et cache d’importantes disparités géographiques. De nombreux pays asiatiques notamment, continuent d’afficher un appétit certain pour le charbon qui a vu sa consommation augmenter de manière significative sur ce continent. Sa part dans la consommation mondiale est passée de 46% en 2000 à 73% en 2015, à l’inverse de l’Europe (22 à 12%) et de l’Amérique du Nord (25 à 10%) qui en consomment de moins en moins. Ce glissement devrait d’ailleurs s’accélérer au cours des prochaines années, complexifiant encore un peu plus les négociations sur les réductions des émissions de CO2, estime l’AIE.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 19 Fév 2019
Avec l'approche du Brexit, les acteurs de l'économie britannique bouillonnent. La perspective d’une sortie de l’Union européenne sans accord mobilise beaucoup d’énergie, en raison des conséquences très concrètes qui se feraient sentir dès le 31 mars 2019. L’alimentation ou les…
lun 2 Sep 2019
Comme tous les biens, le pétrole est lui aussi l’objet de vols. Au Nigeria, cette pratique prend des proportions dramatiques depuis le début de l’année. C’est pourquoi, la Compagnie nigériane de production de pétrole (NNPC) tire la sonnette d'alarme dans…
lun 7 Août 2017
On l’oublie un peu vite, mais les usages du pétrole ne se limitent pas au seul marché énergétique : même s’il est très utilisé en tant que combustible dans les secteurs des transports et du chauffage, il est aussi une…
mar 30 Mai 2017
A l’instar des groupes français EDF ou Engie, l’énergéticien danois se désengage lui aussi progressivement de ses activités liées aux combustibles fossiles les plus polluants. Dong Energy a annoncé mercredi 24 mai dernier, la vente de ses activités de production…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.