Le charbon reste une énergie incontournable en Asie selon l'AIE - L'EnerGeek

Le charbon reste une énergie incontournable en Asie selon l’AIE

charbon

Si la consommation mondiale de charbon va bien diminuer dans les années à venir du fait des mesures de lutte contre le changement climatique, ce combustible très polluant restera toutefois une source d’énergie incontournable dans certaines parties du monde. Selon le rapport annuel sur le marché du charbon de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié le 12 décembre dernier, l’Asie devrait concentrer la majeure partie du charbon consommé dans le monde d’ici 2030.

En raison des implications pour la qualité de l’air et des émissions de carbone, le charbon est très critiqué ces dernières années, mais il est trop tôt pour affirmer que la fin du charbon est arrivée”, résume Keisuke Sadamori, directeur de la division marchés et sécurité énergétiques de l’AIE, dans un communiqué.

Lire aussi : Les projets de centrales à charbon en recul dans le monde

En effet, si la croissance de la demande mondiale devrait ralentir, 0,6% en moyenne par an sur la période 2015-2021, la planète consommera encore 5,6 milliards de tonnes de charbon en 2021 (contre 5,8 milliards de tonnes lors de la précédente estimation). La part relative du charbon dans la production d’électricité va diminuer de 41% (en 2014) à 36%, et le charbon consommé dans certaines régions du monde baissera de manière significative grâce au développement des énergies renouvelables et à une efficacité énergétique accrue dans le cadre des politiques déployées pour lutter contre le changement climatique.

Lire aussi : Les énergies renouvelables devant le charbon d’ici 2040, selon l’AIE

Problème, cette tendance n’est pas homogène et cache d’importantes disparités géographiques. De nombreux pays asiatiques notamment, continuent d’afficher un appétit certain pour le charbon qui a vu sa consommation augmenter de manière significative sur ce continent. Sa part dans la consommation mondiale est passée de 46% en 2000 à 73% en 2015, à l’inverse de l’Europe (22 à 12%) et de l’Amérique du Nord (25 à 10%) qui en consomment de moins en moins. Ce glissement devrait d’ailleurs s’accélérer au cours des prochaines années, complexifiant encore un peu plus les négociations sur les réductions des émissions de CO2, estime l’AIE.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Alors que les Écossais se prononcent aujourd'hui jeudi 18 septembre sur leur indépendance et la séparation de l'Ecosse et du Royaume-Uni, des questions se posent quant à l'avenir de la collaboration des deux nations en matière énergétique. Un marché commun pourrait se segmenter…
ven 2 Sep 2016
Dans une étude réalisée par l’IPSOS, 90 % des Chinois interrogés s’inquiètent de la pollution de l’air dans leur pays. Alors que la puissance asiatique est déjà le premier marché mondial pour les énergies renouvelables, le sondage montre également que…
mar 31 Mai 2016
Rassemblés au Japon, les chefs d'Etat du G7 viennent de prononcer la fin des subventions aux énergies fossiles d’ici 2025. Une décision logique au lendemain de la COP21, alors que le secteur de l’énergie est le principal responsable des émissions de…
mar 28 Fév 2017
Alors que la production de gaz vert reste toujours insuffisante en France pour espérer atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique, selon le dernier panorama du gaz renouvelable publié par le SER, le gouvernement a décidé vendredi 24…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.