Electrosensibilité : le compteur Linky a-t-il vraiment des effets sur la santé ?  - L'EnerGeek

Electrosensibilité : le compteur Linky a-t-il vraiment des effets sur la santé ? 

Comme prévu dans le projet de loi de transition énergétique, ERDF va entamer fin 2015 la première phase de déploiement des compteurs communicants Linky en lieu et place des anciens compteurs électriques, devenus inadaptés au regard des nouveaux objectifs d’efficacité énergétique. Une innovation majeure qui permettra de réduire significativement les factures d’électricité via une gestion optimisée des consommations, mais qui semble malgré tout susciter quelques inquiétudes. L’association Priartem et le Collectif électrosensibles de France ont en effet exprimé quelques réserves quant à l’accroissement des ondes électromagnétiques au sein des foyers français. L’occasion ici de faire le point sur la pertinence médicale de telles supputations et sur les effets réels, ou sur l’absence d’effets des nouveaux compteurs communicants Linky sur la santé. 

L’électrosensibilité : vraie pathologie ou maladie imaginaire ?

L’électrosensibilité, aussi appelée intolérance environnementale idiopathique aux champs électromagnétiques, est revendiquée par des personnes qui souffrent d’un ensemble de symptômes variables comme des maux de tête, de la fatigue, des rougeurs cutanées, des troubles du sommeil ou de la concentration, et qui seraient liés selon eux à une exposition répétée aux ondes magnétiques ou électriques. 

S’il ne s’agit pas ici bien sûr de contester la souffrance des personnes concernées, les origines de leurs maux sont toutefois plus qu’incertaines et aucune étude scientifique n’a encore démontré de manière irréfutable les effets néfastes des ondes sur la santé. Selon l’Institut national de veille sanitaire français (InVS) par exemple, le niveau de preuve scientifique actuel est encore insuffisant pour faire état d’un risque cancérigène certain, ou même probable.

“L’établissement d’un diagnostic est confronté aujourd’hui à des difficultés majeures : il n’existe pas de groupement de symptômes spécifiques et aucun élément clinique ni examen complémentaire ne permet de poser ou de confirmer un diagnostic, d’expliquer le mécanisme de développement des symptômes et de les relier à une exposition aux champs électromagnétiques” peut-on lire dans une note de position de l’InVS.

Les symptômes attribués aux champs électriques sont bien souvent très hétérogènes et aucune lésion somatique (biologique) n’a été identifiée à ce jour comme étant causée par l’exposition électromagnétique. Comme l’explique le Professeur Gabrielle Scantamburlo (unité de psychoneuroendocrinologie, CHU de Liège), auteur de l’ouvrage Champs électriques et magnétiques 50 Hz et santé: quel message au grand public ?, “on n’écarte pas la possibilité d’une causalité, mais elle n’est pas identifiée. La question de l’origine de ces symptômes reste donc ouverte”. 

De même, si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a effectivement reconnu en 2005 que l’électrosensibilité pouvait être “caractérisée par divers symptômes non spécifiques qui diffèrent d’un individu à l’autre”, l’institution internationale rappelle également qu’il n’existe à l’heure actuelle ni critères diagnostiques clairs, ni base scientifique permettant de relier les symptômes à une exposition aux champs électromagnétiques. 

Linky : des économies significatives pour un minimum d’ondes

Il paraît donc difficile, dans un tel contexte, de mettre en cause de manière objective le déploiement des futurs compteurs communicants comme une source potentielle de symptômes liés à l’électrosensibilité.  

Certes, le compteur Linky souhaité par les pouvoirs publics a pour objectif de rendre « acteur » le consommateur et permet l’envoie et la réception d’informations sur la consommation d’électricité sans l’intervention de techniciens. Ce pilotage à distance est rendu possible grâce à des radiofréquences émises par le réseau électrique et le boîtier connecté à tous les objets électriques et ménagers de la maison. 

Toutefois, ce dispositif électrique utilise une technologie connue depuis les années 50, le Courant Porteur en Ligne (CPL) qui permet d’envoyer des informations type Internet dans les câbles du réseau électrique classiques et existants. Le compteur Linky n’émet aucune onde radio, il n’utilise pas le wifi et et n’induira pas d’avantage de champs électromagnétiques que le compteur actuel.

De part son mode de fonctionnement, ce nouveau compteur électrique ne communique d’ailleurs pas d’informations en continu, comme d’autres appareils connectés, mais seulement quelques secondes par jour, et émet au final moins d’ondes qu’un téléphone portable, qu’une box wifi, qu’un four à micro-ondes ou qu’une télévision.

Des caractéristiques avantageuses qui seront évaluées une fois de plus par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) chargée par la Direction générale de la santé (DGS) de remettre un rapport sur le sujet début 2016 en réponse aux réclamations des associations d’électrosensibles. Cette dernière devra réaliser “une synthèse des caractéristiques et des connaissances sur les expositions liées aux compteurs intelligents et les effets sanitaires associés”.

De son côté, ERDF précise que Linky “ne présente aucune menace pour la santé (…) et qu’il respecte déjà toutes les normes sanitaires françaises et européennes, très restrictives”. 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 1 Déc 2014
A Hauterive, près de Neufchâtel (Suisse), la société Meyer Burger a annoncé le 17 novembre la production pilote de cellules solaires ultra-performantes. La technologie est fondée sur l’hétérojonction, qui permet des rendements plus élevés (22% supplémentaires) et des coûts de…
lun 18 Mar 2013
Ingénieur et physicien français du XVIIIe siècle, Charles de Coulomb est un des fondateurs de l’électrostatique. Ses travaux donnent de nombreuses bases à la recherche en électricité et en magnétisme. Né à Angoulême en 1736, Charles Augustin de Coulomb étudie…
ven 23 Mai 2014
Si l’éclairage nocturne est responsable d’une consommation d’énergie considérable, sans parler des émissions de CO2 qui en résulte, il semblait jusqu’à présent bien difficile de s’en passer  dans les sociétés modernes. Mais voilà qu’une entreprise suédoise spécialisée dans les cosmétiques…
mer 16 Déc 2015
Alors que le journaliste scientifique de Libération, Sylvestre Huet, s’interroge sur la crédibilité du scénario 100% énergies renouvelables proposé par l’ADEME, de vrais doutes subsistent sur l’évolution du mix-énergétique français. Récemment, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, évoquait sur ce point…

COMMENTAIRES

  • Je suis porteuse d’une valve de dérivation ventriculo-péritonéale programmable. Je voulais savoir si le nouveau compteur appelé “Linky” pouvait dérégler ces valves de dérivation ainsi que les valves cardiaque.
    Ce sont des valves avec aimants et donc très sensible comme l’utilisation d’un sèche cheveux, télévision, casques audio, etc.
    Je vous remercie par avance des renseignements que vous pourriez m’apporter.

    Répondre
    • Bonjour,
      comme dit dans l’article, ce compteur n’utilise pas une technologie radio ou autre rayonnement électromagnétique.
      Les infimes radiations émises par son fonctionnement sont identiques à celles de tout appareil électrique, que ce soit un moteur d’ascenseur, un aspirateur, un téléviseur, un simple câble électrique. Souvenez vous de vos cours de collège : la dynamo de bicyclette, les courants induits, les électroaimants…
      Donc vous n’avez absolument rien à craindre.
      De plus, même un appareil émettant des ondes assez puissantes serait inoffensif pour votre dispositif, la puissance diminuant avec le carré de la distance. Mais vous devez le savoir si vous êtes allé au lycée. Donc à moins de collez votre poitrine à une puissante antenne radio ou un radar, vous ne risquez rien. Les aimants de vos appareils génèrent volontairement un champ bien plus puissant sur place. Et puis “c’est fait exprès”. Si tel n’était pas le cas, on verrait tout les jours des dizaines de gens tomber comme des mouches…

      Répondre
    • Dans la mesure ou ce compteur n’utilise pas la radio ou d’autre fréquences électromagnétiques, je ne comprend pas pourquoi vous vous sentez menacé en tant qu’électrosensible ?

      Répondre
      • Je pense que le probleme est plus compliqué.
        Le cpl permet au champ electrique 50hz d’etre porteur d’un autre champ electrique de plus haute frequence 75kz. C’est ce que l’on appelle la dirty electricity. De ce fait chaque fi, prise voir equipement metalique se voit dvenir une antenne qui diffuse ce champs. Le probleme ne provient pas du compteur en lui meme mais de ce CPL qui est diffusé “sans notre consentement” a l’interieur d’un logement qui est en plus privé. Cela n’est pas controlable auf en utilisant des cables electriques blindés et/ou des filtre passebas pour degager le CPL

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.