Réinventer l'eau bouillante pour améliorer le rendement des centrales électriques - L'EnerGeek

Réinventer l’eau bouillante pour améliorer le rendement des centrales électriques

cuve_réacteurDans une étude récemment publiée dans la prestigieuse revue scientifique “Nature Communications”, trois chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) indiquent pouvoir améliorer le rendement de 85% des centrales électriques actuelles. Comment ? En réapprenant à faire bouillir de l’eau.

 

Limiter les risques

Aujourd’hui, la plupart des centrales de production électrique utilisent des générateurs de vapeur. Ceux-ci alimentent des turbo-alternateurs, lesquels produisent l’électricité.

Seulement, l’apparition de bulles de vapeur à la surface de l’enveloppe interne des générateurs peut, à terme, les fragiliser et, dans le pire scénario, provoquer une catastrophe (chimique, radioactive, etc.). En effet, la capacité de transport d’énergie est différente entre l’eau et la vapeur d’eau.

Les chercheurs du MIT , Navdeep Singh Dhillon, Jacopo Buongiornon et Krispa Varanasi, ont ainsi réalisé des expériences pour mieux comprendre l’apparition des bulles de vapeur dans l’eau en ébullition. In fine, il s’agirait de renforcer l’efficacité et la sûreté des centrales de production électrique.

 

Augmenter la productivité des centrales

Pour limiter les risques, il existe déjà plusieurs techniques. On peut, par exemple, faire en sorte que les réacteurs ne tournent pas à plein régime – ce qui, malheureusement, impacte également le rendement des centrales électriques.

Dernièrement, les chercheurs du MIT se sont pour leur part aidés d’outils de détection optique et infrarouge afin d’analyser les effets d’un revêtement fait de pics nanométriques sur l’efficacité énergétique ainsi que sur la prévention des risques.

Pour l’heure, plusieurs espacements et différentes épaisseurs entre les pics ont été expérimentés par les chercheurs. Ces derniers affirment que l’augmentation de la taille et de l’espacement des pics ne permettent pas nécessairement de limiter l’apparition des bulles.

Dans les mois à venir, les chercheurs poursuivront leurs recherches. Ils espèrent trouver la surface géothermique optimale qui permettrait de limiter les risques de fissures tout en augmentant la productivité des tranches qui équipent les centrales électriques.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
lun 26 Août 2013
Quinze experts de l'Autorité japonaise de régulation du secteur nucléaire (ARSN) se sont rendus, vendredi 23 août, à Fukushima pour constater et observer les fuites d’un réservoir qui auraient laissées s’écouler 300 tonnes d’eau radioactive. Le ministre japonais de l'Industrie…
lun 24 Nov 2014
Le ministère bolivien des Hydrocarbures et de l'Énergie ainsi que celui des Mines et de la Métallurgie ont signé quatre lettres d'intention avec une délégation du Commissariat à l'Énergie Atomique et à l'énergie alternative (CEA) français. Ces documents ont pour…
mar 22 Avr 2014
Validé par l’avis positif de l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) rendu public ce jeudi 17 avril, le projet de réacteur nucléaire de quatrième génération mené à bien par le Commissariat à l’énergie atomique devrait poursuivre et voir le jour à…
mer 22 Mar 2017
Annoncée depuis plusieurs semaines dans le cadre du plan de sauvetage du groupe industriel Areva, la participation des entreprises japonaises Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) au capital de la nouvelle entité NewCo est finalement entrée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.