Réinventer l'eau bouillante pour améliorer le rendement des centrales électriques - L'EnerGeek

Réinventer l’eau bouillante pour améliorer le rendement des centrales électriques

cuve_réacteurDans une étude récemment publiée dans la prestigieuse revue scientifique “Nature Communications”, trois chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) indiquent pouvoir améliorer le rendement de 85% des centrales électriques actuelles. Comment ? En réapprenant à faire bouillir de l’eau.

 

Limiter les risques

Aujourd’hui, la plupart des centrales de production électrique utilisent des générateurs de vapeur. Ceux-ci alimentent des turbo-alternateurs, lesquels produisent l’électricité.

Seulement, l’apparition de bulles de vapeur à la surface de l’enveloppe interne des générateurs peut, à terme, les fragiliser et, dans le pire scénario, provoquer une catastrophe (chimique, radioactive, etc.). En effet, la capacité de transport d’énergie est différente entre l’eau et la vapeur d’eau.

Les chercheurs du MIT , Navdeep Singh Dhillon, Jacopo Buongiornon et Krispa Varanasi, ont ainsi réalisé des expériences pour mieux comprendre l’apparition des bulles de vapeur dans l’eau en ébullition. In fine, il s’agirait de renforcer l’efficacité et la sûreté des centrales de production électrique.

 

Augmenter la productivité des centrales

Pour limiter les risques, il existe déjà plusieurs techniques. On peut, par exemple, faire en sorte que les réacteurs ne tournent pas à plein régime – ce qui, malheureusement, impacte également le rendement des centrales électriques.

Dernièrement, les chercheurs du MIT se sont pour leur part aidés d’outils de détection optique et infrarouge afin d’analyser les effets d’un revêtement fait de pics nanométriques sur l’efficacité énergétique ainsi que sur la prévention des risques.

Pour l’heure, plusieurs espacements et différentes épaisseurs entre les pics ont été expérimentés par les chercheurs. Ces derniers affirment que l’augmentation de la taille et de l’espacement des pics ne permettent pas nécessairement de limiter l’apparition des bulles.

Dans les mois à venir, les chercheurs poursuivront leurs recherches. Ils espèrent trouver la surface géothermique optimale qui permettrait de limiter les risques de fissures tout en augmentant la productivité des tranches qui équipent les centrales électriques.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
ven 4 Sep 2015
Jean-Bernard Lévy, président du groupe EDF, a détaillé ce mercredi 3 septembre 2015 lors d'une conférence de presse, le nouveau calendrier adopté par l'énergéticien français dans le cadre du chantier de l'EPR de Flamanville et les conditions de sa mise…
ven 21 Fév 2014
EDF a détaillé, jeudi 20 février, les coûts de son plan « grand carénage » qui doit permettre la prolongation de la durée d’exploitation des centrales nucléaires du parc EDF au-delà de 40 ans. Les centrales seront mises aux nouvelles normes de…
ven 8 Août 2014
Interviewé par Matin Première, Willy De Roovere, l’ancien directeur de l’agence fédérale de contrôle nucléaire (l’équivalant de l’ASN française), est revenu sur le présent et l’avenir du parc nucléaire belge. Selon De Roovere, même si les centrales ont initialement été conçues…
mer 4 Déc 2013
La toiture d’un bâtiment de la tranche nucléaire numéro 3 de la centrale de Gravelines (Nord) a été le théâtre d’un départ de feu, mardi aux alentours de 16h50.  Le feu a été maîtrisé à 18h02, grâce à l’intervention des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.