Réinventer l'eau bouillante pour améliorer le rendement des centrales électriques - L'EnerGeek

Réinventer l’eau bouillante pour améliorer le rendement des centrales électriques

cuve_réacteurDans une étude récemment publiée dans la prestigieuse revue scientifique “Nature Communications”, trois chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) indiquent pouvoir améliorer le rendement de 85% des centrales électriques actuelles. Comment ? En réapprenant à faire bouillir de l’eau.

 

Limiter les risques

Aujourd’hui, la plupart des centrales de production électrique utilisent des générateurs de vapeur. Ceux-ci alimentent des turbo-alternateurs, lesquels produisent l’électricité.

Seulement, l’apparition de bulles de vapeur à la surface de l’enveloppe interne des générateurs peut, à terme, les fragiliser et, dans le pire scénario, provoquer une catastrophe (chimique, radioactive, etc.). En effet, la capacité de transport d’énergie est différente entre l’eau et la vapeur d’eau.

Les chercheurs du MIT , Navdeep Singh Dhillon, Jacopo Buongiornon et Krispa Varanasi, ont ainsi réalisé des expériences pour mieux comprendre l’apparition des bulles de vapeur dans l’eau en ébullition. In fine, il s’agirait de renforcer l’efficacité et la sûreté des centrales de production électrique.

 

Augmenter la productivité des centrales

Pour limiter les risques, il existe déjà plusieurs techniques. On peut, par exemple, faire en sorte que les réacteurs ne tournent pas à plein régime – ce qui, malheureusement, impacte également le rendement des centrales électriques.

Dernièrement, les chercheurs du MIT se sont pour leur part aidés d’outils de détection optique et infrarouge afin d’analyser les effets d’un revêtement fait de pics nanométriques sur l’efficacité énergétique ainsi que sur la prévention des risques.

Pour l’heure, plusieurs espacements et différentes épaisseurs entre les pics ont été expérimentés par les chercheurs. Ces derniers affirment que l’augmentation de la taille et de l’espacement des pics ne permettent pas nécessairement de limiter l’apparition des bulles.

Dans les mois à venir, les chercheurs poursuivront leurs recherches. Ils espèrent trouver la surface géothermique optimale qui permettrait de limiter les risques de fissures tout en augmentant la productivité des tranches qui équipent les centrales électriques.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mar 15 Oct 2013
Grâce à un accord datant de 1993 portant sur le désarmement de l'arsenal militaire de l'ex-URSS, les États-Unis génèrent 50% de leur électricité d'origine nucléaire à partir de l'uranium issu des anciennes têtes nucléaires russes. Jugeant que le prix de…
jeu 31 Mar 2016
Depuis 1983, la Société Française de l’Energie Nucléaire récompense « chaque année des travaux, des études, des mémoires ou d’autres contributions traitant de l’énergie nucléaire ». Pour participer à l’édition 2016, les candidats doivent envoyer un dossier avant le 8 avril. (suite…)
mar 14 Oct 2014
La filière nucléaire française s'organise et se regroupe pour la première fois cette année au sein du World Nuclear Exhibition, un salon international exclusivement dédié aux métiers et aux acteurs du nucléaire et qui vient d'ouvrir ses portes ce matin…
ven 4 Août 2017
New Areva, la nouvelle entité du groupe nucléaire Areva recentrée sur le cycle du combustible, a annoncé mardi 1er août 2017, avoir signé un contrat pour fournir 32 assemblages de combustible MOX supplémentaires à la centrale japonaise de Takahama, sur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.