Geps Techno teste sa centrale à 4 sources d'énergie renouvelable - L'EnerGeek

Geps Techno teste sa centrale à 4 sources d’énergie renouvelable

photo_Geps_TechnoVoilà quatre ans que les ingénieurs de la société Geps Techno, PME basée à Saint-Nazaire, planchent sur un concept innovant et totalement inédit de centrale électrique offshore. Développé sous le nom de MLiner, ce projet vise la création d’une structure flottante nomade capable de produire de l’électricité verte grâce à 4 sources d’énergie différentes : éolienne, hydrolienne, houlomotrice et solaire.

Un premier démonstrateur, développé grâce au soutien financier de BPI France et de la région Pays de la Loire, est d’ores-et-déjà opérationnel. Il a été mis à l’eau le 18 juillet dernier afin d’être testé pendant un an par les équipes de Geps Techno.

 

4 sources d’énergie intégrées

Créée en 2011 par trois ingénieurs issus des équipes du constructeur naval STX France, la société Geps Techno s’est lancée dans le développement des technologies de production d’électricité à partir d’énergies marines renouvelables. Avec leur invention baptisée MLiner, les ingénieurs de Saint-Nazaire ont mis au point une structure flottante qui intègre plusieurs sources différentes d’énergies respectueuses de l’environnement.

Ainsi, le dispositif innovant de Geps Techno se présente sous la forme d’une imposante structure flottante (9,50 mètres de haut, 6 de long et 3,50 de large) capable de produire de l’électricité de 4 manières différentes : des éoliennes sont en charge de capter l’énergie des vents qui balayent la surface de l’eau, des panneaux solaires convertissent l’énergie des rayons du soleil, des hydroliennes (des turbines immergées) produisent de l’électricité grâce à l’énergie cinétique des courants marins, et enfin la force des vagues fait fonctionner un système houlomoteur.

Les concepteurs du MLiner expliquent que chaque source d’énergie renouvelable contribue à améliorer le rendement d’une ou plusieurs autres sources. Ainsi, cette machine dans une version plus grande (20 mètres de diamètre) serait capable de produire 10 fois plus d’électricité qu’une éolienne en mer. De l’énergie électrique qui permettrait d’alimenter des endroits isolés comme les plateformes offshore de recherche, les zones insulaires isolées….

 

Un premier démonstrateur en phase de test

Fort du soutien financier de BPI France et de la région Pays de la Loire, Geps Techno a donc pu concevoir un premier dispositif multi-énergies pilote, en partenariat avec plusieurs sociétés du Grand Ouest (l’Icam de Carquefou, l’Ifremer de Brest, STX France ou encore Mecasoud). Le PH4S, son nom de baptême, est un prototype dont la puissance atteint 6 kW. Il a été mis à l’eau en juillet dernier dans le bassin de Penhoët (à Saint-Nazaire), au sein du “Site d’Expérimentation en Mer de Récupération de l’Energie des Vagues”, le premier site français dédié à l’étude des énergies marines. Il y sera testé pendant un an.

“Quatre sources d’énergie différentes sur un seul et même flotteur, personne n’y croyait au départ. Pourtant, nous y sommes parvenus et c’est une première mondiale”, s’est réjoui dans Ouest France Jean-Luc Longeroche, un des fondateurs de Geps Techno, pour qui le PH4S n’est qu’un premier pas vers une structure plus importante et puissante. La société a d’ores et déjà lancé une campagne de financement participatif pour fabriquer un démonstrateur MLiner de 10 MW.

Même si sa technologie est encore à l’essai, Geps Techno a déjà su séduire ses premiers clients Deux contrats ont été signés. Le premier concerne l’alimentation des plateformes d’essais et des bouées scientifiques et industrielles de la société Octopusea. Le second, signé avec la Socarenam de Boulogne-sur-Mer, porte sur la conception de deux navires équipés d’un système de stabilisation et d’un récupérateur d’énergie.

Crédit photo : Geps Techno

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
jeu 19 Oct 2017
Transformer les milliers de kilomètres de route qui jalonnent le territoire français en autant de centrales de production de chaleur, c'est l'ambition de la société Eurovia, filiale du groupe Vinci, qui teste depuis le mois de juillet 2017 sa technologie…
lun 25 Jan 2016
Mise en cause bien souvent pour son intermittence, l'énergie solaire procure encore aujourd'hui des rendements faibles du fait de certaines limites technologiques et de conditions météorologiques changeantes. Pourtant, comme le fait remarquer Jean-François Guillemoles, directeur de recherche au CNRS, dans le…
mer 18 Mar 2015
Une drôle d’installation vient de recouvrir le fleuve qui traverse la capitale libanaise. Un "serpent photovoltaïque" de 300 mètres de long d’une capacité totale d’un mégawatt a été déployé au-dessus de l’eau. Il vise à produire plus d’électricité verte dans…
jeu 30 Juil 2015
Avec la Corée du Sud et la France (avec la centrale EDF de la Rance en service depuis près de 50 ans), le Canada et le Royaume-Uni font partie des rares puissances qui ont décidé de se tourner vers l’énergie…

COMMENTAIRES

  • Inédit effectivement, 4 sources complémentaires ne manqueront pas de produire de l’électricité 24/24.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.