Réduction du nucléaire : EDF devra être indemnisé - L'EnerGeek

Réduction du nucléaire : EDF devra être indemnisé

conseil_consitutionnel_photo_MbztSaisi par des députés et sénateurs du groupe Les Républicains, le Conseil constitutionnel a validé dans sa quasi globalité le jeudi 14 août dernier le texte de loi de transition énergétique pour une croissance verte. Un avis dans lequel les Sages rappellent toutefois le droit à indemnisation du groupe EDF en cas de fermeture anticipée de réacteurs nucléaires.

Introduit par les sénateurs puis retiré par les députés, l’article prévoyant explicitement l’indemnisation du groupe EDF en cas de fermeture de l’une de ses centrales nucléaires vient d’être remis à l’ordre du jour par le Conseil constitutionnel. Ce dernier a en effet considéré, dans un avis rendu la semaine dernière, que la loi n’empêchait en rien l’exploitant de “prétendre à une indemnisation du préjudice subi” s’il ferme un réacteur en état de fonctionnement (selon les critères de l’Autorité de sûreté nucléaire) pour respecter le nouveau plafond imposé au parc nucléaire français.

Pour rappel, la loi de transition énergétique fixe des objectifs de réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité ( de 75 à 50% d’ici 2025), et prévoit le plafonnement de la capacité du parc nucléaire français à 63,2 gigawatts, soit la puissance actuelle des 58 réacteurs exploités par EDF.

Or, pour respecter ce plafond en prévision de l’ouverture prochaine du nouveau réacteur EPR de Flamanville (prévue pour 2017), le gouvernement devra ordonner la fermeture d’au moins deux réacteurs actuellement en activité, comme ceux de la centrale de Fessenheim par exemple, désignée par François Hollande comme la centrale à fermer.

Cela étant, qu’il s’agisse de la centrale de Fessenheim ou d’une autre, l’arrêt volontaire de réacteurs en service et en état d’exploitation pour encore plusieurs décennies représenterait un coût considérable pour l’exploitant EDF. Un coût évalué l’année dernière dans un rapport du député socialiste Marc Goua et du député Les Républicains Hervé Mariton, à plus de 4 milliards d’euros, dans le cas de Fessenheim. Un manque à gagner d’autant plus important en cas de prolongation par l’autorité de sûreté nucléaire de la durée d’exploitation.

“L’enjeu est potentiellement considérable”, a réagi Hervé Mariton, qui l’évalue donc “en milliards pour Fessenheim et en dizaines de milliards sur l’ensemble de la stratégie de capage” (ou plafonnement) du parc nucléaire. “C’est un point contesté par le gouvernement jusqu’à présent et potentiellement ruineux”, a-t-il insisté, tout en soulignant que le Conseil constitutionnel ne s’était pas aventuré à évaluer ce coût.

Crédits photo : Mbzt

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
mar 22 Août 2017
Quelques jours seulement après avoir clôturé l’offre publique de retrait qui a lui a permis de récupérer plus de 98% des actions du groupe nucléaire, le gouvernement a autorisé via un nouvel arrêté publié au Journal Officiel dimanche 20 août…
lun 14 Jan 2013
La nouvelle autorité de sûreté nucléaire japonaise vient d’annoncer qu’elle allait durcir les normes de sûreté nucléaire. Cette instance mise en place après la catastrophe de Fukushima imposera des travaux de mises aux normes pour les centrales déjà construites. Des…
jeu 18 Juil 2019
Après la démission de François de Rugy le 16 juillet 2019, Elisabeth Borne a été nommée dans la foulée ministre de la Transition écologique et solidaire. La ministre des Transports voit donc son champ de compétences s’élargir, mais ne découvre…
mar 28 Avr 2020
Ce lundi 27 avril 2020, Total-Direct Energie a déposé un recours contre EDF devant le tribunal de commerce de Paris. Avant lui, deux autres fournisseurs d'électricité alternatifs avaient fait de même. D'autres pourraient suivre. En cause : l'obligation, pour ces…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.