L'Indonésie souhaite revenir dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole - L'EnerGeek

L’Indonésie souhaite revenir dans l’Organisation des pays exportateurs de pétrole

siege_opep-creditphoto-benutzer_priwoL’Indonésie, qui a suspendu en 2009 sa participation au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), souhaite revenir dans le cartel. L’objectif ? Acheter du pétrole moins cher, alors que la demande intérieure ne cesse de croître et que la production est en forte baisse.

Pendant près de cinquante ans, l’Indonésie a été un membre à part entière de l’OPEP. En 2009, elle a suspendu sa participation après être devenue un importateur net de pétrole. A cette période, la demande intérieure était plus forte que jamais et, de manière concomitante, la production a chuté.

En cause, le manque d’investissements de sociétés étrangères, qui a limité l’extraction du brut dans un pays certes riche en ressources naturelles, mais fortement marqué par la corruption et des procédures réglementaires complexes.

Dans les années 1990, l’Indonésie produisait environ 1,6 million de barils par jour, de quoi couvrir la demande intérieure et d’exporter d’importantes quantités. Désormais, l’Indonésie importe chaque jour 689.000 barils pour couvrir sa demande intérieure. Gangréné depuis plusieurs années par une “mafia du pétrole”, selon les termes employés par le Président Joko Widodo, le secteur de l’Énergie constitue un axe de travail prioritaire pour les autorités indonésiennes.

Aujourd’hui, le gouvernement indonésien cherche donc à alimenter une croissance économique déjà florissante en achetant du pétrole moins cher. Si l’initiative a de quoi surprendre pour un pays devenu importateur net de brut, pour le ministre indonésien de l’Énergie, M. Surdirman, “il est tout à fait naturel de construire des relations avec les exportateurs”.

Les statuts de l’OPEP indiquent que “tout pays ayant d’importantes exportations nettes de pétrole brut” peut devenir membre à part entière. Il demeure toutefois possible d’entrer dans l’organisation en tant que membre associé – ce qui devrait être le cas de  l’Indonésie. Plusieurs pays membres de l’OPEP se sont d’ores et déjà prononcés en faveur du retour de l’Indonésie, qui permettrait d’accroître la base géopolitique de l’organisation à l’Asie.

 

Crédit photo : Benutzer Priwo

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mar 12 Mar 2019
Le 11 mars 2019, la secrétaire d’Etat Brune Poirson a confirmé la fermeture des 4 dernières centrales à charbon françaises d’ici à 2022. Des fermetures qui nécessitent de la préparation dans la mesure où ces centrales produisent encore de l’électricité…
mar 1 Mar 2016
La Commission européenne vient de faire des propositions législatives pour instaurer la transparence lors des négociations entre un pays de l’Union et un « Etat tiers », concernant les infrastructures énergétiques. En ligne de mire, notamment : la Russie et…
lun 16 Sep 2019
Samedi 14 septembre 2019, l’Arabie a connu une journée particulièrement critique pour ses infrastructures énergétiques. Les sites pétroliers de Khurais et d’Abqaiq (est du pays) ont été attaqués par des drones. Revendiquée par les rebelles yéménites en guerre contre l’Arabie…
lun 18 Nov 2019
Limiter le réchauffement climatique pour éviter une catastrophe mondiale ne peut se faire sans le concours des grandes entreprises. Publiée ce lundi 18 novembre 2019, une étude, commandée l'Afed, association des 113 plus grands groupes français, préconise un virage stratégique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.