Quel calendrier de démantèlement pour Fukushima ? - L'EnerGeek

Quel calendrier de démantèlement pour Fukushima ?

Fukushima_photo de IAEA ImagebankQuatre années après l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima (11 mars 2011), un nouveau calendrier de démantèlement a été présenté. Il accuse deux à trois années de retard pour le nettoyage du site par rapport au planning initial. L’électricien Tokyo Electric Power (Tepco), chargé du démantèlement, a présenté le nouvel échéancier qui a été retenu le vendredi 12 juin par le gouvernement japonais. Le nettoyage total du site, plus complexe que prévu, ne sera pas finalisé avant 30 à 40 ans.

Un retard pouvant aller jusqu’à trois ans

C’est la deuxième fois que Tepco révise son calendrier. L’extraction des combustibles bloqués dans les réacteurs 1, 2 et 3 s’avère en effet plus complexe que prévu. Le gouvernement japonais a officiellement approuvé le nouveau calendrier le vendredi 12 juin. Tepco va pouvoir poursuivre le démantèlement du site en prenant en compte les spécificités techniques de l’extraction.

L’entreprise publique doit donc poursuivre le retrait du combustible pour les trois réacteurs encore contaminés. Elle a cependant terminé l’extraction dans le bassin de désactivation du réacteur numéro 4, reste les réacteurs 1,2 et 3. L’entreprise japonaise doit récupérer les barres de combustible restées dans les piscines de refroidissement situées près des cuves des réacteurs.

L’électricien espérait débuter dès cette année l’extraction pour le réacteur numéro 3. La tâche est désormais reportée à 2017 ou au début 2018. Le constat est le même pour le réacteur 1 dont le chantier devait débuter à l’horizon 2017/2018, mais un ajournement d’au moins trois ans est attendu, ce qui repousse les travaux à 2021. Le démantèlement de la piscine du réacteur 2 reste quant à elle prévue pour 2020.

Une extraction plus délicate que prévu

Les raisons de ce retard s’expliquent par la spécificité du site et des taux de radioactivité extrêmement élevés rendant toute action humaine inenvisageable. Les piscines des réacteurs 1 et 3, détruites par la catastrophe de mars 2011, contiennent encore des détritus radioactifs qu’il faudra retirer avant d’accéder au 500 assemblages de combustible nucléaire usé.

Reste également à envisager l’extraction du combustible fondu (corium) au cœur des réacteurs qui n’aura pas lieu avant 2021. Les techniques actuelles d’extraction sont en effet trop limitées pour effectuer ce travail nécessitant une technologie et des aménagements spécifiques (par exemple des robots télécommandés). L’emplacement spécifique du combustible reste également difficile à déterminer et il n’est pas exclu qu’il ait infiltré la structure béton. Tepco prévoit de présenter ses méthodes de retrait pour 2018 ou 2019, temps nécessaire pour étudier et localiser le combustible mais aussi pour concevoir les méthodes visant à l’extraire.

La firme nippone doit  se prononcer sur l’avancement du nettoyage et de l’évacuation des eaux contaminées de la centrale. Accumulées sur le site de Fukushima, les eaux contaminées seraient en passe d’être considérées comme propres. L’eau, nettoyée de la quasi-totalité des radionucléides, pourrait être déversée en mer, à condition que le gouvernement japonais donne son accord. Une solution loin de satisfaire les communautés locales, qui dénoncent la teneur en tritium des ces eaux malgré leur traitement.

Crédit photo : IAEA Imagebank

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 21 Sep 2016
Interrogé par la journaliste de France Inter Alexandra Bensaïd, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a souhaité revenir sur les performances de l’électricien. Dans l’émission On N’Arrête Pas l’Eco, le chef d’entreprise a ainsi expliqué que la transformation en cours, vers…
lun 8 Juil 2013
Le gouvernement espagnol a signé vendredi 5 juillet l’ordre de fin d’exploitation de la plus vieille centrale nucléaire du pays, située à Garoña, dans la province de Burgos au nord du pays. Le réacteur à eau bouillante de la centrale…
jeu 16 Oct 2014
Le ministre algérien de l'Energie Youcef Yousfi a annoncé lors d'une conférence de presse ce dimanche 12 octobre à Oran, la volonté du gouvernement de construire une première centrale nucléaire avant 2029. Si les ambitions algériennes en matière d'énergie nucléaires…
jeu 14 Août 2014
Alors que la moitié des réacteurs nucléaires belges ne fonctionnent plus pour des raisons conjoncturelles, la situation électrique belge pose problème. Ainsi, en plus des deux réacteurs, Doel 3 et Tihange 2, fermés depuis 2012 pour des problèmes techniques, s’ajoute le réacteur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.