Séoul obtient une autonomie accrue dans le domaine nucléaire - L'EnerGeek

Séoul obtient une autonomie accrue dans le domaine nucléaire

korea_flag_korea.netAprès 4 ans et demi de négociation, la Corée du Sud et les États-Unis ont finalement signé mercredi 22 avril un nouvel accord portant sur l’utilisation de l’énergie nucléaire civile. Ce nouveau pacte nucléaire, qui appelle à une coopération bilatérale basée sur les principes d’égalité et de réciprocité, vise notamment à accroître l’autonomie de la Corée du Sud.

Signé au ministère des Affaires étrangères à Séoul par Park Ro-byug, négociateur en chef sud-coréen, et Mark Lippert, ambassadeur des États-Unis en Corée du Sud, ce nouveau pacte nucléaire en 21 points met fin à une longue période de négociation, lancée en octobre 2010 pour réviser l’accord sur l’énergie atomique qui était en place entre les deux pays en 1973.

En vertu de ce nouvel accord, la Corée du Sud ne doit dorénavant plus obtenir qu’un simple feu-vert des États-Unis pour exporter une technologie ou un matériel nucléaire dans un pays partenaire avec Washington (à l’exception des projets aux Émirats arabes unis). Cette mesure permettra d’augmenter la compétitivité des réacteurs sud-coréens à l’international en réduisant considérablement le temps nécessaire à la construction d’un réacteur à l’étranger.

Un autre changement majeur concerne l’assouplissement des restrictions liées aux activités de traitement des combustibles nucléaires usés. La Corée du Sud peut en effet désormais lancer ses propres projets de Recherche & Développement qui ont trait à la gestion des combustibles usés. De quoi permettre à Séoul de développer ses capacités de stockage du combustible usé, dont la limite sera sinon atteinte en 2016.

Enfin, les deux pays ont mis l’accent sur la question de l’approvisionnement en combustible nucléaire. Ce nouveau pacte ouvre la voie à l’enrichissement d’uranium à moins de 20% (faible enrichissement), l’enrichissement étant interdit à la Corée du Sud par Washington dans l’accord de 1973.  Les Etats-Unis craignaient alors que Seoul ne développe l’arme nucléaire.

La Corée du Sud exploite à ce jour 23 réacteurs qui fournissent environ 30 % de son électricité.

Crédit photo : korea.net

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
lun 13 Juil 2020
Un récent rapport de la Cour des Comptes, publié ce 9 juillet 2020, prend position sur la question des futurs EPR dont la France pourrait se doter. Si la décision ne doit être prise qu'en 2023, la Cour doute de…
mer 20 Déc 2017
La phase de construction terminée, l’équipe du chantier de l’EPR de Flamanville a débuté, lundi 18 décembre 2017, les essais à « froid » du réacteur, conformément au calendrier établi en 2015. Une étape déterminante qui permettra notamment de vérifier…
Réseau de Transport d’Électricité (RTE), filiale d'EDF en charge du réseau public de transport d'électricité, a publié comme chaque année son bilan électrique. Selon cette étude chiffrée, 2014 a été une année marquée par la baisse de la consommation d'électricité, en…
mer 30 Jan 2019
La future centrale nucléaire de Hinkley Point, au Royaume-Uni, entame en janvier 2019 une nouvelle phase cruciale de travaux. Encore en construction, elle doit accueillir deux réacteurs EPR d'EDF. La date de livraison de l’EPR est prévue pour 2025. Pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.